lampedusa  Sara Prestianni Noborder Network

Italie : 96 % de jeunes hommes parmi les « réfugiés »

13/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Tout le monde sait, même et surtout les journalistes qui mettent en avant des photos de femmes et d’enfants pour apitoyer le bourgeois, que les prétendus réfugiés qui déferlent en Europe sont en écrasante majorité des hommes jeunes. Mais quelle est la proportion exacte ? Les gouvernements européens se gardent bien de la donner.

En septembre dernier, les soi-disant décodeurs du Monde avaient profité de l’absence de chiffres officiels pour prendre à parti Marine Le Pen, qui avait osé parler de 75 %. Selon ces parangons de la rigueur médiatique, s’il y a « effectivement une majorité d’hommes » parmi « les migrants ayant traversé la Méditerranée pour venir en Europe », « la proportion pourrait se rééquilibrer, selon d’autres comptages ».

Or voici que nous disposons enfin de données statistiques précises. Elles concernent la province de Vicence, dans la région Vénétie, et il n’y a aucune raison de supposer que la situation n’y soit pas représentative de l’ensemble de l’Italie. La préfecture de Vicence a révélé les chiffres la semaine dernière : le nombre d’étrangers hébergés dans les centres d’accueil (complètement saturés) de la province est désormais de 1 360, dont 1 309 sont des hommes majeurs. Les femmes (« surtout des Nigérianes », désormais la main d’œuvre préférée des réseaux de prostitution) et les enfants représentent ensemble 51 personnes. Cette écrasante domination masculine ne tend nullement à se réduire. Le dernier arrivage d’immigrés, jeudi, comptait neuf personnes, toutes des hommes : huit Somaliens et un Togolais.

Le journal local, Il Giornale di Vicenza, ose s’inquiéter de ce déséquilibre, à la lumière des récents événements de Cologne, mais aussi « de violences de la part de migrants plus près de chez nous. L’été dernier, un Sénégalais de vingt ans logé à l’hôtel Miravalle de Montegalda [aux frais du contribuable italien, NDT] avait été arrêté sous l’accusation de violence sexuelle vis-à-vis d’une mineure de Padoue. Le jeune homme aurait été reconnu aussi par une autre victime présumée, de Vicence cette fois. Ce n’est pas un cas unique : il y a quelques jours était arrêté à Padoue un réfugié nigérian, incarcéré pour avoir organisé un trafic de femmes. Dans la province de Vérone, début décembre, deux jeunes filles ont été agressées sexuellement dans l’autobus par deux demandeurs d’asile ».

La journaliste du Giornale di Vicenza a pourtant trouvé quelqu’un qui ne s’inquiète pas : Mgr Giuseppe Dal Ferro, président de l’Institut culturel Rezzara – un centre de réflexion catholique sur l’avenir de l’Europe, fondé au lendemain de Vatican II sous le patronage de Paul VI… Selon ce prélat, « nous nous trouvons dans une phase transitoire et contrôlée », puisque « la majeure partie des demandeurs d’asile attend la réponse à leur demande de protection internationale. Quand arrivera la réponse à leur demande, je suis convaincu qu’il y aura un rééquilibrage et que les jeunes hommes qui sont venus ici, s’ils ont le droit de rester, feront venir leurs familles avec eux ». Les hommes ne font qu’« ouvrir la voie ».

Voilà effectivement qui est rassurant.