Hollande renonce : “La France aime les perdants”, lance Pascal Praud

02/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Le renouvellement, c’est maintenant !“, lance Pascal Praud. “Quelle affaire ! Tout doit disparaître; comme aux Galeries Lafayette”, constate-t-il. “Sarko, bing ! Juppé, bing ! Hollande, bing ! Et chacun observe qu’ils n’ont jamais été aussi bons, aussi émouvants, aussi touchants que dans la défaite. Quelle élégance, quel panache !“, raille le journaliste.

Je pense surtout qu’ils n’avaient pas trop le choix. Mais bon, panache !“, admet Pascal Praud. “Figurez-vous que c’est le dernier mot de Cyrano de Bergerac : ‘Mon panache'”, rappelle-t-il. “Or Cyrano, c’est notre héros par excellence. Vous savez pourquoi ? C’est un perdant, c’est le loser absolu : il meurt ruiné, il n’a jamais eu Roxane, c’est le Poulidor de l’amour. Mais il garde son panache“, analyse-t-il.

Sarkozy, Juppé et Hollande, on les aime aujourd’hui parce qu’ils s’en vont, parce qu’ils touchent un genou à terre“, affirme le journaliste. “C’est pas joli, joli l’esprit français ! Du coup, je vais faire pareil : je suis venu te dire que je m’en vais, au revoir“, conclut-il en référence à la chanson de Gainsbourg et aux adieux de Valéry Giscard d’Estaing.