faye

Burkini, terrorisme et invasion, même combat – Par Guillaume Faye

01/10/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Le ”burkini”, néologisme issu de ”burqa” et de ”bikini”, est donc un vêtement intégral pour les bains de mer des femmes musulmanes immigrées. Il est curieusement apparu sur les plages françaises du midi après la vague d’attentats musulmans (arrêtons de dire ”islamistes”) de l’été 2016. Ce n’est pas une coïncidence. (1)

François d’Orcival a formulé l’analyse la plus lucide : « l’offensive des burkinis a commencé dès le lendemain de l’assassinat du père Jacques Hamel et moins de deux semaines après la tuerie de Nice. Qu’est–ce–que cela veut dire ? Ceci : si vous, Français mécréants, ne voulez pas être victimes de la barbarie, alors respectez la susceptibilité des musulmans, acceptez-les tels qu’ils veulent être, avec leurs coutumes et leurs pratiques, leurs tenues vestimentaires et règles alimentaires, oubliez votre satanée laïcité républicaine, méfiez–vous… » (Valeurs actuelles, 25–31/08/2016)

Le Conseil d’État, agent objectif de l’islamisation

Le Conseil d’État a donc invalidé la décision de maires de la Côte d’Azur d’interdire le burkini sur les plages. Au nom de la ”liberté” et des Droits de l’homme. Les partisans du djihad se frottent les mains. Selon le Conseil d’État, interdire le ”burkini ” est « une atteinte grave aux libertés fondamentales ».

La Ligue des droits de l’homme (LDH) et le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), qui est un groupe de pression musulman radical d’islamisation agressive, sont à l’origine de la saisine du Conseil d’État. La LDH est dans son rôle traditionnel de déconstruction de l’identité française et européenne. (2) Le CCIF est le chef d’orchestre de l’affaire des burkinis. Cette association, proche des Frères musulmans, « envenime les situations, imposant sa grille de lecture d’une France raciste et antimusulmane » explique Mohamed Louizi, ancien membre des Frères musulmans qu’il a quittés. Le but offensif du CCIF, qui ne cesse de dénoncer la ”stigmatisation” dont seraient victimes les musulmans, est de faire abroger les lois sur le voile à l’école et sur la burqa, ainsi que de faire appliquer progressivement la loi coranique, la charia, en France.

Interdire le burkini, comme d’ailleurs le voile noir intégral, reviendrait, selon l’opinion des New York Times et Washington Post, à commettre un attentat intolérable contre les libertés individuelles. Le Monde et Libération étaient évidemment sur la même ligne. Le Conseil d’État a suivi cette opinion. Qu’on ne raconte pas qu’il a légiféré selon le droit. Il a légiféré selon l’idéologie ; cette idéologie immigrationniste et islamophile qui vise la destruction du peuple français autochtone comme de ses voisins européens.

L’ONU est une organisation qui a toujours été favorable à l’invasion migratoire de l’Europe et a toujours défendu les pays arabo-musulmans contre Israël. Son Haut-Commissariat a dénoncé les arrêtés municipaux anti burkini, les qualifiant de « réaction stupide ». La complicité avec l’invasion et l’islamisation de l’Europe est, là encore, évidente.

Sous des arguties juridiques – absence de troubles à l’ordre public du fait du port du burkini et restriction illégale de la liberté de se vêtir – le Conseil d’ État, en cassant la décision du tribunal administratif de valider l’interdiction municipale de ce burkini, confirme ses positions idéologiques pro–islamisation et pro-immigration. Il est, tout comme bien d’autres institutions judiciaires ou constitutionnelles françaises et européenne, un agent objectif de l’invasion migratoire et de l’islamisation. Un des conseillers d’État cosignataires de l’arrêt, M. Thierry Tuot, est connu pour des positions militantes délirantes pro-immigration et islamophiles. Le Conseil d’État a été dans cette affaire l’ennemi du peuple français, au nom duquel il juge pourtant.

Le Conseil d’État a donné un signe fort aux djihadistes : au nom des Droits de l’homme, vous avez le droit de nous envahir, d’occuper de plus en plus notre espace public et nous n’avons pas le droit de vous en empêcher.

La stratégie de l’affaire du burkini : l’intimidation provocatrice

Le diable se cache dans les détails. D’apparence insignifiante, l’affaire du burkini est de même nature que les revendications du voile partiel ou intégral, des menus halals, des salles de prière dans les lieux de travail, etc. En réalité, au même titre que les attentats ils font partie du djihad, cette guerre de conquête que mènent les musulmans.

La défense de la ”laïcité” a été invoquée pour interdire le burkini ou le voile intégral. Mais en réalité, cela va bien plus loin que la laïcité ou le respect de l’égalité hommes-femmes. Il s’agit d’un défi lancé à notre identité. La multiplication dans l’espace public de femmes instrumentalisées, voilées dans les rues ou en ”burkini” sur les plages, relève d’un défi ethnique, d’une stratégie d’intimidation : s’afficher comme envahisseurs et occupants à travers une démonstration vestimentaire. D’ailleurs, on remarquera que les hommes font de même : Maghrébins et Africains s’exhibent de plus en plus dans des tenues ”traditionnelles” arabes ou sub-sahariennes. Ce n’est pas innocent.

Cette ”opération burkini”, évidemment concoctée par les réseaux arabo-musulmans, dont au premier chef le CCIF, est une provocation pure ; car auparavant, les musulmanes voilées et pudibondes (sur ordre de leurs maris) ne fréquentaient pas les plages, et, pour les autres se baignaient en maillot.

Les incidents de Corse, impliquant le burkini comme prétexte, sont le résultat d’agressions des Maghrébins, avec tentative de privatisation d’une plage, symbole de conquête territoriale avec violences racistes contre des Corses. L’offensive se pare toujours d’une posture défensive. L’agresseur se prétend victime, le raciste antiraciste.

Il s’agit à la fois d’une menace et d’un test. Pour évaluer notre niveau de résistance. Provocation : comme pour le voile et la burqa, le message est : on est là, de plus en plus nombreux, visibles dans l’espace public. Le Conseil d’État ayant invalidé les arrêts anti–burkini, sa décision a été comprise comme une victoire : ”vous pouvez faire ce que vous voulez, on a peur de vous et on se réfugie derrière le prétexte des Droits de l‘homme et de la liberté”. L’envahisseur éclate de rire.

Valérie Pécresse, présidente (LR) de la région Île–de–France a réagi : « ce n’est pas une nouvelle gamme de maillots de bain, mais un projet politique, un projet de contre–société ». Elle évoque des « pratiques communautaires radicales ». Bonne analyse, mais il faut aller plus loin : l’affaire, en apparence anodine du burkini, participe d’un projet de guerre et d’invasion. Le message des envahisseurs est : ”chez vous, nous sommes chez nous et vous serez de moins en moins chez vous”. Mitterrand, ce collabo invétéré, (du vichysme au socialo–immigrationnisme) avait déclaré : « ils sont chez eux chez nous ». Les dirigeants français, surtout de gauche, ont toujours eu cette fibre pathologique de collaboration suicidaire avec les envahisseurs.

Les musulmans font cette provocation afin de susciter une réponse répressive et d’obtenir à la fin une victoire, comme celle que leur a offerte sur un plateau les magistrats du Conseil d’État.

Se revendiquer, s’afficher, intimider, montrer son omniprésence, faire sentir un processus d’invasion ethnique dans des domaines toujours nouveaux, tel est le rôle dévolu à cette stratégie du burkini.

Le coup du burkini est très habile – et pervers – de la part des arabo-musulmans. Effectivement, ces femmes qui se baignent dans la mer complètement couvertes ne menacent pas la sécurité et, finalement, au nom de la liberté, cette provocation est un piège.

Personne, par exemple, ne pourrait empêcher quelqu’un de se baigner habillé en costume cravate dans la mer – au nom de la liberté.

Mais il est stupide, et très désagréable, franchement, de se baigner tout habillé. Ce qui prouve que les femmes musulmanes qui le font (sur ordre évidemment, puisqu’elles sont soumises) n’accomplissent ce geste que dans une visée de provocation et de défi, et non pas par soudain désir de batifoler dans l’eau salée.

Les Droits de l’homme contre le peuple, instruments de l’invasion

L’idéologie/religion séculière des Droits de l’homme – qui est un dévoiement de la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen– mène à l’impuissance collective, à la paralysie du politique, et s’avère être l’instrument de ceux qui veulent détruire le germen des peuples européens au profit des envahisseurs. Antidémocratique, cette idéologie entérine le gouvernement dictatorial des juges ; notamment ceux de la Cour de Strasbourg. Les Droits de l’homme sont une aubaine pour les terroristes et les voyous musulmans. Le professeur Jean–Louis Harouel, dans son récent essai Les Droits de l’homme contre le peuple (Desclée de Brouwer), remarque que « la très vertueuse religion séculière des droits de l’homme trace aux Européens le devoir de disparaître en souriant pour faire place à d’autres peuples et d’autres civilisations ». Il précise : « l’application des droits individuels, jadis conçus pour protéger un peuple contre les excès d’autorité de ses gouvernants, devient dangereuse pour ce peuple quand se déversent sur son territoire d’autres peuples, surtout dans un climat de guerre entre civilisations ». Ces Droits de l’homme « exposent chaque peuple européen à voir des membres d’un autre peuple s’installer massivement chez lui ». On le voit avec la ”crise des migrants”, véritable invasion organisée des peuples européens sans leur consentement. Les immigrés, majoritairement musulmans, utilisent cette « religion séculière de nature millénariste obsédée par la non–discrimination », avec la complicité des institutions collaboratrices, dont la magistrature et le Conseil d’État, afin de « mettre à profit ces droits pour travailler à le détruire (le peuple de souche hôte malgré lui), pour faire prévaloir leur mode de vie et leurs valeurs, au détriment de ceux du pays d’accueil » ; et même si, paradoxe dialectique, leur culture musulmane est totalement contraire aux droits de l’homme : sexisme, discriminations, totalitarisme liberticide, etc.

Les envahisseurs se repaissent de nos faiblesses, de nos lâchetés, des collaborations perverses de nos élites masochistes et nihilistes, de nos peurs et de leur impunité. Ils ne reculeront, ne reflueront que le jour où sera répudiée l’idéologie des Droits de l’homme. Le jour où, plutôt que des accommodements, des utopies d’ ”intégration” ou d’ ”assimilation” et de ”vivre ensemble” sera entendu et appliqué le souhait de la majorité du peuple de souche : on n’entre plus et pour ceux qui sont entrés, voici la sortie.

Duplicité des musulmans et des gauchistes

Remarquons que Manuel Valls a approuvé (au nom de la ”République”, de la ”laïcité” et surtout de la défense des droits des femmes) les interdictions du burkini par les mairies concernées, contre l’avis du Conseil d’État. Dans son gouvernement, Najat Vallaud–Belkacem, probablement soutenue par le glauque François Hollande, les a contestées. Incroyable rupture et désobéissance au sein d’un gouvernement. Ce désaccord est clairement ethnique. La militante ministre de l’Education nationale, qui est d’origine arabo-musulmane, s’emploie partout et surtout à l’école à défranciser, islamiser, arabiser, africaniser. Avec son sourire désarmant, elle fait son petit djihad soft.

On remarquera aussi, face à toutes ces manifestations musulmanes de discrimination et d’infériorisation des femmes (coupables d’attirer les hommes si elles ne cachent pas leur corps) le silence complet des mouvements féministes de gauche, LGBT et autres. Leur militantisme gaucho–féministe s’arrête là où commence leur adoration xénophile pour l’immigré musulman et l‘islam, même si ce dernier est homophobe et misogyne par nature. Terrifiante contradiction à laquelle n’échappe pas Najat Vallaud–Belkacem : d’un côté elle introduit à l’école la théorie du genre qui nie les différences sexuées au nom de l ‘égalité hommes–femmes, de l’autre, elle s’oppose à l’interdiction du burkini, ce symbole de l’oppression des femmes ! En réalité, cette incohérence idéologique apparente s’explique par le fait que cette ministre d’origine maghrébine, est une militante offensive à la fois de l’affaiblissement du socle culturel français et de l’implantation invasive de ses coreligionnaires.

La duplicité, la ruse et le mensonge sont des spécialités de qui l’on sait. Déclarations du président du CFCM (Conseil français du culte musulman), Anouar Kbibech, soulagé par la décision du Conseil d’État d’annuler les interdictions du burkini : « Il y a eu un sentiment général de stigmatisation (mot clé de la langue de bois) voire d’humiliation des musulmans de France, notamment après ce qui s’est passé pour deux femmes musulmanes sur les plages de Cannes et de Nice ». (Elles ont été verbalisées par la police municipale.) Bien que ses coreligionnaire les violent en permanence, il prétend défendre « la solidité des principes et des valeurs de la République ». Utiliser les Droits de l’homme et les principes républicains contre la France pour l’envahir est une constante. « Nous utilisons vos droits de l’homme pour vous envahir», a prévenu une revue musulmane proche de Dae’ch.

Kbibech a précisé : « Ne nous trompons pas de priorité. Ce qui a tué sur la plage de Nice, c’est le terrorisme et non le burkini ». Terrorisme, mot valise pour ne pas désigner la réalité, le djihad musulman criminel. Autre mensonge du même personnage : « les musulmans de France ont toujours été respectueux des lois et des valeurs de la République ». Ah bon ? Plus c’est gros, plus ça passe…

Islam de France tolérant et laïc : sinistre gag

Le problème n’est pas l’assimilation, l’intégration, ni composer avec un ”islam de France”, utopie d’intellectuels hors sol. Impasse totale, ça ne marchera jamais. La création d’une ”Fondation pour l’islam de France”, dirigée par le dinosaure Chevènement, politicien en phase finale, débouchera sur un fiasco complet.

Non seulement les burkinis vont maintenant se répandre sur les plages et dans les piscines, mais bientôt les Françaises de souche seront-elles interdites de bikini et de maillot de bain dans certains endroits à forte population immigrée, harcelées par des musulman(e)s jouant aux pudibond(e)s choqués ? Cette hypothèse n’est nullement impossible : récemment dans un jardin public, une jeune fille française qui se faisait bronzer en maillot de bain a été agressée et frappée par des femmes arabes voilées qui se considéraient déjà en territoire conquis. La charia risque de s’imposer progressivement, de fait, zone par zone, par la loi du nombre de l’invasion migratoire arabo–afro–musulmane.

Faut-il une loi pour passer par dessus la tête du Conseil d’État comme le demandent la droite LR et le FN ? Mais elle se heurterait au barrage du Conseil constitutionnel et de la Cour européenne des Droits de l’homme, où siègent les juges collaborateurs et acteurs de l’invasion de l’Europe. Le burkini est donc définitivement autorisé. C’est un signal et un symptôme de plus, symbolique et médiatique.

En soi, c’est cependant un problème secondaire, l’essentiel, pour aller à la source causale, étant l’arrêt total de l’immigration, la ”remigration” (retour au pays) et la désislamisation ; non pas sous la forme de la construction ridicule et utopique d’un ”islam laïc et tolérant”, – contradiction dans les termes et oxymore (3) – mais de la réduction de la population musulmane, par départs massifs, sous quelque forme que ce soit.

Guillaume Larrivé, porte parole de LR, a déclaré, à propos de l’affaire du burkini : « les islamistes veulent faire reculer la République ; c’est la République qui doit faire reculer les islamistes ». Mauvaise formulation. Il faut en finir avec ces mentions répétitives de ”République”, faiblardes et purement idéologiques. Car il s’agit plutôt de la Nation, de la France, et d’autres pays voisins, au sens charnel et ethnique. Assez aussi avec ce terme ”islamiste”, alors qu’il s’agit de l’islam arabe coranique authentique. Il aurait fallu dire – mais la droite molle en est incapable – que ”l’islam afro-arabe veut faire reculer la Nation française mais que c’est elle qui doit le faire reculer ”. Quand on a peur de désigner l’ennemi et de se définir soi-même sans complexe, on perd.

Vers l’affrontement inévitable

Deux Américains, l’historien Bernard Lewis, auteur de l’essai Le Pouvoir et la Foi. Questions d’islam en Europe et au Moyen –Orient et le journaliste Christopher Caldwell, auteur de Réflexions sur une révolution européenne, ont pronostiqué, que pour des raisons d’immigration massive et de différence démographique de natalité, plusieurs pays d’Europe de l’Ouest, dont la France, deviendront en majorité musulmans avant le milieu du XXIe siècle. Ils ajoutent que pourrait se réaliser ainsi la conquête de l’Europe, un objectif constant de l’islam – arabe ou ottoman– depuis le haut Moyen–Âge. Et il ne s’agit pas uniquement d’un changement civilisationnel et religieux (comme à la fin de l’Antiquité) mais, fait absolument nouveau, d’un changement anthropologique, d’un remplacement de peuple.

Car le plus grave de tout, j’allais dire pire que les attentats terroristes, c’est évidemment l’invasion migratoire (à 90% musulmane) maghrébine, africaine, moyen–orientale, qui détruit l’existence et l’avenir des peuples européens, qui signe leur disparition et qui est encouragée par les dirigeants français, allemands, européens, soit idiots naïfs, soit plus souvent traîtres nihilistes et collaborateurs. Depuis un an, 1,5 millions de migrants illégaux sont entrés en Europe, sans compter les entrées légales. Sans expulsions. Et ça continue. Pour que le déversement s’arrête et s’inverse, il ne faut pas compter sur les politiciens actuels des partis au pouvoir (pas pour très longtemps…) mais sur des événements sismiques qui sont inévitables et qui vont bouleverser toute la donne.

1. Ce ”burkini” a été conçu en Australie par une Libanaise musulmane pour ses coreligionnaires.

2. Le CCIF, tout comme le CRAN (Conseil représentatif des associations noires) sont des associations de combat ethnique, qui visent moins à défendre leurs communautés, qu’à combattre l’identité française de souche dans un but invasif, en prétextant toutes deux être victimes d’un racisme bidon. Or le CRAN, avec son intitulé, est la seule institution racialiste avouée à être autorisée. Ce scandale n’a jamais été relevé.

3. Que dirait-on d’un nazisme philosémite, d’un catholicisme athée, d’un libéralisme collectiviste ?