Battisti : l’Italie demande l’activation d’une commission de conciliation

Battisti : l’Italie demande l’activation d’une commission de conciliation

17/06/2011 – 18h25
ROME (NOVOpress) – L’aberrante décision de la Cour Suprême du Brésil refusant l’extradition du terroriste d’extrême-gauche Battisti fait couler beaucoup d’encre en Italie.

Les autorités italiennes ont sollicité leurs homologues brésiliens dans la perspective de l’activation d’une Commission de conciliation, prévue par des accords bilatéraux datant de 1954. Cette commission aura pour rôle d’examiner le contentieux entre les deux pays sur le refus du Brésil de ne pas renvoyer au pays le criminel d’extrême-gauche Battisti.

« Sur instruction du ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, l’ambassade d’Italie à Brasilia a formellement demandé aux autorités brésiliennes l’activation de la Commission permanente de conciliation », a ainsi indiqué le ministère. Le gouvernement italien sera représenté au sein de cette Commission par le juriste international Mauro Politi.

Dans un premier temps il s’agit de tenter de trouver un recours par la voie diplomatique, sinon de lancer une procédure de conciliation et en dernier ressort, recourir à la Cour internationale de justice de La Haye. Comme le rappelle le ministère italien des Affaires étrangères, Rome est « déterminée à entreprendre toutes les initiatives susceptibles d’obtenir une révision de la décision prise (par le Brésil) de confirmer le refus d’extrader Cesare Battisti ». Un long bras de fer risque de s’engager entre les deux pays. L’honneur et le chagrin des familles des victimes de la terreur et de l’horreur « rouge » lors des années de Plomb, dont Battisti fut un des chantres en tant qu’ancien dirigeant du mouvement des «Prolétaires armés pour le communisme», méritent que l’Italie s’engage sur la voie d’un tel combat.