Alep libérée, et après ? – Entretien avec Benjamin Blanchard (SOS Chrétiens d’Orient)

19/12/2016 – SYRIE (NOVOpress) : C’est dans Présent que Benjamin Blanchard, directeur général de SOS Chrétiens d’Orient, a donné des précisions sur le déroulement de la libération d’Alep. Cet entretien a eu lieu il y a quatre jours, le vendredi 16 décembre.

— A l’heure où nous nous parlons, « la bataille d’Alep touche à sa fin », pour reprendre les propos du Monde. Qu’en est-il réellement sur le terrain ?

« La bataille d’Alep » est presque terminée, mais pas complètement, il reste encore une petite poche d’environ 2 km². On assiste à des scènes de liesse dans les rues. Les retrouvailles entre les habitants des quartiers est de la ville et ceux des quartiers ouest sont chargées d’émotion. Il n’y a désormais plus qu’une seule ville d’Alep.

— Quel est l’accueil réservé par les populations d’Alep-est aux forces gouvernementales ? Les médias occidentaux parlent d’exécutions sommaires et de la fuite de plusieurs milliers de personnes, est-ce pure propagande ?

L’accueil semble bon, d’après ce que nous voyons. Après avoir servi de boucliers humains aux mains des « rebelles modérés » pendant plusieurs années, les habitants d’Alep-est sont enfin libres ! Nous sommes présents à Alep depuis décembre 2014 et nous nous contentons de témoigner de ce que nous avons vu et voyons actuellement. Malheureusement, il y a sûrement des pillages et des débordements, et c’est tout à fait malheureux et condamnable. Simplement les massacres que certains médias occidentaux dénoncent, nous ne les avons pas constatés sur le terrain à ce jour. Mais nous ne pouvons bien sûr pas être partout à la fois et il nous est impossible de garantir qu’il n’y en a pas. Les Aleppins que nous rencontrons à Alep ou les Syriens avec qui nous échangeons en France sont en tout cas scandalisés et choqués de la propagande qui est déversée à ce sujet.

— Cette victoire du régime syrien appuyé par les alliés russes peut-elle définitivement renverser le cours de la guerre ? Quel est aujourd’hui la part du territoire contrôlée par l’Etat syrien ? L’EI semble toujours en position de force, surtout après sa reprise de Palmyre…

La libération d’Alep est une victoire majeure. Capitale économique de la Syrie, Alep est la deuxième ville du pays. Il était primordial pour chaque partie de gagner cette bataille, et les rebelles l’avaient eux-mêmes intitulée « la mère de toutes les batailles ». Il s’agit donc d’un succès important pour l’Armée arabe syrienne dans ce long conflit. La libération d’Alep redonne également un souffle d’espoir aux populations qui souffrent de la guerre depuis cinq ans.

Dans les quartiers ouest d’Alep, 1,5 million d’habitants vivait sous les bombardements des rebelles depuis juillet 2012. L’arrêt des bombardements est donc un immense soulagement. Petit à petit, les Aleppins vont pouvoir retrouver une vie « normale », même si tout est à reconstruire : les bâtiments, mais aussi les cœurs. Dans les quartiers est, la situation des populations était sûrement encore plus difficile en raison des bombardements des aviations russe et syrienne contre les groupes armés, et les habitants espèrent pouvoir souffler désormais.

70 à 75 % de la population du pays vivent aujourd’hui dans les territoires contrôlés par l’Armée arabe syrienne. L’armée concentre ses forces là où la population est la plus nombreuse – et non le désert ou les zones faiblement peuplées. Quant à Daesh, l’organisation est sur la défensive : assaillie à l’est à Mossoul, au nord par les Kurdes des FDS, au nord-ouest par des rebelles soutenus et emmenés par l’armée turque, à l’ouest par les Kurdes alliés à l’Armée arabe syrienne. Ses soldats ont tenté de faire diversion avec l’attaque surprise de Palmyre. Mais Palmyre, si elle est symbolique, est en plein milieu du désert et n’est pas une base stratégique. La prise de Palmyre ne me semble pas capitale d’un point de vue militaire, si je peux m’exprimer ainsi.

— Quelles sont les missions de SOS Chrétiens d’Orient à Alep ? Quelles nouvelles avez-vous reçu de vos volontaires présents sur place ?

Notre chef de mission, Alexandre Goodarzy, se rend fréquemment et régulièrement à Alep depuis plus d’un an et demi. Il y est en permanence depuis plus d’un mois, en raison de l’accélération des événements. Soutenir Alep est pour nous quelque chose de primordial. A Alep, nos équipes effectuent des donations d’eau, d’électricité, de poêles à mazout, de nourriture. Les tous-petits sont également au cœur de nos préoccupations puisque nous aidons tous les mois plus de 500 familles en leur fournissant des couches et du lait maternisé. Nous organisons également des activités pour les enfants leur permettant d’avoir le temps de quelques instants d’insouciance propres à leur âge, comme des colonies de vacances par exemple. Près de deux mille jeunes Aleppins sont ainsi partis en colonies ou en camps scouts cet été grâce à SOS Chrétiens d’Orient.

Nous participons aussi à des activités culturelles, essentielles à nos yeux pour aider les Aleppins à surmonter l’épreuve de la guerre : spectacles, concerts, production d’une émission télévisée depuis Alep sur Télé Lumière (télévision libanaise chrétienne).

Nous travaillons en lien étroit avec les autorités religieuses présentes sur place comme Mgr Jeanbart, archevêque grec-melkite catholique d’Alep, avec qui nous montons plusieurs projets. Nous l’aidons notamment dans le cadre de sa Fondation « Bâtir pour rester », en aidant par exemple son école professionnelle qui permet à des centaines de jeunes gens d’apprendre des métiers manuels, ou en finançant des primes de naissance pour aider les jeunes familles. Nous prévoyons également d’aider à la restauration de l’école Bani Taglib des syriaques orthodoxes. De nombreux Aleppins nous aident bénévolement afin d’évaluer au mieux les besoins et de nous permettre d’y répondre.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant