enfer-babel

Les prisons françaises sont devenues des enfers ethniques

22/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Les conflits ethniques dans les prisons françaises sont mis en avant dans une étude du Franco‑Iranien Farhad Khosrokhavar et son traitement par L’Express est intéressant. En effet, le journal utilise un vocabulaire sans langue de bois, détonant avec sa ligne habituelle.

Le sociologue, spécialisé dans l’étude de l’islam, a mis en avant la catastrophe humaine et la radicalisation islamiste se déroulant actuellement dans les prisons françaises malgré les promesses des hommes politiques. Le journal résume : « L’univers carcéral est une zone de non‑droit, non qu’il échappe aux règlements, mais du fait que ces derniers y sont constamment contournés, négociés et que, finalement, la force règne et l’emporte. »

L’enquête ne cache pas la poudrière ethnique que sont devenues les prisons . L’Express, dans une sémiologie ethnique, explique que « les petits Blancs sont devenus, une minorité qui se vit dans une relation conflictuelle avec les détenus musulmans, majoritaires. Ils se sentent l’objet d’un racisme inversé, habités par une véritable conscience de l’exil, la certitude d’être déracinés en Ile‑de‑France », et poursuit : « Un nombre croissant de Gaulois égarés en quête de sens se convertissent. » Le journal estime que le conflit va même au‑delà : il oppose les Antillais méprisant les Noirs africains, les Noirs et les Maghrébins des cités aux « autochtones ».

Dans ce marasme interethnique seul l’islam semble fonctionner. S’il n’existe pas de statistiques légales, l’administration pénitentiaire s’appuie sur les inscriptions au ramadan pour estimer que les musulmans pratiquants forment entre 40 % et 60 % de la population carcérale. Sous l’influence de salafistes prônant l’islam djihadiste, dénonçant une société pourrie et impie qu’il faut briser par tous les moyens, y compris viols et meurtres…