Et mille clandestins de plus à Lampedusa, mille !

Et mille clandestins de plus à Lampedusa, mille !

09/07/2011 – 16h00
LAMPEDUSA (NOVOpress) –
Quatre bateaux, qui avaient été repérés hier par un avion de reconnaissance dans le canal de Sicile, sont arrivés dans la nuit à Lampedusa. Au total, ce sont plus de mille clandestins (très exactement 1041) qui ont débarqué sur l’île. On y compte 122 femmes, dont beaucoup, comme de juste, dans un état de grossesse avancée, et 33 enfants. Tous étaient partis de Libye.

Selon le mécanisme habituel des vases communicants, le ferry “Moby Fantasy” est arrivé en même temps à Lampedusa afin de transférer au plus tôt ces clandestins dans d’autres centres d’accueil, répartis dans toute l’Italie.

Et il faut se souvenir que Lampedusa n’est que la partie la plus visible du gigantesque iceberg de l’invasion clandestine de l’Italie et de l’Europe.

José Manuel Durão Barroso, président de la Commission européenne

OGM : C’est au niveau européen qu’il faut une interdiction générale !

[box class=info]Le Bloc Identitaire nous communique[/box]

Beaucoup de commentateurs se félicitent du vote, ce mardi, par les députés européens de la proposition faite par la Commission européenne de fournir aux États membres la possibilité d’interdire la culture d’un ou plusieurs OGM, sur tout ou partie de leur territoire.

En effet, alors qu’actuellement aucun dispositif ne permet aux Etats membres de l’Union européenne d’interdire formellement la culture d’un OGM s’il a été autorisé à l’échelon européen, le Parlement européen a donc demandé que chaque État puisse désormais invoquer des critères environnementaux ou sanitaires pour interdire ce type de culture sur son territoire.

Si ce texte représente indéniablement une avancée face au lobbying intensif des multinationales de l’agro-alimentaire qui veulent à toutes forces imposer la déréglementation, il n’en reste pas moins une demi-mesure, un « pis-aller » qui ne résout en rien le problème sur le fond.

En effet, du fait de l’interpénétration et de l’intensité des échanges entre les pays de l’Union, les fruits des plantations OGM d’un Etat membre les ayant autorisés finiront immanquablement par se retrouver sur le sol et dans les assiettes du ou des pays refusant pourtant la culture OGM. Par ailleurs, étant donnée la concurrence non-régulée des marchés, la production d’OGM, plus intensive et à moindre coût, fera lourdement pression sur les exploitants continuant à travailler traditionnellement et pourrait, à terme, les inciter, par obligation économique, à se ranger sous l’étendard OGM.

Encore une fois, le Bloc Identitaire rappelle le « besoin d’Europe » face à des problématiques dépassant largement l’étroitesse des cadres nationaux et mettant en jeu l’avenir de l’ensemble des peuples de notre vieux continent.

Les villages d’Astérix n’arrêteront pas longtemps la prolifération transgénique à leurs portes, entretenue par leurs voisins.

C’est donc au niveau européen qu’il faut aujourd’hui exiger une interdiction complète, globale et générale des cultures OGM.

[box]Bloc Identitaire – BP 13, 06301 NICE cedex 04
Courriel : info@bloc-identitaire.com
Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
Service Communication : 06 78 79 31 81
Site : <a title=”www.bloc-identitaire.com” href=”http://www.bloc-identitaire.com” target=”_blank”>www.bloc-identitaire.com</a>
<a title=”http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013″ href=”http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013″ target=”_blank”>Facebook</a> / <a title=”http://twitter.com/blocidentitaire” href=”http://twitter.com/blocidentitaire” target=”_blank”>Twitter</a>[/box]

Silvio Berlusconi ne sera pas candidat à la présidence du conseil italien en 2013

Silvio Berlusconi ne sera pas candidat à la présidence du conseil italien en 2013

09/07/2011 – 11h00
ROME (NOVOpress) – Silvio Berlusconi, le chef du gouvernement italien ne se présentera pas aux élections législatives de 2013. C’est ce qu’il a annoncé au journal de centre gauche La Repubblica dans un entretien publié hier vendredi. Pour lui succéder à la tête de son parti Le Peuple de la Liberté et comme éventuel président du Conseil, le secrétaire national Angelino Alfano, qui est également ministre de la Justice. Angelino Alfano est un avocat sicilien de 40 ans.

Sivio Berlusconi, en plus des procès auxquels il est confronté, a connu plusieurs défaites électorales. Lors des élections locales où la droite a perdu Milan, bastion de Berlusconi et de ses partisans. Mais aussi lors des référendums qui s’étaient vite transformés en plébiscites pour ou contre Berlusconi.

A tel point que les alliés de Berlusconi se sont montrés très critiques à l’égard de ce dernier. Principalement la Lega Nord mais aussi   Gianfranco Fini et ses partisans qui ont quitté Le Peuple de la Liberté.

Silvio Berlusconi indique cependant qu’il restera pour aider Angelino Alfano.

Italie : le Tunisien régularisé était un assassin évadé de prison

Italie : le Tunisien régularisé était un assassin évadé de prison

09/07/2011 – 08h00
VERONE (NOVOpress) – La police italienne a arrêté lundi à Vérone le Tunisien Brahim Hichem alors qu’il se promenait dans les rues de la ville. À la demande des agents, il a sorti tranquillement son permis de séjour, persuadé d’être parfaitement en règle. Mais la base de données de la police a permis de le démasquer : Hichem, 33 ans, débarqué à Lampedusa le 11 mars dernier, est en réalité un assassin en fuite, qui avait dupé deux fois les autorités italiennes.

Hichem s’était évadé de la prison tunisienne de Kebili, où il avait été emprisonné pour un homicide commis pendant la révolution du début de l’année. À son arrivée à Lampedusa, il avait pris le faux nom d’Ezemi Icham et demandé l’asile politique à la préfecture de Caltanissetta, en expliquant qu’il fuyait la “guerre civile” dans son pays : il avait été cru sur parole.

Un mois plus tard, le 8 avril, le gouvernement italien adopte le fameux décret accordant un permis de séjour en bloc à tous les clandestins débarqués de Tunisie entre le premier janvier et le 5 avril à minuit. Hichem reprend alors son vrai nom pour faire à la préfecture de Milan une demande de permis de séjour, qu’il obtient sans aucune difficulté.

Certains de ses compatriotes, qui l’avaient connu au Centre d’accueil pour les demandeurs d’asile de Bari, avaient pourtant un compte à régler avec lui. Ils l’ont donc dénoncé à Frontex, l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne, qui a signalé à son tour aux autorités italiennes l’assassin en liberté. Le 23 mai, la préfecture de Milan a révoqué le permis de séjour du Tunisien. Après avoir été identifié et arrêté à Vérone, Hichem a été transféré au Centre d’identification et d’expulsion de Modène, d’où il devrait être renvoyé dans les prisons tunisiennes.

La morale est sauvée au dénouement mais on ne peut s’empêcher de relever que, si Hichem n’avait pas été dénoncé par d’autres Tunisiens, il n’aurait jamais été démasqué. Dans sa hâte de régulariser les clandestins de Lampedusa pour les faire partir en France, le gouvernement italien s’est décidément montré bien léger.

[box class=info]Sources : veronasera.it / larena.it[/box]

Allemagne : un élu de la CDU réclame l'expulsion des criminels étrangers condamnés pour “haine du peuple allemand”

Allemagne : un élu de la CDU réclame l’expulsion des criminels étrangers condamnés pour “haine du peuple allemand”

Kurt Wansner

Kurt Wansner

08/07/2011 – 21h00
BERLIN (NOVOpress) – En février dernier, quatre jeunes d’origine d’étrangère ont agressé violemment un peintre compagnon, et sans raison apparente. Ils ont cependant été condamnés en partie pour “haine envers le peuple allemand”, comme le précise l’acte d’accusation. D’où la volonté de Kurt Wansner (photo), élu CDU (le parti de la chancelière Angela Merkel) de Berlin, d’expulser les criminels étrangers après que ces derniers eurent purgé leur peine.

C’est ce qu’il a indiqué au journal Junge Freiheit.

D'après le Conseil de l'Europe : « L’Italie aurait besoin de 3 millions de nouveaux immigrés d’ici à 2020 » !

D’après le Conseil de l’Europe : « L’Italie aurait besoin de 3 millions de nouveaux immigrés d’ici à 2020 » !

08/07/2011 – 12h00
ROME (NOVOpress) – « Étendre les droits et devoirs civiques, y compris le droit de vote au plus grand nombre possible de résidents »et, comme premier pas, accorder à tous les résidents étrangers le droit de vote aux élections locales.

« S’attaquer aux informations trompeuses et aux stéréotypes au sujet des migrations, et donner à leurs citoyens une image plus réaliste de la situation des migrants et des besoins actuels et futurs de l’Europe. »

C’est une partie des recommandations faites aux États européens par un groupe de neuf « personnalités éminentes », ou censées telles, désignées par le Conseil de l’Europe (pour la France, il s’agit du dénommé Martin Hirsch (photo), qui s’était rendu célèbre en expliquant que « la vraie intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed »).

Leur rapport, intitulé avec originalité, “Vivre ensemble. Conjuguer diversité et liberté dans l’Europe du XXIe siècle”, avait été publié le 11 mai et présenté par une tribune inénarrable dans Le Monde. On y lisait notamment que « l’Europe a besoin de davantage d’immigrés. Sans eux, d’après les calculs de la Commission européenne, la main-d’œuvre diminuerait d’environ 100 millions rien que dans l’Union européenne ces cinquante prochaines années.”

Depuis, les auteurs du rapport font le tour des capitales européennes pour en faire la promotion. C’était le cas aujourd’hui à Rome, où il a été présenté aux journalistes par le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbijorn Jagland, et la parlementaire d’extrême gauche, Emma Bonino, militante historique du « droit à l’avortement », fondatrice du Centre d’information sur la stérilisation et sur l’avortement en 1973, qui fait désormais campagne pour l’euthanasie (et qui représentait l’Italie parmi les « éminentes personnalités »).

Selon Emma Bonino, l’Italie « pour réagir au déclin démographique, aurait besoin d’au moins 260 mille immigrés par an dans les dix prochaines années, soit pratiquement trois millions de nouveaux immigrés d’ici à 2020 ».

Jagland a de son côté lancé l’alarme pour la condition des minorités, en particulier les roms, « laissés aux marges de la société ». Le Conseil de l’Europe a donc « financé un projet pour la formation d’un millier de médiateurs qui puissent servir d’intermédiaires et aider la population rom à s’intégrer. »

On est toujours heureux d’apprendre que nos impôts sont utilisés pour le bien commun !

Suisse : le Conseil fédéral doit être élu par le peuple

Suisse : le Conseil fédéral doit être élu par le peuple

[box class=info]L’Union démocratique du Centre (Suisse) nous fait suivre ce communiqué[/box]

L’UDC a déposé aujourd’hui l’initiative populaire fédérale “élection du Conseil fédéral par le peuple” avec 110 291 signatures déposées. Cette initiative exige que le Conseil fédéral soit élu par le peuple et non plus par le Parlement. Tous les cantons appliquent cette procédure de vote pour leurs gouvernements. L’UDC s’engage ainsi activement pour le renforcement des droits populaires et met fin aux intrigues de bas étage qui marquent aujourd’hui l’élection du Conseil fédéral par le Parlement.

Cette initiative populaire arrive juste au bon moment. Par leur comportement de ces dernières années, le Conseil fédéral et le Parlement ont confirmé que ce nouveau droit populaire constitue un instrument supplémentaire indispensable à la démocratie directe: le Conseil fédéral et ses experts refusent d’appliquer des initiatives populaires acceptées; le gouvernement veut assortir d’un avertissement des nouvelles initiatives; à présent la Confédération envisage même d’introduire la juridiction constitutionnelle pour saper les droits démocratiques. Cette orientation politique indique à l’évidence que le Conseil fédéral estime avoir à rendre des comptes aux organisations étatiques internationales et au droit international plutôt qu’à son propre peuple. Or, des conseillers fédéraux directement élus par le peuple doivent rendre des comptes à ce même peuple.

Après 1900 et 1942, le souverain suisse aura donc pour la troisième fois l’occasion de se déterminer dans l’urne sur l’élection du Conseil fédéral par le peuple grâce à l’initiative déposée aujourd’hui.

Les exigences de l’initiative
– Le corps électoral est désormais le peuple suisse et non plus le Parlement. Ce principe est conforme au système électoral qui a fait ses preuves dans tous les cantons pour l’élection du gouvernement. L’élection par le peuple renforce la démocratie directe et améliore le contrôle du pouvoir.
– L’élection du Conseil fédéral par le peuple a lieu tous les quatre ans en même temps que les élections ordinaires au Conseil national. Sont éligibles au Conseil fédéral toutes les personnes éligibles au Conseil national.
– Deux sièges au minimum sont garantis à la Suisse latine. Le système de la moyenne géométrique veille à une pondération supérieure à la moyenne des candidats de ces régions de Suisse afin qu’ils ne puissent pas être tout simplement écartés par la majorité alémanique. La garantie d’une représentation équitable de la Suisse latine au Conseil fédéral est ainsi explicitement ancrée dans la Constitution, ce qui est une amélioration sensible par rapport à la situation actuelle.
– Cette élection se déroule selon le système majoritaire. Le mode de calcul est le suivant: pour déterminer la majorité absolue, tous les suffrages valables obtenus par les candidats (sans les bulletins blancs) sont divisés par le nombre de conseillers fédéraux à élire; le résultat est divisé par deux, puis on ajoute une voix. Appliqué dans la plupart des cantons, ce système majoritaire est très proche du système proportionnel, car la majorité absolue à atteindre n’est pas excessivement élevée, si bien qu’un deuxième tour n’est pas forcément nécessaire.

Italie : démantèlement d’un réseau mafieux de trafic d'immigrants clandestins

Italie : démantèlement d’un réseau mafieux de trafic d’immigrants clandestins

07/07/2011 – 11h30
ROME (NOVOpress) –
La police italienne vient d’annoncer le démantèlement d’un important réseau de trafic d’immigrants clandestins. Une quarantaine de personnes, d’origine turque, afghane, pakistanaise et iranienne ont été arrêtées et inculpées d’ « association de malfaiteurs ayant pour objectif l’incitation à l’immigration clandestine ».

L’opération a été menée par les polices de Bologne, Ravenne (Emilie Romagne) et Lecce (Calabre) sous l’autorité de la Direction nationale anti-mafia et des parquets de Bologne et Lecce. Les trafiquants ont été interpellés dans six régions du Nord et du Sud du pays : Lombardie, Emilie-Romagne, Pouilles, Abruzzes, Latium, Pouilles et Calabre.

L’enquête avait commencé le 13 mai de l’an passé suite à l’arrivée d’un cargo dans le port de Ravenne  qui transportait 65 clandestins dont 4 enfants. Ceux-ci étaient enfermés dans un conteneur équipé de toilettes chimiques. Selon la police chargée de l’enquête, ces immigrants qui arrivaient pour la plupart de Turquie, de Grèce et de Libye, étaient «en permanence en danger de mort» compte tenu de la façon dont leur transport était assuré.

«L’opération a mis en évidence un trafic important de clandestins, en un an d’enquête environ dans la zone du Salento, dans les Pouilles, nous avons intercepté un flux de plus de 5 000 immigrés», a indiqué à l’agence Ansa, le préfet de police de Lecce.

Les trafiquants faisaient arriver les immigrants – pour la plupart des asiatiques venant d’Afghanistan, du Pakistan et d’Irak – à bord de petites embarcations en mauvais état, ou dissimulés à bord de ferries desservant les ports de l’Adriatique. Arrivés dans la péninsule italienne, ils étaient acheminés vers la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et le Danemark, où ils recevaient l’aide d’associations spécialisées dans l’aide aux clandestins.

Ce réseau (parmi d’autres) montre que l’invasion par les clandestins ne se fait pas qu’à l’endroit le plus spectaculaire, Lampedusa, mais un peu partout.

Piero Grasso, le chef de la Direction anti-mafia, s’est félicité de ce succès, soulignant que c’était la première opération menée sous sa responsabilité depuis que cet organisme s’occupe également de délits liés au trafic de personnes.

Malheureusement tant qu’il n’y aura pas une vraie volonté politique d’arrêter l’invasion de l’Europe, en particulier en renvoyant les immigrés clandestins rapidement, pour un réseau de trafiquants de clandestins démantelé (au milieu de bien d’autres réseaux) un autre se constituera plus tard.

Islamisation : le gouvernement bulgare joue avec le feu

Islamisation : le gouvernement bulgare joue avec le feu

07/07/2011 – 9h00
SOFIA (NOVOpress) –
Le gouvernement bulgare veut investir dans la restauration des mosquées et œuvrer au développement de « régions multiethniques », rapporte Le Courrier des Balkans le 5 juillet. Une décision prise dans le cadre d’une rencontre entre le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, et le ministre turc des Affaires étrangères. Ainsi, la Bulgarie va dépenser dans un premier temps 1,5 million d’euros pour rénover la mosquée de Stara Zagora, située dans le centre-sud du pays.

Un choix motivé par « la paix religieuse », a insisté le Premier ministre bulgare. Une initiative surprenante alors que le multiculturalisme est dénoncé un peu partout en Europe : France, Allemagne, Angleterre. La décision de Boïko Borissov étant d’ailleurs fortement contestée par ses compatriotes qui n’hésitent pas à diffuser des chants liturgiques chrétiens orthodoxes devant certaines mosquées afin de refuser la montée islamique dans leur pays. Car l’islam est loin d’être un gage de « paix religieuse ». Les chrétiens d’Irak, d’Egypte, du Pakistan, du Kosovo ou encore d’Algérie, peuvent en témoigner quotidiennement.

Le Danemark et la Norvège ne veulent plus de frontières passoires

Le Danemark et la Norvège ne veulent plus de frontières passoires

06/07/2011 – 21h40
COPENHAGUE (NOVOpress) –
Le Danemark veut rétablir des contrôles permanents à ses frontières avec l’Allemagne et la Suède où 50 douaniers ont été déployés hier. Quarante huit agents supplémentaires seront envoyés en renfort à l’occasion du Nouvel An. Il s’agit de mieux contrôler le transport d’objets, d’armes et de drogues, favorisé par la mondialisation marchande et humaine.

À son tour, la Norvège a annoncé aujourd’hui qu’elle allait augmenter le budget de la police et des douanes dans le secteur de sa frontière avec la Suède, afin de lutter efficacement contre les trafics de biens, de personnes et l’immigration illégale. « Cela combat la criminalité et permet d’attraper des demandeurs d’asile clandestins. Le travail donne de bons résultats », a constaté Knut Storberget, le ministre norvégien de la Justice. Un nouveau coup porté à l’espace Schengen de libre-circulation des biens et des personnes en Europe, totalement dépassé par les vagues d’immigration massive, en provenance notamment du continent africain.

Hongrie : vers la mise en place d'un "service du travail obligatoire"

Hongrie : vers la mise en place d’un “plan de travail hongrois”

06/07/11 – 19h15
BUDAPEST (NOVOpress)
– Les chômeurs hongrois devront désormais, dans le cadre d’un “plan de travail hongrois” être forcés à travailler, indépendamment des qualifications et de leurs indemnisations. On parle de projets de construction majeurs comme la création du nouveau stade de Debrecen, la plus grande ville de l’est de la Hongrie.

De plus, ces chômeurs pourraient être logés dans une “ville de conteneurs”. “Ville de conteneurs” gardée par des policiers à la retraite qui seraient utilisés comme agents de sécurité. Pour compter sur cette ressource, le gouvernement devait permettre de changer la constitution. (…) Ce projet vise notamment les Roms.

L’idée de travail forcé avait été introduite dans la campagne électorale de 2010 par le mouvement nationaliste Jobbik. Il est donc repris par le Fidesz, du Premier ministre Viktor Orban (photo).

Plataforma per Catalunya (PxC) à l’assaut de l’Espagne ?

Plataforma per Catalunya (PxC) à l’assaut de l’Espagne ?

06/07/11 – 17h30
BARCELONE (NOVOpress)
– La nouvelle courrait depuis plusieurs semaines, corroborée par des défections dans divers petits partis nationalistes espagnols : Josep Anglada (photo), le président du parti identitaire Plataforma per Catalunya (PxC) a annoncé sa volonté d’essaimer dans l’ensemble de l’Espagne.

Fort de son décollage aux dernières élections municipales espagnoles (où il a obtenu près de 80 conseillers municipaux), PxC incarne un renouveau à la droite de l’échiquier politique espagnol, avec un positionnement politique ouvertement identitaire (PxC était représenté lors des Conventions Identitaires, organisées par le Bloc Identitaire, de 2007 et 2009) et une absence totale de filiation idéologique ou humaine avec le franquisme (ce qui n’est pas le cas de la plupart des petits partis nationalistes espagnols).

Il est encore difficile de dire si la « greffe » prendra au niveau national, que ce soit dans l’optique des prochaines élections législatives de 2012 ou européennes de 2014. PxC a en tous cas déjà reçu l’appui de plusieurs formations populistes européennes de renom, telles le Vlaams Belang ou le FPÖ autrichien.

Italie : trois générations d’une famille rom inculpées pour trafic de drogue

Italie : trois générations d’une famille rom inculpées pour trafic de drogue

06/07/11 – 17h15
MONTESILVANO (NOVOpress)
– À Montesilvano (province de Pescara, dans les Abruzzes), les carabiniers ont mis au jour un réseau de trafic de drogue (cocaïne et héroïne), au centre duquel figure toute une famille rom, grands-parents, enfants et petits-enfants mineurs. La drogue était vendue à des toxicomanes des environs ou à d’autres revendeurs qui fournissaient toute la zone de Pescara et de Chieti. Au total, un kilo de drogue a été saisi au cours de l’enquête.
Lire la suite

Calabre : Une centaine d’immigrés clandestins arrivent en catamaran

Calabre : Une centaine d’immigrés clandestins arrivent en catamaran

06/07/2011 – 14h10
REGGIO DI CALABRIA (NOVOpress) – Hier après-midi, 54 immigrés clandestins ont été retrouvés le long de la côte calabraise, dans la zone comprise entre Soverato et Sant’Andrea sullo Ionio. Les clandestins, tous des hommes, ont déclaré venir de plusieurs pays, dont le Pakistan, le Bangladesh et l’Irak. Ils avaient débarqué d’un catamaran, qu’ils ont ensuite abandonné à la dérive et qui a été récupéré par les hommes de la Capitainerie du port et de la Guardia di finanza.

D’après les déclarations des clandestins, une centaine de personnes étaient à bord de l’embarcation. Il n’est pas exclu que les autres soient parvenues à s’éloigner. Les forces de l’ordre continuent donc leurs recherches. Les enquêteurs cherchent également à savoir si les passeurs figurent parmi les clandestins arrêtés.

C’est bien sur toutes ses côtes que l’Italie est envahie.
Sources : ansa.it/cronacareggio.it

Sauver le soldat Papandreou, c’est sauver le Crédit Agricole

Sauver le soldat Papandreou, c’est sauver le Crédit Agricole

Une grande question agite les milieux financiers : la Grèce fera-t-elle défaut ? Cette possible faillite préoccupe les banquiers mais devrait également tracasser tout contribuable « averti ». En procédant à un petit tour d’horizon des chiffres portés à la connaissance du public, on comprend pourquoi. A tout seigneur tout honneur, commençons par l’Etat français.
Lire la suite

Lampedusa: les Tunisiens continuent à débarquer en plus des Libyens

Lampedusa: les Tunisiens continuent à débarquer en plus des Libyens

05/07/11 – 16h10
LAMPEDUSA (NOVOpress) –
Les débarquements de Tunisiens à Lampedusa sont censés être terminés. C’est même l’unique résultat que le gouvernement italien se vante d’avoir obtenu, grâce à l’accord passé avec les autorités tunisiennes, en échange de la régularisation massive des clandestins déjà arrivés. En réalité, cet arrêt est tout relatif. S’il est vrai que les débarquements massifs, de plusieurs centaines de clandestins d’un coup, se font désormais depuis la Libye et concernent plutôt des populations d’Afrique noire, les Tunisiens continuent à arriver très régulièrement. La seule différence est qu’ils utilisent désormais des bateaux plus petits.

Un bateau de clandestins tunisiens vient ainsi d’arriver à Lampedusa hier. Selon les gardes-côtes (si on peut encore leur donner ce nom), il y avait à bord 55 passagers, dont deux femmes. Le précédent débarquement remonte à samedi, quand un bateau – parti cette fois de Libye – avec 214 passagers, dont 27 femmes et 11 enfants, avait été secouru à 30 milles de la côte.

On relèvera une fois de plus la faible proportion de femmes. On n’ose imaginer qu’elle pourrait s’expliquer en partie par la pratique de sacrifices humains, à titre de rites propitiatoires, comme l’affirment certains témoignages.

On vérifie, en tout cas, une fois de plus, qu’une invasion ne s’arrête pas en régularisant les envahisseurs.

Le FPOe veut défendre les chrétiens persécutés

Le FPOe veut défendre les chrétiens persécutés

05/07/11 – 11h00
VIENNE (NOVOpress)
– Le FPOe s’est clairement engagé pour la défense des chrétiens persécutés lors d’un colloque organisé ces jours derniers par son centre de formation à Vienne. Y ont participé Heinz-Christian Strache, le président du FPOe, le journaliste copte Victor Elkharat, Katharina Grieb de l’International Society for Human Rights, et l’historien Martin Kugler, qui est également membre du Centre de documentation de l’intolérance contre les chrétiens.

À l’issue du colloque, Heinz-Christian Strache a exprimé ses profondes inquiétudes au sujet de l’étude de Victor Elkharat. Il a réaffirmé son engagement à lutter contre la persécution des chrétiens. Heinz-Christian Strache a également indiqué que l’on doit résister à de telles persécutions qui commencent ici en Europe (comme au Kosovo, note de Novopress). Enfin, il a précisé qu’en Autriche, les croix chrétiennes resteront dans les classes et les traditions telles que la fête de saint Nicolas seront préservées.

Italie : La gauche veut généraliser le droit du sol

Italie : La gauche veut généraliser le droit du sol

05/07/11 – 10h40
ROME (NOVOpress)
–Alors que les vagues d’immigrés ne cessent de se succéder à Lampedusa et sur toutes les côtes italiennes, le Parti Démocrate, principal parti de l’opposition de gauche, organise à Cesena, jusqu’au 17 juillet, sa seconde Fête de l’Immigration, dédiée cette année aux « nouveaux Italiens ». Par « nouveaux Italiens », la gauche entend, non pas ceux qui ont récemment acquis la citoyenneté italienne, mais « les Italiens de fait, qui sont nés et ont grandi en Italie de parents étrangers mais sont encore étrangers de par la loi. »
Lire la suite