manif-pour-tous-2

La famille résiste

La Manif pour tous a réussi son pari dimanche et compte bien peser plus que jamais dans les débats des présidentielles.

200 000 manifestants ont répondu présent, alors que la communication n’avait pas été aussi importante que les années précédentes. La province est venue grossir en nombre les rangs des Franciliens. Bien entendu, la préfecture de police minimise toujours autant en ne dénombrant que 24 000 personnes. L’éternelle guerre des chiffres, au profit du gouvernement socialiste qui fait tout pour dérouler son agenda mortifère avant la déroute annoncée de 2017 (voir notre entretien du 17 septembre avec la présidente de LMPT, Ludovine de la Rochère) : PMA sans pères, GPA en passe d’être légalisée de fait, idéologie du genre à l’école, prélèvement de l’impôt à la source, suppression du statut d’ayant droit, célébration systématique du PACS en mairie, privatisation du divorce par consentement mutuel… Cette sinistre liste à la Prévert est en passe d’être inscrite dans le marbre, la gauche sachant pertinemment que la droite classique ne revient jamais sur ces « avancées » une fois de retour aux affaires.

Mais les défenseurs de la famille traditionnelle ne s’y trompent plus. LMPT, considérée comme plus ou moins affiliée à l’ex-UMP, notamment via Sens Commun, a pour la première fois élargi son spectre politique en donnant accès à la tribune à des représentants de la droite nationale. Particulièrement bien accueillie dans le cortège aux côtés notamment de Louis Aliot et de Gilbert Collard, Marion Maréchal-Le Pen a été plébiscitée place du Trocadéro lorsqu’elle a évoqué le combat du Front national pour la souveraineté de la France, afin de mieux défendre notre identité face à l’islamisation d’une part, et aux intérêts économiques incluant l’humain dans un monde du tout-marchand d’autre part. Agnès Marion, conseillère régionale FN, a pu également présenter le Cercle Fraternité dont elle est présidente (voir notre entretien page 4).

Les ténors des Républicains n’ont pas subi le même accueil. Guillaume Peltier, soutien inconditionnel de Nicolas Sarkozy, a été copieusement sifflé tout au long de son allocution, la foule lançant des « Trahison! » et autre « Abrogation! » De même Valérie Boyer, député LR, a été mal reçue lorsqu’elle a appelé à voter pour François Fillon. Quant à Hervé Mariton, son ralliement à Juppé ne l’a pas empêché de marcher toute honte bue dans les rangs, alors que son candidat a rappelé lundi matin sur Europe 1 qu’il ne remettrait en cause ni le mariage, ni l’adoption par les personnes de même sexe. Les militants de LMPT ont-ils enfin compris que les tenants de l’UMPS sont les fossoyeurs de leurs intérêts et positions ?

En revanche, Jean-Frédéric Poisson a le vent en poupe. Capitalisant sur sa prestation de jeudi dernier face à ses concurrents aux primaires LR, il a été salué tout le long du cortège. Les prémices d’une recomposition des droites seraient-elles en marche ? Le président du PCD s’est affiché, décomplexé, aux côtés de Robert Ménard, Charles Beigbeder, Karim Ouchikh, Charles Millon ou encore du villiériste Patrick Louis.

Il est vrai que les ratages passés nous ont appris à être circonspects. Mais, grâce à la Manif pour tous, la famille sera, que les candidats le veuillent ou non, une question clé des débats à venir.

Louis Lorphelin

Article paru dans Présent daté du 17 octobre 2016