erdogan europe

Le président turc fait chanter l’Europe

Source : Sputnik
La dernière fois que les pays européens ont payé un tribut à la Turquie remonte aux sultans de la fin du XVIe siècle.

Mais cette « tradition » sera certainement ranimée lors du prochain sommet UE-Turquie lundi 7 mars — on ne pourrait qualifier autrement les 3 milliards d’euros déjà promis par la chancelière allemande Angela Merkel à ses interlocuteurs turcs. Non content, le président turc Recep Tayyip Erdogan affirme toutefois que cette somme est insuffisante. Après tout, il doit aussi compenser les pertes budgétaires liées à l’absence de touristes russes dans son pays. Il a donc exigé de l’Europe qu’elle porte le montant des aides destinées au logement des réfugiés à 5 milliards d’euros.

Pour que le futur « tribut » obtenu par Ankara ne soulève pas de fortes indignations de la part des Européens, le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a expliqué que son pays aurait dépensé 8 milliards de dollars pour l’accueil de 2,2 millions de migrants. Pourquoi « aurait » ? Parce que personne n’a vérifié ces chiffres qui circulent dans la presse turque. Le président Erdogan a mis en garde les dirigeants européens qui ne seraient pas prêts à payer les descendants des « sultans » : « Jusqu’à présent, nous faisons embarquer les réfugiés dans des bus à Edirne, à la frontière grecque, pour les renvoyer. On peut le faire encore une fois ou deux mais par la suite, nous ouvrirons la frontière en leur souhaitant bon voyage ».

On ignore encore si la Turquie recevra bien les milliards promis lors du prochain sommet — certains hommes politiques européens sont convaincus qu’Ankara ne remplit pas ses engagements et ne contribue pas à réduire le flux migratoire vers l’Europe. De leur côté, les autorités turques agissent en appliquant le principe « l’argent d’abord » et refusent d’entreprendre quoi que ce soit vis-à-vis des réfugiés tant que le Vieux Continent n’aura pas payé.

Pour que personne n’intervienne dans cette négociation politique, les Turcs ont interdit de traverser leurs eaux territoriales à un groupe naval de l’OTAN qui s’apprêtait à lutter contre le transport illégal de migrants en mer d’Égée. Au final, la direction de l’Alliance continue de mettre au point les détails des opérations à venir et tente de régler les litiges entre la Turquie et la Grèce concernant les frontières maritimes.

Pendant ce temps, les chiffres qui illustrent la « bonne foi » avec laquelle Ankara tient ses promesses parlent d’eux-mêmes : selon l’agence européenne Frontex, 68 000 migrants sont arrivés sur le territoire de l’UE en janvier depuis la Turquie, soit 38 fois plus qu’en janvier 2015. En échange des 5 milliards d’euros susmentionnés, la Turquie pourrait accepter l’initiative des 11 pays de l’UE qui voudraient mettre en place un mécanisme d’envoi direct des réfugiés de Turquie sur le Vieux Continent.

Mais d’ici là, Ankara continuera d’observer avec un sourire moqueur l’incapacité de l’UE à rétablir le contrôle des frontières extérieures par la force en abandonnant ses notions humanistes. Et les autorités turques continueront d’envoyer sur le Vieux Continent des réfugiés par milliers, qui changent peu à peu sa démographie et sa composition religieuse.