hollande_salon_agriculture

Le salon de l’agriculture sous haute tension

29/02/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ce samedi avait lieu l’ouverture du salon de l’agriculture porte de Versailles. Une fois n’est pas coutume le président de la République a été chahuté lors de cette sortie publique. Les paysans qui traversent une crise sans précédent ont hué et insulté François Hollande qui est pourtant venu à l’aube dans l’espoir d’éviter une foule mue par l’animosité. Un exposant a tenté d’atteindre le président avec une bouse vache tandis que d’autres criaient « Fumier ! On n’est pas des migrants ! Bon à rien ! »

Des stands détruits par les exposants
Au fur et à mesure de la progression du président dans les allées la tension montait et forcément elle s’est traduite physiquement. 130 exploitants de la branche francilienne du syndicat de la FNSEA ont réduit à néant le stand du ministère de l’Agriculture entraînant une intervention musclée des CRS. Un stand du groupe Bigard a aussi subi l’ire des éleveurs qui, outre l’État, accuse la grande distribution.

La grande distribution coupable, mais pas seule
La grande distribution a justement été vivement critiquée par le président, qui veut revoir la loi de modernisation de l’économie qui avait déréglementé les négociations entre fournisseurs et distributeurs pour la fixation des prix agricoles. Le président a martelé « Il y a des pressions qu’il faut exercer ici en France sur la grande distribution. » Mais à quoi servirait-il d’œuvrer dans ce sens tandis que l’Union européenne attaque ceux qui font des efforts, même minimes ? En effet dans le même temps, Intermarché a annoncé être sous le coup d’une enquête de la commission Européenne après s’être accordé avec son concurrent Leclerc pour acheter du porc à un prix plancher. L’Europe considère que cet accord est discriminant vis-à-vis des pays tiers.