agordo

Italie : Islam au collège à la place du cours de maths

29/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

« Mardi prochain, le cours de mathématiques est supprimé ; à la place, l’imam donnera à vos enfants une conférence d’une heure sur l’Islam. Veuillez signer pour donner votre accord ». La circulaire rapportée par les élèves du collège Antonio Pertile d’Agordo (dans la province de Belluno en Vénétie), jeudi 25 février, a été mal prise par certains parents. « Ils auraient dû nous impliquer. Je ne signe pas et ma fille ne participera pas », dit une mère de famille citée par Il Gazzettino, le grand quotidien régional. Une autre explique sur Facebook qu’il faudrait « la présence de quelqu’un qui soit chrétien et qui explique les différences ». Certains réclament que le curé assiste à la conférence de l’imam et puisse intervenir.

Selon le Corriere del Veneto, la fronde des parents s’explique tout simplement par la peur que leurs enfants ne soient endoctrinés. Plusieurs jeunes des environs sont déjà partis faire le djihad en Syrie. « La justice a toujours soupçonné l’existence d’une cellule de fanatiques du Califat dans la province de Belluno ; un centre islamique à Ponte nelle Alpi [non loin d’Agordo] a suscité l’attention des forces de l’ordre, quoique les responsables aient toujours repoussé les accusations ».
Discorso Imam
Le maire (sans étiquette) d’Agordo, Sisto Da Roit, se veut rassurant. À l’en croire, « l’objectif de cette rencontre est d’offrir aux élèves une vision plus complète des religions » et « seuls peu de parents ont protesté ». Quant au risque d’endoctrinement, il serait inexistant. « À Agordo, il y a une communauté kosovare, musulmane. Mais ce sont des personnes qui n’ont jamais causé de problèmes et qui se sont intégrées au point de demander la citoyenneté italienne » – preuve d’intégration hautement convaincante, c’est bien sûr.

Quant à Lorella Benvegnù, du syndicat enseignant « d’inspiration catholique » Cisl Scuola, elle défend bec et ongles la venue de l’imam. « Des projets de ce genre, dans la province de Belluno, il y en a depuis dix ans. C’est presque de la routine. Cette affaire d’Agordo est une tempête dans un verre d’eau. Les élèves d’aujourd’hui sont des citoyens du monde, ils sont au contact de cultures diverses et il est donc bon qu’ils les approfondissent. C’est une forme d’enrichissement personnel. Si le message n’a pas été compris, c’est parce qu’il y a eu un problème de communication, voilà tout. »

Crédit photo : COMITE DE JUMELAGE DOLOMIEU / AGORDO = Agordo