Marine Le Pen fait partie des 100 personnalités les plus influentes au monde

Marine Le Pen fait partie des 100 personnalités les plus influentes au monde

16/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Marine Le Pen fait partie du classement des 100 personnalités les plus influentes au monde établi chaque année par le magazine américain Time.

« C’est une femme leader, ce qui n’est pas très commun et elle rappelle ici Margaret Thatcher », explique Renaud Thillaye, le directeur adjoint du think tank Policy Network.

Crédit photo : Global Panorama via Flickr (cc)


Jamel Debbouze veut organiser un G20 des quartiers

Jamel Debbouze va nous conter… l’Histoire de France sur M6 !

Source : Boulevard Voltaire – « Debbouze historien : humour ou danger ? »
En septembre, le comique nous contera… l’Histoire de France sur M6 !

Jamel Debbouze, comédien, certes, mais… historien ? C’est une blague ? Que nenni ! En septembre, le comique nous contera… l’Histoire de France sur M6 ! Va-t-il essuyer autant de critiques que le « trop à droite » Lorànt Deutsch ?

Jamel Debbouze et son épouse Mélissa Theuriau ont vendu à M6 un programme court. Ni l’un ni l’autre n’ont de bagage d’historien : pour elle, un master en journalisme audiovisuel et un diplôme universitaire de technologie (information/communication), et lui, ses biographies omettant ses études, il se peut qu’il ait passé une licence ou un master en histoire – avec option Astérix ? – mais que, par pudeur, il le cache : sur la préhistoire (thèse : Pourquoi j’ai pas mangé mon père, où son personnage « est rejeté par les Simiens » 1 comme une partie des gamins de banlieue par la société » ? [Le Parisien]) ou sur l’Antiquité (mémoire : Mission Cléopâtre ?) ou encore sur l’histoire contemporaine comme il le fit sur RTL en 2011 ?

Suite à la poussée du Front national, il avait alors espéré – en employant le pronom « nous » – en un printemps arabe en… France : « Les enfants issus de l’immigration se rendent davantage compte de la manière dont leurs parents ont été traités et dont on les traite. Au même titre que l’Égypte, la Tunisie ou encore l’Allemagne de l’Est, ils vont s’énerver. Ils vont vouloir regagner leur liberté. Il faut les considérer, nous considérer. Il ne faut pas nous prendre pour des cons. Cela va jusqu’à une certaine limite ! »

Et c’est donc à un tel « historien » faisant preuve d’une objectivité n’appelant aucune objection qu’une grande chaîne de télévision française confie une émission sur l’Histoire de France quelque peu surprenante : au lieu de Jeanne d’Arc, ce sont ses… sœurs qui apparaîtront à l’écran. Donner un rôle marginal à sainte Jeanne d’Arc, n’est-ce pas contribuer (n’employons surtout pas le mot « collaborer » !) à la déchristianisation de la France chère aux bien-pensants ? S’intéresser à un cousin de Napoléon plutôt qu’à ce dernier, n’est-ce pas « dénapoléoniser » notre passé comme s’y emploient nombre d’élus de gauche, à commencer par un certain Lionel Jospin, ancien Premier ministre battu en 2002 par Jean-Marie Le Pen et auteur d’un livre anti-empereur des Français : Le Mal napoléonien (2014) ? Peut-être que, pour cet épisode, Jamel Debbouze a pris conseil auprès du démolisseur de l’œuvre du « mâle napoléonien » ?

Les historiens vont-ils être aussi critiques envers Jamel Debbouze qu’ils l’ont été pour un autre homme de spectacle, Lorànt Deutsch ? Celui-ci, malgré ou à cause de ses immenses succès d’édition, a été critiqué pour « ses idées monarchistes » et même traité de « nazi » ! Parions que le programme concocté par le couple Debbouze-Theuriau sera, avant même sa sortie, qualifié par les commentateurs de « réussite historique exceptionnelle » !

Jacques Martinez

Plagiat : Agnès Chauveau nommée conseillère à l’Institut national de l’audiovisuel

Plagiat : Agnès Chauveau nommée conseillère à l’Institut national de l’audiovisuel

14/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Agnès Chauveau est l’ancienne directrice de l’école de journalisme de Sciences‑Po. Elle avait été remerciée fin janvier après que le site Arrêt sur image ait révélé de larges emprunts non sourcés dans ses chroniques sur France Culture ensuite retranscrites sur le Huffington Post.

Cela pose effectivement un certain problème éthique lorsque l’on prétend former des journalistes ! Elle a cependant été nommée le 1er avril (et ce n’est pas un poisson) « délégué à la stratégie éditoriale et éducative, membre du comité exécutif » de l’INA. Il semblerait que certains ne s’encombrent guère de la déontologie et de la bonne conduite et que toute faute « morale » n’est pas de même gravité.

Pour Marion Ruggieri, le christianisme a inventé la lapidation

Pour Marion Ruggieri, le christianisme a inventé la lapidation

13/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Un chrétien, c’est responsable de tout, même de ce qu’il n’a pas fait, c’est bien connu. Marion Ruggiery n’y est pas allée avec le dos de la cuillère dans le pot de la repentance, c’est le moins qu’on puisse dire.

L’animatrice d’Europe 1 a interpelé Saphia Azzeddine, l’auteur du livre « Bilqiss » :

Et, vous racontez, d’ailleurs, que ça (la lapidation, ndlr) a été inventée par les chrétiens ; que c’est une vieille tradition chrétienne.

La lapidation fut bien antérieure à l’arrivée du Christianisme. Lequel ne la préconise pas.

Jésus s’opposa fermement à la lapidation d’une femme prise en flagrant délit d’adultère par la célèbre phrase : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8,7). Mais loin de bafouer la morale en prenant partie pour l’adultère, il ajouta pour préconiser le pardon : « va et ne pèche plus. »

Sans vouloir jeter la première pierre à Marion Ruggieri, on peut déjà lui recommander de préparer ses émissions avec plus de soin…

Crédit photo : Stéphane Bily via Flickr (cc)



 

 

 

 

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Source : Ojim.fr – En voilà un qui tire des conclusions pour le moins hâtives. Hugo Domenach, journaliste au Point, s’est basé sur un site douteux pour affirmer, le 9 avril, que « Jean-Marie Le Pen se proclame candidat à la présidentielle de 2017 ! »

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

En cette période de conflit entre le père et la fille au sein du Front National, l’annonce avait de quoi aggraver sérieusement la situation. Jean-Marie Le Pen, candidat en 2017, et donc contre sa fille ? C’est ce qu’a affirmé sans sourciller Le Point sur son site internet en se basant sur le site jeanmarielepen2017.com. L’auteur, constatant que le site avait été créé avant l’entretien polémique donné par Le Pen à Rivarol, y voyait là « la preuve que les récents « dérapages » du Menhir ne sont que le fruit d’une stratégie mûrement réfléchie… »

Mais le jour-même, le patriarche publiait un démenti sur son site, officiel celui-là, pour assurer qu’il s’agissait « évidemment d’un canular dont le but est de semer la zizanie au Front National ». Et celui-ci d’ajouter, taquin, qu’il était « affligeant de constater qu’un organe de presse en ligne prétendument sérieux comme lepoint.fr le reprenne pour argent comptant. Cela en dit long sur le sérieux de certains journalistes qui devraient tout d’abord vérifier la véracité de leurs allégations, b.a.-ba de leur métier. »

Car il est vrai, un simple coup d’œil averti permettait à tout un chacun d’émettre de sérieux doutes sur le caractère officiel du site en question : architecture incertaine, dressage de louanges abusif, ton trop engagé… Mais plutôt que d’assumer son erreur, Hugo Domenach a préféré botter en touche en assurant, les yeux dans les yeux comme Cahuzac, sur son compte Twitter : « Je ne suis pas l’auteur de l article sur la candidature de Le Pen. Erreur de signature. »

Faux, à en croire le site Fdesouche qui a publié dans la foulée une capture d’écran d’un courriel envoyé par hdomenach@lepoint.fr au webmestre du site supposé de Le Pen, où il demande justement si le président d’honneur du FN en est bien le responsable.

Trop impatient, désireux de sortir le scoop de la semaine ou encore par pure volonté de nuire au Front National, Hugo Domenach n’aura visiblement pas su attendre.

Depuis, sa signature a été retirée et l’article lui-même a été totalement revu. Il s’intitule désormais « Un site parodique annonce la candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 ! ». Or c’est bien Le Point qui a annoncé cette candidature, et en aucun cas ce site qui a été créé, semble-t-il, par des militants, en soutien à une candidature souhaitée du fondateur du FN.

Dans la soirée, Le Point a publié un court communiqué pour expliquer l’histoire de cette « faute ». « Le Point s’est laissé abuser quelques minutes – de trop – par ce site parodique. L’article, trop vite écrit, trop vite édité et trop vite publié, en contravention avec nos procédures de vérification habituelles, a en outre été attribué à tort à Hugo Domenach », explique l’hebdomadaire. Mais si ce dernier reconnaît bien une faute, il n’évoque à aucun moment la preuve fournie par Fdsouche montrant qu’Hugo Domenach est bien l’auteur du papier en question… ce qu’il nie toujours.

Poursuite de la grève à Radio France… malgré des avantages considérables pour les salariés

Poursuite de la grève à Radio France… malgré des avantages considérables pour les salariés

09/04/2015 – FRANCE (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Après trois semaines de grève à Radio France, le conflit s’enlise

Pourtant, la semaine dernière, la Cour des comptes a publié un rapport au vitriol sur Radio France (photo) : vacances abondantes, primes en tous genres, avantages en nature, placards inutiles…  Les conditions de travail sont « très favorables » au sein des radios publiques.

Exemples :

Les journalistes ont droit jusqu’à 68 jours de congés par an.
La Radio rembourse les amendes de ses salariés.
Les syndicats pèsent 8 % des effectifs, et exercent un chantage permanent à la grève. Résultat : la direction cède aux conflits pour y mettre fin par « l’octroi de mesures catégorielles : primes spéciales, avancements garantis ».
Enfin, plusieurs services sont pointés du doigt pour leurs sureffectifs, comme la communication (100 personnes). Radio France ne compte pas moins de 582 techniciens du son !

Et ces journalistes donnent des leçons à tout le monde !

La réponse à cette gabegie ? Pour Dominique Wolton, chercheur sur les médias (invité très régulièrement sur Radio France et payé par le CNRS), plutôt que de chercher à réaliser des économies : « Si on veut sauver Radio France, il faut augmenter la redevance ». Alors qu’elle va déjà augmenter en 2015 !

Radio Courtoisie, elle, est nettement mieux gérée. Et sans subventions ni publicités.

Crédit photo : domaine public, via Wikipédia, (cc).

Réforme de la loi de 1881 : vers plus de répression ?

Réforme de la loi de 1881 : vers plus de répression ?

Source : ojim.fr – Sous couvert d’adapter la loi de 1881 à l’ère numérique, elle pourrait être rendue plus répressive. Le texte plus que centenaire qui est pour le journalisme français l’équivalent des Tables de la Loi, mais qui régit aussi une grande partie des litiges autour de la liberté d’expression, pourrait être revu et corrigé dans un sens moins permissif, afin de lutter contre le terrorisme et le racisme.

Loi de 1881 sur la presse. Source : gallica.bnf.fr

Loi de 1881 sur la presse. Source : gallica.bnf.fr

Suite aux attentats de début janvier dont la fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo, il semble que le pouvoir n’ait retenu comme grande cause nationale, non la lutte contre la montée du terrorisme – ce qui semblait logique – mais… la lutte contre le racisme. Mi-janvier, Christiane Taubira plaidait à l’École Nationale de la Magistrature pour sortir de la loi de 1881 les injures à caractère raciste, homophobe et antisémite pour les introduire dans le code pénal nettement plus répressif.

C’est ce qui est déjà arrivé concernant l’apologie du terrorisme. Le résultat a été d’envoyer des dizaines de jeunes provocateurs en prison… où ils pourront largement passer des paroles à la pratique puisque deux mois après les attentats quasiment rien n’a été fait pour tenter d’endiguer le prosélytisme islamique dans les établissements pénitentiaires français.

L’argumentation de Taubira laissait déjà perplexe Rue89 – pourtant très marquée à gauche. Notamment parce que les autres circonstances aggravantes prévues par la loi de 1881, à savoir la religion, le sexe, le handicap, étaient laissées sur le bord du chemin, et que la possibilité de blocage administratif des sites web – c’est à dire hors du contrôle du juge – laissait planer une dérive liberticide. Risque qui a aussi été soulevé par le Canard Enchaîné et plusieurs médias de tendance libérale comme Contrepoints.

C’est pourtant cette interprétation de l’évolution de la loi de 1881 que semble avoir retenu Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, à l’occasion d’un débat au Sénat le 24 mars sur le net et la liberté d’expression. Partant du principe que « Internet a permis le meilleur. (…) Mais Internet est aussi le véhicule du pire », la secrétaire d’État veut « adapter la loi de 1881 à l’ère du numérique » en simplifiant les procédures pour permettre leur poursuite même si le plaignant a mal qualifié les faits à l’origine de sa plainte, mais aussi en créant un « droit de réponse numérique pour les associations » et surtout « étendre le régime de la responsabilité pénale des personnes morales au-delà des seules entreprises de presse ».

Sénatrice EELV du Val de Marne, Esther Benbassa a estimé que l’arsenal juridique qu’offre la loi de 1881 est insuffisant : « le cadre procédural de la loi de 1881 n’est pas adapté au web 2.0 (…) il est urgent de créer un ordre public numérique« . Toutefois les sénateurs écologistes sont déterminés à maintenir les informations dans le giron de la loi de 1881. Pierre Charon (UMP) plaide en revanche pour une plus grande répression et donc la réduction du périmètre de la loi de 1881 : « nous ne pouvons pas nous abriter derrière la loi de 1881 pour justifier notre passivité. La liberté d’expression est au service de l’homme, non de desseins nihilistes« . Pourtant, depuis 1881, nos parlementaires et gouvernants ont su, à chaque fois que se posait la question d’arbitrer entre liberté et sécurité, se souvenir des paroles de Benjamin Franklin. En sera-t-il de même cette fois ?

Crédit photo : partisocialiste via Flcikr (cc)

« Être française », la nouvelle vidéo virale de la fondation Polémia

08/04/2015 – PARIS (NOVOpress) – Après le succès de leur vidéo « Être français », qui a été visionnées près de 600.000 fois en deux mois, la fondation Polémia récidive, et présente « Être française » : « la femme française, européenne, a une histoire et un destin à défendre contre vents et marées ! Être Française, c’est à la fois une chance, un honneur, le sentiment quotidien d’une immense liberté. »

Publié le
Mosquée de Poitiers : Arnaud Delrieux et Damien Rieu reviennent sur leur mise en examen

Hervé Gattegno : « Construire des mosquées n’est pas un risque mais une chance pour la France »

07/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Hervé Gattegno a donné son point de vue suite aux déclarations de Boubakeur appelant à construire plus de mosquées en France. Il estime que si on veut que l’islam sorte d’une forme de clandestinité, il faut que les musulmans aient plus de lieux de culte.

Mais le journaliste va plus loin en déclarant ceci :

Construire des mosquées n’est pas un risque mais une chance pour la France

Jean-Jacques Bourdin rappelle que favoriser la construction d’édifices religieux est susceptible de constituer une violation de la loi de 1905. Mais Hervé Gattegno s’inscrit en faux :

Non. Ce n’est pas du tout vrai. Cet argument-là, c’est souvent l’argument un peu pervers de ceux qui veulent – non pas défendre la laïcité – mais empêcher le développement de l’islam. Ce qui est un combat d’arrière-garde. Puisque la moitié des musulmans dont on parle, ils sont Français. Et qu’il y a bien longtemps que l’islam est la 2ème religion de France. Qu’on le veuille ou non.



Le parti pris d'Hervé Gattegno : "Construire… par rmc

Départementales : du cigare de Valls au rideau de fumée

Départementales : du cigare de Valls au rideau de fumée

Source : ojim.fr – Sondages erronés, résultats illisibles, cacophonie orchestrée. Après le brouillage médiatique, l’OJIM (Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique) tente quelques éclaircissements.

Les élections départementales ont été l’occasion d’un grand cirque improbable où la plupart des grands médias, le soir des résultats du premier tour, paraissent avoir joué sans vergogne la partition qui leur avait été fournie par le gouvernement. Un grand trucage parfaitement décomplexé qui révèle encore une fois les tentatives désespérées de farder la réalité auxquelles se livrent tous ceux qui participent à la nébuleuse majoritaire médiatico-politique. Pourquoi ? Parce que le sol se dérobe sous leurs pieds, traumatisme qui engendre naturellement un réflexe de déni qu’on tente de faire partager au plus grand nombre afin de l’entretenir au mieux. Parce que ce déni bénéficie d’une grande force d’inertie, naturellement : on imagine toujours les situations un rien pérennes comme éternelles. Et puis tant que ce déni fonctionne, le pouvoir demeure entre les mêmes mains… Sauver les apparences, voilà donc ce qui semble l’obsession des tenants du système, et pour ce faire, il se trouve que ceux-ci ont les moyens de fabriquer des apparences. Et ce à quoi nous avons assisté tant durant la campagne des départementales que lors des résultats du premier tour, c’est à une gigantesque fabrique d’apparences ayant eu recours tant aux sondeurs qu’aux médias, à la rhétorique politicienne, aux découpages électoraux, aux auteurs de graphiques, tout cela dans l’élan d’une mobilisation générale pour jouer un scénario pré-écrit pariant sur la prophétie auto-réalisatrice, ou du moins, sur l’efficacité d’un tel cirque en termes de propagande.

Lire la suite

Pascal Praud : « Mourez tranquille, Chrétiens d’Orient. La RATP s’en lave les mains »

06/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le journaliste revient sur la polémique entourant le refus de la RATP d’apposer la mention « au bénéfice des chrétiens d’Orient » sur une affiche de promotion d’un concert du groupe Les Prêtres.

Pascal Praud pointe du doigt la scandaleuse décision de la RATP :

La RATP, c’est Ponce Pilate. Mourez tranquille, Chrétiens d’Orient. La RATP s’en lave les mains. Les Chrétiens d’Orient sont massacrés par l’État islamique en Syrie et en Irak. Les Chrétiens d’Orient ont bâti les premières églises avant celles de Rome. Faut-il que la bêtise et l’indifférence régnent jusque dans les sous-sols de nos villes pour que la RATP refuse de mentionner que le groupe Les Prêtres chantera au bénéfice des martyrs catholiques ?



Éditorial de la revue Conflits : « Frontières inanimées, avez-vous donc une âme ? »

Éditorial de la revue Conflits : « Frontières inanimées, avez-vous donc une âme ? »

Le n°5 de la revue trimestrielle de géopolitique Conflits, dirigée par Pascal Gauchon, vient de paraître. Ce numéro est consacré aux frontières. Source : www.revueconflits.com / Abonnements : www.revueconflits.com/abonnements/


Voici encore un éditorial sous forme de cartes. Il est vrai que le dossier de ce numéro est consacré aux frontières sans lesquelles il n’est ni territoire ni carte.

Conflits n°5 : à quoi servent les frontières

Conflits n°5 : à quoi servent les frontières

Nous vous parlerons des frontières naturelles, économiques, juridiques, linguistiques, culturelles, des frontières chaudes, froides ou même gelées… Ce que nous n’avons pas rencontré, ce sont des frontières mortes. La limite entre Europe de l’Est et de l’Ouest s’est déplacée selon qu’elle séparait pays orthodoxes et catholiques, germains et slaves, communistes et libéraux, elle a joué et rejoué comme une ligne de faille, mais elle n’a jamais totalement disparu.

L’Europe orientale est-elle le musée des frontières oubliées ? Les élections présidentielles roumaines de novembre 2014 pourraient le faire croire. Tous les sondages sauf un annonçaient la victoire facile du président sortant, le social-démocrate Ponta. Il fut battu par le libéral Klaus Iohannis. Là n’est pas la surprise. Les instituts de sondage locaux ont l’efficacité d’une boussole qui indique avec constance le Sud – on l’a vu encore en janvier dernier lors des élections croates.

Regardez plutôt la carte du second tour. Victor Ponta l’emporte dans les anciennes provinces de Moldavie et de Valachie qui ont formé le royaume de Roumanie au XIXe siècle, à l’exception de Bucarest où il était arrivé en tête au premier tour. Klaus Iohannis s’impose en Transylvanie qui faisait partie de l’Autriche-Hongrie jusqu’en 1918, dans la Dobroudja acquise sur les Ottomans en 1878 ainsi que parmi les membres de la diaspora.

L'Europe orientale est-elle le musée des frontières oubliées ? Les élections présidentielles roumaines de novembre 2014 pourraient le faire croire.

L’Europe orientale est-elle le musée des frontières oubliées ? Les élections présidentielles roumaines de novembre 2014 pourraient le faire croire.

Tout se passe comme si les territoires avaient conservé le souvenir des temps anciens et des populations qui les ont habités autrefois.

Klaus Iohannis est issu de la minorité allemande de Transylvanie. Mais cette minorité, autrefois importante, ne représente plus que 0,3% de la population du pays ; les Turcs ne sont que 0,2% et même les Hongrois ne dépassent pas les 7% – ils ne sont majoritaires qu’au nord et à l’est de Brasov. L’immense majorité des habitants sont des Roumains orthodoxes, y compris dans les territoires qui relevaient de l’Autriche-Hongrie.

Le vote des minorités ne suffit donc pas à expliquer le résultat final puisque ces minorités n’existent presque plus. Tout se passe comme si les territoires avaient conservé le souvenir des temps anciens et des populations qui les ont habités autrefois. Le phénomène est moins magique qu’il semble : il existe des endroits faits pour conserver la mémoire des hommes, comme Yves Lacoste nous le rappelle, ce sont les cimetières. Avec eux, de façon plus prosaïque, des montagnes et des fleuves, des activités et des modes de vie, des coutumes et des légendes. Et des représentations, une façon de se voir dans le monde qui dépend aussi du lieu que l’on habite et des paysages que l’on contemple.

Il n’existe pas plus de frontière morte que de volcan définitivement éteint. La lave de l’histoire s’agite dans les profondeurs et peut ressurgir au moindre accident. C’est le rôle de Conflits que de vous alerter sur cette tectonique de la géopolitique.

Pascal Gauchon

Photo en une : carte de l’Europe, par Alexandre Vuillemin (1843). DR

 

L’exode blanc du Hobbit

L’exode blanc du Hobbit

03/04/2015 – LONDRES (NOVOpress via Mail Online)
Martin Freeman (photo), la star de la trilogie filmée Le Hobbit n’ira surement pas diner avec Ed Miliband – le leader du parti travailliste Anglais.

Freeman a délaissé la multiraciale Londres pour le comté d’Hertfordshire, il y a plusieurs années.
« Quand j’ai déménagé là, une amie m’a dit: « Ooh ! Il y a beaucoup de blancos par ici » et j’ai répondu : «J’aime les blancs ; je n’ai aucun problème avec eux, du tout. »

L’acteur de 43 ans, ajoute : « Le principe admis était que j’allais me plaindre parce qu’ici ils n’ont pas suffisamment de blues ; pas assez de reggae. Mais je ne suis pas gêné par ça. Le multiculturalisme n’aide pas et n’a jamais aidé, parce qu’à tort ou à raison, il polarise les gens. »
« Le racisme est une chose avec laquelle je ne suis pas d’accord, sous quelque forme que ce soit, mais remarquer qu’il y a des différences est normal. »

Crédit photo en Une : Matthew Blaney, via Flickr, (cc).

Finkielkraut

Alain Finkielkraut donne son avis sur le Front National

02/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Élisabeth Lévy et Alain Finkielkraut débattent chaque dimanche entre 12h et 12h30 sur les thèmes marquants de l’actualité sur les ondes de RCJ – 94.8 à Paris.

Ils se sont entretenus dans l’émission l’esprit de l’escalier du 29 mars sur la montée constante ces dernières années du parti de Marine Le Pen.

Après avoir palabré sur la déclaration de Serge et Beate Klarsfeld quant à leur éventuel exil si le FN accédait au pouvoir, la chroniqueuse interpelle le philosophe de but en blanc en fin d’émission sur sa posture politique : « je ne comprends plus ce qui vous sépare du Front National, finalement. »

Il rétorque : « Je n’appelle pas ici à voter Front National, tout au contraire. » L’essayiste académicien considère que le mouvement national n’est ni antisémite, ni fasciste, mais qu’il est démagogique et bonapartiste.

Alain Finkielkraut reproche également au FN d’argumenter sur : « l’opposition entre un peuple qui serait sain et une élite forcément pourrie et corrompue. »



Éric Zemmour s’adresse à Sarkozy : « Nicolas, souviens-toi d’Édouard ! »

31/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Fort de son succès au départementales, Nicolas Sarkozy roule vers 2017. « Il a gagné, c’est plié. Il en est convaincu, il les aura tous : Hollande, rien qu’un minable usurpateur ; Valls, rien qu’un immonde imitateur ; Juppé, rien qu’un héritier ; Fillon, rien tout court ; et Marine Le Pen, qui n’a rien gardé de la culture de son père« , lance Éric Zemmour.

Mais pour le polémiste, Sarkozy se trouve dans la situation de Balladur, à qui il a fallu deux ans pour passer de « vainqueur irrésistible » à « perdant irrémédiable ».

Éric Zemmour prévient :

Il ne peut rien lui arriver. Rien, enfin trois fois rien

Des régionales à la proportionnelle « qui réinstallent aux yeux de tous le Front national en premier parti de France » ; des juges « qui lui donnent des nouvelles de Libye et du Qatar » ; un nouveau parti (« Les Républicains »), « trop américain pour les uns, sœur jumelle de la gauche républicaine de Valls pour les autres »… « Parfois la nuit, Sarkozy se réveille en sursaut. Une voix d’outre-tombe lui a murmuré : souviens-toi d’Édouard !« , conclut Éric Zemmour.


Vu sur Facebook

La déclaration de Dolce & Gabbana a libéré la parole

Publié le