parthenon

Civilisation européenne : face à la réalité, il n’y a pas d’échappatoire

25/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Si l’Europe veut s’en sortir pour construire un avenir solide à ses enfants, elle doit impérativement prendre conscience de sa singularité et de sa richesse culturelle et tourner définitivement le dos à la politique de déconstruction de nos sociétés.

Les mondialistes et altermondialistes revendiquent, souvent avec virulence, le droit à la différence pour les Tibétains, les habitants du Darfour, les rebelles de la Casamance, les Kurdes, les Indiens d’Amazonie, le peuple karen… Les patriotes européens revendiquent le même droit pour la civilisation européenne. Nos sociétés multiculturelles détruisent lentement l’idée de nation et confrontent nos jeunes à un vide identitaire. La transmission de notre héritage ne se fait plus. Nier cette réalité revient à s’exposer à des dangers, comme le communautarisme et l’islamisme, et à des contestations, comme la montée d’un nationalisme intolérant et brutal. L’équilibre de nos nations doit reposer sur le socle de notre patrimoine culturel et historique. Chacun doit pouvoir s’identifier au passé de son pays.

Intégrer de force des personnes étrangères à ce passé est un risque que nous avons négligé. Préparer et consolider la paix, c’est aussi prévoir les conflits. Vivre d’utopie en laissant les seuls partisans du multiculturalisme gérer avec arrogance l’évolution de nos pays européens et le monde de la pensée risque de placer les générations prochaines dans des situations tendues et conflictuelles. Nos pseudo-révolutionnaires de mai 68 voulaient remettre en cause l’ordre établi. Il serait probablement urgent d’en faire autant aujourd’hui. Apprenons à devenir des dissidents, prompts à se lever contre la tyrannie des médias. Ces derniers, collaborateurs d’une pensée unique, au service d’une oligarchie, qui maîtrise la politique, l’économie et la culture, tuent jour après jour la liberté d’expression avec la ferme volonté de détruire les peuples européens, pour en faire des citoyens du monde déracinés de leurs patries charnelles.
stonehendge
L’historien Sylvain Gouguenheim nous démontre, à travers son ouvrage, Aristote au Mont-Saint-Michel, les racines grecques de l’Europe chrétienne, la continuité, sans interruption, de la transmission du savoir de la Grèce antique à nos jours. L’Europe n’a eu besoin de personne, si ce n’est des chrétiens d’Orient, pour connaître son héritage, mais surtout elle a eu le souci de ne pas le perdre. « La thèse d’une chrétienté médiévale à la traîne d’un Islam des Lumières relève plus du parti pris idéologique que de l’analyse scientifique. » Pour exemple, à la somptueuse cour de Philippe le Bon, duc de Bourgogne de 1419 à 1467, Alexandre le Grand, Achille et Hector sont autant cités que Arthur, Charlemagne et Roland. Les personnages d’Homère y côtoient ceux de Chrétiens de Troyes et des autres auteurs médiévaux.
sainte-chapelle
L’Europe doit retrouver la même volonté qui animait les intellectuels du Moyen-âge dans leur désir de transmettre leurs connaissances. Sans transmission, rien ne dure. Les Européens ne doivent plus « se présenter comme héritiers d’un passé moribond. » Comme nous le dit Jean-Paul Roux dans son livre Un choc de religions, les Européens en se détournant de leurs racines culturelles et religieuses « ont perdu, avec leur foi, la plupart des repères de leurs anciens.
Par ailleurs, ils n’ont plus le même attachement à la patrie, et l’Europe sert souvent d’alibi à leur indifférence pour leur pays. » Prenons garde à ne pas faire disparaître 3000 ans d’histoire dans le seul but de flatter notre ego. À vouloir construire, à tout prix, la société idéale, basée sur le multiculturalisme et l’égalitarisme, en écartant avec mépris l’héritage de nos ancêtres tout en négligeant, par lâcheté, les dangers de l’immigration de masse, du communautarisme et de l’islamisation, nous risquons bien de participer activement pour certains et passivement pour la grande majorité d’entre-nous à la destruction de la civilisation européenne.

Vincent Revel

Crédit photo : Konstantinos Dafalias via Flickr (CC) = ParthénonKara Melissa Sharp via Flickr (CC) = Stonehendge Shadows. Christopher Chan via Flickr (CC) = Sainte-Chapelle Upper Chapel