Les jésuites ont élu leur pape noir, le mondialiste Artura Sosa

19/10/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le pape noir, c’est le surnom donné au supérieur général des jésuites tant la tumultueuse histoire de la Compagnie de Jésus — 476 ans ! — a nourri la légende de son puissant pouvoir sur l’Eglise et dans le monde.

Vendredi dernier, c’est le Sud Américain Arturo Sosa Abascal qui a été élu le 31e préposé général des jésuites

Comme le pape François, pour le successeur de saint Pierre, il est le premier successeur de saint Ignace de Loyola que la Compagnie se choisit en dehors de l’Europe en presque 500 ans d’histoire.

Il a un profil proche de celui de François

Artura Sosa est né à Caracas au Venezuela, il y a 68 ans. C’est un universitaire en sciences politiques et en philosophie, il a enseigné dans son pays mais aussi aux Etats Unis et à Rome. Soulignons une troisième similitude avec le pape François, il est très engagé socialement et politiquement.

Dans la même direction mondialiste ?

Voici une citation datant de 2008, lors de la dernière élection de la congrégation dont il était le secrétaire général : « Il faut dresser des ponts tendant à dépasser les limites de classe sociale, les différences ethniques, religieuses ou de genre, qui empêchent ou entravent la réconciliation entre les êtres humains ». Selon sa notice Wikipédia, il est engagé auprès des migrants et des réfugiés.

L’influence de cette congrégation est elle toujours aussi importante ?

Avec 16 740 membres, même si elle en comptait le double dans les années 70, elle demeure la plus importante du catholicisme. Un chiffre en baisse car le recrutement, florissant notamment en Inde se tarit en Occident. Les deux tiers des vocations viennent en effet d’Asie et d’Afrique… Son influence, notamment liée à son aura intellectuelle, est importante dans les hautes sphères catholiques.