milices_ukrainiennes

« Ukraine : les masques de la révolution » : réinformation à Canal+ !

02/02/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Le documentaire sur les dessous de la révolution ukrainienne, qui avait soulevé l’indignation des bonnes consciences et la demande de censure de l’ambassade ukrainienne, a finalement été diffusé sur Canal+.

« Ukraine : les masques de la révolution » devrait avoir tout pour plaire à la gauche bobo et bonne conscience : ce reportage filme au plus près des groupes nationalistes et néo-nazis ukrainiens et leur rôle dans la révolution. Une part importante du reportage tourne autour du drame d’Odessa, durant lequel en mai 2014 ont péri brûlés 42 manifestants prorusses, piégés dans un bâtiment incendié au cocktail Molotov par les pro-Ukrainiens. Paul Moreira a déclaré qu’il avait choisi ce sujet parce qu’il ne pouvait pas accepter qu’en plein cœur de l’Europe et au XXIe siècle, quarante-cinq personnes soient tuées avec une totale absence de réaction de la part de la police.

Mais non, pour une fois qu’ils avaient de vrais extrémistes à se mettre sous la dent, nos antifascistes de salon ont fait la fine bouche.

Ainsi, Le Monde et le journaliste Renaud Rebardy, sur son blog « Comité Ukraine », publié sur le site de Libération ont été très critiques envers le reportage. Ils se sont complus à pointer du doigt « exagérations » et « erreurs factuelles » dudit documentaire. Le fond de l’affaire est simple : le film va simplement à l’encontre de la propagande officielle distillée par les médias officiels, d’une sympathique révolution de braves Ukrainiens martyrisés par de vilains Russes.

L’auteur du reportage, Paul Moreira, fort d’une solide expérience journalistique en milieu hostile, admet que son enquête « allait à l’encontre de la narration communément admise ». Il a donc été taxé de faire le « jeu de Moscou » et « d’anti-américanisme ». Le régime en place en Ukraine est en effet soutenu par les USA, qui ont de plus formé un certain nombre de ces milices paramilitaires, maintenant intégrées à l’armée ukrainienne.
Ultime honneur pour le journaliste, l’ambassade d’Ukraine a tenté de faire pression sur Canal + pour empêcher la diffusion du film, qui a donc tenu bon. Pour une fois que cette chaîne fait de la réinformation… à l’échelle française s’entend, plusieurs médias anglo-saxons ayant déjà développé le thème.