fabrice-robert_p1018050_pt-300x300

Vivre ensemble ? Oui, mais sans eux ! – par Fabrice Robert

Source : Les Identitaires – « Vivre ensemble ? Oui, mais sans eux ! « 

Vivre ensemble… Et de force si nécessaire ! Tel est le discours porté par la plupart des responsables politiques en France à l’exception de ceux issus du camp patriote.
Vivre ensemble ? pourquoi pas. Mais encore faudrait-il s’entendre sur ce que recouvre cet « ensemble » ? Vivre aux côtés d’Italiens, d’Allemands, de Suisses, de Flamands ou de Suédois ne pose aucun problème. Ils sont Européens et – à ce titre – font partie de la même communauté de destin. Car contrairement à ceux qui la perçoivent comme une simple « idée », l’Europe représente bien une réalité charnelle, une famille de peuples unis par la même histoire et la même civilisation.

S’il parait impératif de renforcer les liens entre Européens, le vivre ensemble renvoie malheureusement aujourd’hui à une coexistence forcée avec des populations étrangères présentes sur notre sol. Cette société multiculturelle et multiethnique, nous ne l’avons pas voulu. Cette société multiconflictuelle et multiraciste nous a été imposée par la force. Le peuple n’a jamais été consulté par référendum. Mais comment s’en étonner quand François Hollande déclare que la démocratie ne progresse pas par « le recours au peuple » ?

Aujourd’hui, le vivre ensemble s’est transformé en cauchemar. Nous sommes alors confrontés quotidiennement au subir ensemble voire au mourir ensemble. Plus possible d’aller à un concert ou à un feu d’artifice sans risquer de devenir la cible aveugle de terroristes islamistes, certains étant considérés comme « Français ». Plus possible de se promener tranquillement dans la rue ou de prendre les transports en commun sans s’exposer à la violence de la racaille des cités. Chaque jour nous offre son lot d’agressions physiques, verbales ou visuelles en tout genre : écoles incendiées, pompiers et policiers caillassés, barbus en djellaba et femmes voilées…

Dans certains cas, le vivre ensemble a permis le développement de zones entières du territoire où les Français de souche sont devenus minoritaires et ont même parfois totalement disparu, remplacés par des populations extra-européennes.

Le vivre ensemble est – avant tout – une idéologie, dernier avatar de du gauchisme multiculturel qui a prolongé Mai 68. Et comme toute idéologie, elle se heurte au réel. Oui, la réalité est bien l’ennemi de l’idéologie.

Il n’est pas possible pour des peuples aux mœurs, aux traditions et à la religion différentes de cohabiter sur un seul et unique territoire. L’histoire a toujours démontré que ces situations se soldaient systématiquement par la haine, la violence, la guerre, la volonté de domination des uns sur les autres.

Lorsque le premier prénom donné en Seine-Saint-Denis est Mohamed, où est l’intégration ?
Lorsque des rames complètes transportent uniquement des Africains, où est l’assimilation ?
Lorsque certains « Français » partent faire le djihad en Syrie avant de revenir frapper des innocents en France, quel constat faut-il faire ?

Pour construire et se projeter dans l’avenir, un peuple doit vouloir partager un destin commun. Or, lorsque je croise des bandes ethniques dans la rue, que j’aperçois un regroupement de femmes en niqab devant l’école de mes enfants ou que je subis la propagande médiatique en faveur de la diversité, je n’ai pas le sentiment – et l’envie – de partager un destin commun avec toute cette population qui ne respecte pas le mode de vie du pays qui les accueille.

Ce que nous acceptons depuis très longtemps sur le territoire national – la multiplication des revendications communautaires, l’arrogance et la violence des allogènes – les Corses ne l’acceptent pas et le font savoir. À Sisco, ils ont expulsé la famille maghrébine qui pensait pouvoir avoir le droit de privatiser une plage corse. À Bonifacio, des parents d’élèves ont bloqué l’entrée de l’école à des islamistes portant une djellaba et un voile islamique sur les cheveux. À Ajaccio, lorsque des pompiers ont été caillassés, des centaines de Corses se sont rassemblés pour mettre la main sur les agresseurs.

Et quand Bernard Cazeneuve décide de disséminer les migrants de Calais sur tout le territoire national, l’on apprend que la Corse n’en recevra étrangement aucun… Comme quoi, la résistance paie. En guise d’aveu, un responsable explique que « le plus urgent est d’attendre. C’est trop tendu, les gens ne sont pas capables d’écouter ». Les Corses ne sont surtout pas prêts de tout accepter y compris de se faire dicter leur loi par des étrangers qui ont pris l’habitude, en France, de se considérer en terrain conquis. Le slogan « On est chez nous ! » revêt là une saveur toute particulière. Les Corses prouvent surtout qu’il est possible de défendre son territoire et son identité face au colonisateur.

Comme les autres peuples du monde, nous revendiquons simplement un droit fondamental : celui de vivre en paix, chez nous, selon notre identité et avec ceux qui nous ressemblent.

Nous sommes bien d’accord pour vivre ensemble… mais avec les nôtres !

Fabrice Robert
Directeur national – Les Identitaires