sarko_violet

Nicolas Sarkozy sera le prochain Président de la République

08/03/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Le maelström politique auquel nous assistons devrait malheureusement profiter à Sarkozy. La gauche s’effondre, le FN ne peut rassembler assez pour gagner et l’ex-président manœuvre pour verrouiller les primaires des Républicains.

Le 20 décembre 2015, j’écrivais une tribune intitulée « Présidentielles 2017 : le tripartisme va-t-il bouleverser le système ? » avec un deuxième tour : François Hollande face à Marine Le Pen.
Or, nous assistons depuis quelques semaines à une véritable explosion de la Gauche où tous les camps se déchirent autour notamment du projet de loi du travail mené par Myriam El Khomri : Une tribune sanguinaire de Martine Aubry à l’encontre de Hollande.
Une pétition de l’extrême-gauche contre la Loi El Khomri, des manifestations gauchistes, doublées d’une grève de la SNCF, Manuel Valls a même menacé de démissionner s’il ne pouvait appliquer cette loi…

Par ailleurs, coté Front National, le séminaire du FN qui s’est tenu début février 2016 n’a pas vu naître de grands changements au niveau de sa ligne politique. Deux jours durant lesquels ont notamment été réaffirmés les « principes de la souveraineté nationale et de la souveraineté économique et monétaire ».

Un immobilisme qu’a dénoncé le Maire de Béziers Robert Ménard sur LCI en mettant Marine Le Pen en garde pour 2017 « Sur un certain nombre de positions, en particulier sur le terrain économique, le FN est à côté de la plaque. Pour faire élire le parti de Marine Le Pen, il vaudrait mieux parler de l’immigration (plutôt) que (de réclamer encore) plus de réglementations. Là honnêtement il y en a marre ». Robert Ménard, qui invitera « toutes les droites » lors d’un séminaire qui se tiendra fin mai à Béziers.
Peut-être autour de Philippe de Villiers et d’Eric Zemmour, sans oublier Patrick Buisson ?

De leur côté, les « Républicains » préparent leur primaire : Nicolas Sarkozy s’imagine en « candidat du peuple » face à celui de « l’establishment » : Alain Juppé. Imitant ainsi le discours du candidat Républicain Américain Donald Trump au risque de hérisser ses compatriotes de la « droite molle ». Contrastant ainsi avec le candidat Juppé et son « identité heureuse » détesté par la frange souverainiste des républicains : Henri Guaino a déclaré : « Avec Alain Juppé à Matignon, au bout de six mois, la France n’était plus gouvernable »
Le numéro 2 des républicains, Laurent Wauquiez a d’ailleurs aussi vanté les qualités du candidat Trump aux USA.
Des primaires jouées d’avance à droite (on imagine mal le retour de Nicolas Sarkozy en politique s’il n’était pas CERTAIN de remporter la primaire), n’en déplaise à certains qui croient encore à la démocratie dans les partis politiques…
Une gauche en explosion totalement dispersée qui va pratiquer une politique de la terre brûlée pendant les 12 mois qui lui reste… (réformes à la « va vite », décrets passés en catimini, rétropédalages constants…)
Hollande ne passera pas le premier tour de la Présidentielle de 2017.

Les Français devront donc choisir entre le « déjà vu » Nicolas Sarkozy et le « on n’a pas encore essayé » Marine Le Pen.
Le tumulte médiatico-politique de l’entre-deux tours ira en faveur de Nicolas Sarkozy, on voit mal les journalistes faire campagne pour Marine Le Pen…
Hollande terrassé par sa défaite au soir du 23 avril 2017 appellera à voter en faveur du candidat « républicain » et Valls, retourné dans sa ville d’Évry, fera campagne « contre le FN ».
Les militants bobo-gauchistes qui vomissent à longueur de journée Nicolas Sarkozy feront finalement campagne pour lui comme ils l’ont fait en PACA et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie pour Xavier Bertrand et Christian Estrosi…

Nicolas Sarkozy adoptera d’emblée un discours identitaire « façon buisson » et un programme économique qui privilégiera une baisse massive des impôts, une réduction drastique du nombre de fonctionnaires hors secteurs régaliens et la défense des valeurs chrétiennes de la France… Les Français oublieront son quinquennat 2007 – 2012 marqué par une explosion de l’immigration, de l’insécurité (phénomènes liés) et par une explosion de la fiscalité, explosions qui se sont amplifiées durant le quinquennat de François Hollande qui restera le Président de l’échec à tous les niveaux.

La parenthèse malheureuse et tragique pour notre civilisation et nos valeurs devra pourtant se refermer le 23 avril 2017 avec l’élimination de la gauche !

La prochaine présidentielle ne se jouera pas sur « une sortie de l’Euro » qui fait peur aux Français, n’en déplaise aux souverainistes purs et durs. Elle se jouera sur des thèmes tels que l’identité française et européenne, l’insécurité, l’immigration, le refus de l’islamisation massive, la place de la France dans l’Europe, mais aussi sur un programme offrant plus de liberté à nos entreprises par un libéralisme contrôlé et par une baisse massive des prélèvements obligatoires.
À bon entendeur !

Franck Guiot