air-france_0

Air France, la prochaine cible des islamistes ?

Source : Boulevard Voltaire – « Air France, la prochaine cible des islamistes ? « 

Des milliers d’agents ou de sous-traitants sous surveillance. 73 se sont vu retirer leur badge de sécurité, une dizaine sous surveillance.

Un avion d’Air France sera-t-il la prochaine cible de terroristes islamistes ? À lire les tentatives de sabotage par des employés de Roissy révélées par un fonctionnaire du renseignement au Canard enchaîné et relatées par Le Point, c’est une hypothèse effrayante malheureusement… réaliste.

La radicalisation des musulmans chez Air France et de la société ? Elle date des années 2000 : radicalisation par dérive communautariste et noyautage des syndicats par des islamistes ; refus de toucher des caisses d’alcool et même d’en passer commande. Exigence de repas halal et de salle de prière, au point qu’en 2013, la CGT finit par relever de leurs mandats les responsables de ce clientélisme. Pour en arriver où, 16 ans plus tard ?

À des pannes récurrentes sur des « moteurs relais », des toboggans d’évacuation trafiqués heureusement non utilisés ; à Israël rayé de la carte ou le Maroc remplacé par « khalifat » sur le système de géolocalisation visible par les passagers à bord, à « Allah Akbar » tagué sur une quarantaine d’appareils, ou encore au refus d’un agent de sol de guider un avion au prétexte que le pilote était une femme ! De « nombreux incidents » auxquels doit faire face Air France depuis ces derniers mois…

Des milliers d’agents ou de sous-traitants désormais sous surveillance. 73 se sont déjà vu retirer leur badge de sécurité, une dizaine sont sous très haute surveillance. Rassurant !

Pas de principe de précaution radicale pour les salafistes connus pour leur radicalisme ? La compagnie s’en sépare mais ils vont bien quelque part, ces salafistes licenciés ! Où ? Et il est passé où, d’ailleurs, l’individu suspecté d’avoir traficoté ce qui permet aux pilotes de contrôler les réacteurs ? Au Yémen… en France ?

Elle peut aussi les « déplacer » à des « postes peu exposés », apprend-on.
Au nettoyage, par exemple, qui aurait cependant permis à un individu assigné à ce poste, pour un vol Paris-Amsterdam de bidouiller l’informatique afin de passer les annonces… en arabe. Un « bug », expliquera Air France. Très drôle.

Le fils de Donald Trump prônait récemment, à propos de l’accueil de réfugiés, l’application du plus élémentaire principe de précaution en prenant pour exemple un bol de bonbons parmi lesquels trois seraient empoisonnés : « En prendriez-vous toute une poignée ? » et déclenchait, évidemment, un tollé.

Et pourtant. Attendu que, jusqu’à preuve du contraire, tous les actes terroristes commis en France ces derniers mois l’ont été par des musulmans. Attendu que, depuis des années, un communautarisme de plus en plus agressif sévit dans les compagnies aériennes (mais pas que). Attendu que l’Arabie saoudite, par exemple, ne s’embarrasse pas des individus impliqués dans le terrorisme… embaucher sans plus de précaution autant de musulmans dans des secteurs aussi risqués que les transports est-il bien raisonnable ?

Pardon, mais s’il n’est pas inscrit sur leur front « je suis un terroriste », il n’est pas davantage inscrit qu’ils ne le sont pas !

« Rumeurs infondées », « fausses informations », personnel et passagers en « sécurité absolue », se défend Air France. Bien sûr. Allez, « bon vol » quand même !

Caroline Artus