mosquee_mayotte

Mayotte au bord de la guerre civile ?

21/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est ainsi que Mansour Kamardine, l’un des anciens députés du 101e département français, voit la situation explosive de l’île. La Cour des comptes a récemment publié un rapport apocalyptique sur celle-ci. Non contente d’avoir le taux de chômage le plus élevé de France, Mayotte possède des systèmes fiscaux, éducatifs et répressifs défectueux.

Faut-il blâmer la départementalisation ?
Celle ci, qui a eu lieu en 2011, a été « Insuffisamment préparée » selon la Cour des comptes. De l’aveu même du député, l’État est « quasiment absent », et la dotation dont devait bénéficier le territoire s’est considérablement réduite. D’un autre côté, la décentralisation a provoqué un clientélisme phénoménal, au point que le conseil départemental soit désormais le premier employeur de l’île.

L’immigration est également un problème
Si l’Europe subit actuellement une vague migratoire, ce qui arrive à Mayotte relève du tsunami. Toujours selon le député « La population d’origine mahoraise est aujourd’hui minoritaire » et 75 % des nouveau-nés de 2015 étaient étrangers et clandestins. Ainsi, la route maritime vers Mayotte « Est une gigantesque autoroute à huit voies à sens unique sur laquelle le trafic est intense 24 heures sur 24 ».

Cela ne va pas sans une montée des tensions
Avec les clandestins, en très large majorité des Comoriens, arrivent des « Individus qui s’improvisent imams ou maîtres coraniques » prônant un islam radical. Et cela sans que l’État réagisse. C’est donc la population qui se sent obligée de réagir : elle a ainsi récemment détruit deux mosquées radicales pour montrer son opposition à ce qui y était prêché.