Danone

Le patron de Danone ne croit plus « à la mondialisation à l’ancienne »

02/03/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : « Nous ne croyons plus à la mondialisation à l’ancienne, a déclaré Emmanuel Faber, le patron de Danone. Le monde est en train de se fragmenter. Le consommateur va de plus en plus raisonner local. Les religions vont cliver les sociétés. Les tendances alimentaires seront influencées par l’environnement. Le modèle ne sera plus global. » En conséquence, Danone a décidé de se « réinventer » autour d’un modèle plus régional et plus écologique, étant entendu qu’il n’a pas souhaité s’attarder, pour l’heure, sur la prise en compte des clivages religieux identifiés…

Pour Emmanuel Faber, les consommateurs s’intéressent de plus en plus à l’entreprise qui se trouve derrière les marques qu’ils achètent, comment ils travaillent, leurs valeurs… En conséquence de quoi, pour coller le plus possible aux attentes nouvelles, Danone a mis sur pied une toute nouvelle organisation dans laquelle les patrons de région, plus au contact avec les marchés, gagnent en autonomie. L’objectif est de faciliter les prises de décisions au plus près des consommateurs.

Le groupe a aussi décidé que ses trois plus grosses marques américaines seraient garanties « zéro OGM » et a également inscrit, dans sa « charte de valeur », son « soutien inconditionnel » à l’allaitement maternel. Les uns y verront la fabuleuse capacité d’adaptation du capitalisme aux évolutions du monde, les autres une preuve qu’il est possible d’influer sur le comportement des multinationales.