arrestation_clandestin_agressions_cologne

Agressions sexuelles de Cologne : La police Allemande redouble d’efforts pour arrêter les responsables… des fuites dans la presse

24/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

La police de Cologne a lancé une nouvelle enquête sur les fuites d’informations vers la presse des agressions sexuelles dissimulées par les autorités.
Alors qu’au lendemain de ces agressions, les forces de police avaient déclaré que la nuit s’était bien passée, puis avait tenté de minimiser le rôle des immigrés dans la vague de violences sexuelles du Nouvel An, des fuites — comprenant un document interne secret détaillant l’ampleur des crimes et une interview d’un officier supérieur — avaient révélé comment la police avait reçu des centaines d’appels dans la nuit et son impuissance à y faire face.

Le procureur du tribunal Cologne a confirmé que la police rassemblait des éléments quant à la source de la fuite qui a donné lieu à une plainte émanant du ministre de l’Intérieur de la région, Ralf Jager.
Cette affaire a également conduit l’ancien chef de police Wolfgang Albers à prendre sa retraite après que ses déclarations mensongères furent mises en défaut par ces fuites.
cologne05
Une enquête publique est maintenant lancée en Rhénanie du Nord-Westphalie sur ces incidents. Pour le moment, face aux 1000 plaintes enregistrées, seulement 73 individus ont été mis en examen pour ces agressions de masse, dont beaucoup sont apparemment d’Afrique du Nord. Parmi ceux-ci, 15 sont maintenus en détention alors que l’enquête se poursuit.

Cela intervient quelques jours après que les demandeurs d’asile marocains ne seraient plus les bienvenus dans l’état le plus peuplé d’Allemagne, des rapports officiels ayant identifié des Marocains parmi les suspects dans la vague d’agressions sexuelles et vols qualifiés à Cologne.
Le ministre de l’Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jager, a déclaré que les autorités fédérales avaient convenu de ne plus envoyer de Marocains dans des centres de réfugiés de la région. Il a ajouté que le nombre d’arrivées de personnes du Maghreb a fortement augmenté, mais bon nombre de ces migrants « ne sont pas admissibles comme réfugiés et par conséquent, ne reçoivent pas d’asile ».

« Les immigrants d’Afrique du Nord sont surreprésentés dans la population délinquante du pays », a déclaré Ralf Jäger. « Les suspects sont souvent de jeunes hommes voyageant seuls. »

Selon les données provinciales, 6 444 Marocains et 6 790 Algériens ont cherché asile en Rhénanie-du-Nord-Westphalie en 2015, soit une augmentation de 300 %
80 % des immigrants marocains vivent dans cette région, principalement dans les deux grandes villes de Cologne et Düsseldorf. Mais ils ont peu de chances d’obtenir l’asile en Allemagne, car ils ne fuient pas la guerre ou un conflit dans leur pays d’origine.
cologne01
Le mois dernier, plus de 200 demandeurs d’asile ont poursuivi le gouvernement régional pour avoir pris trop de temps à traiter leurs demandes. Certains des demandeurs attendaient depuis plus d’un an, a signalé le journal The Local.
« L’écrasante majorité des suspects arrêtés tombe dans la catégorie générale des réfugiés, » a déclaré le procureur Ulrich Bremer. Il a ajouté que certains articles de presse ne signalant que trois des suspects comme réfugiés étaient « non-sens total ».
Les autorités de Cologne ont été accusées de minimiser le fait que les attaquants étaient des demandeurs d’asile en raison de la sensibilité politique de la question.
Les suspects comprenaient 30 ressortissants marocains, 27 Algériens, quatre Irakiens, trois Allemands, trois Syriens, trois Tunisiens, mais aussi un ressortissant de Libye, d’Iran et du Monténégro, a précisé le procureur Bremer. Leurs statuts juridiques sont très variés, d’immigrants clandestins à demandeurs d’asile et cela recouvre la grande majorité des suspects. »
Suite aux agressions de masse de Cologne, l’Allemagne va qualifier le Maroc, l’Algérie et la Tunisie de « pays sûrs », éliminant quasiment toute chance aux ressortissants de ces pays d’obtenir l’asile.

Source : Daily Mail