agressions_cologne022

Agressions du Réveillon à Cologne : témoignage exclusif d’une Française présente sur place

08/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
NOVOpress a pu recueillir le témoignage d’une Française présente à Cologne lors du réveillon. À lire Marie*, la situationn était déjà très tendue avant le réveillon, rendant d’autant plus coupables l’inaction de la police et le silence des médias. Elle exprime de plus une légitime inquiétude pour la suite des événements.

À partir de quelle heure il y a-t-il eu des débordements ?
C’est assez difficile de dire à partir de quelle heure ça a commencé. Nous nous sommes dirigées dans le centre de Cologne aux environs de 21 h/21 h 30. Nous sommes passées par Schildergrasse, l’une des rues les plus commerçantes et animée de la ville. Nous allions en direction de la cathédrale puis des docks, près du Rhin, pour assister au feu d’artifice.
Déjà à ce niveau il y avait une ambiance assez particulière. Un mélange de festivités (des groupes d’amis, des familles chantant, rigolant) et des petits groupes ayant d’autres intentions (nous nous faisions très régulièrement siffler voir aborder de façon plutôt désagréable). Mais nous y avons très peu porté attention. Ce qui nous a marqué, ça a été cette impression de mouvement de foule, beaucoup de groupes faisant demi-tour à l’approche de la cathédrale. Nous n’avons pas bien compris pourquoi. En atteignant la place, des pétards explosaient de nulle part, au milieu de la foule, on a vu pas mal de policier arriver. Il est difficile de dire comment et quand cela a commencé.

Quelle était la réaction des Allemands et celle des touristes ?
La propriétaire de l’appartement que nous avions loué nous avait mises en garde à notre arrivée en nous expliquant qu’en ce moment il fallait être très vigilant dehors et qu’il le faudra être encore plus le soir du 31. Durant la soirée nous avons discuté avec quelques Allemands, des jeunes de 20/25 ans. Les hommes semblaient malheureusement quelque peu lassés et à la fois sur la défensive, sachant qu’il devait surveiller tout ce qu’il se passait autour d’eux voyant des petits groupes roder à l’affût des affaires ou simplement des sacs.

Mais les réactions les plus marquantes ont été celles d’Allemandes. Malgré tous leurs projets planifiés avec leurs amis, le simple fait d’avoir dû se rendre jusqu’au docks à pied les a totalement découragées et était assez effrayées de ce qui pouvait leur arriver. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur d’un pub que nous les avons senties un peu plus sérieuses. Elles n’avaient pas vraiment assisté à ça avant. Une sorte de résignation quand elles en parlait.
Quant aux touristes, de ceux avec qui nous avons parlé, ils étaient assez surpris également et encore une fois faisait la fête tout en restant tout de même sur leur garde.

Que t-est-il arrivé ?
Quant à moi, j’ai d’abord eu le droit à des jets de feu d’artifice dans les pieds, évités de justesse, mais semblant suffisamment satisfaire ceux dont le jeu était de viser les femmes en général. Je me suis fait voler mon porte-monnaie. Bien que vigilante, je pense ne pas avoir pu gérer le fait de surveiller mes affaires et celui d’éloigner ces « hommes » nous encerclant et exprimant clairement leurs intentions pour leur soirée.
Nous avions l’impression parfois d’être de simples bêtes, à se faire siffler, aborder avec insistance. Certains propos adressés dans un français irréprochable sont le parfait reflet de ce que beaucoup d’Allemandes ont malheureusement vécu ce soir-là.
Ils sont probablement ce qui m’aura le plus marqué de ces événements. C’est pour cela que la perte de mes affaires est quelque peu dérisoire au vu des événements. Nous n’avons pas pu profiter de notre soirée comme elle était prévue, du moins nous avons dû l’adapter et donc nous n’avons passé que très peu de temps dehors. Nous avons favorisé l’ambiance des pubs traditionnels à l’ambiance assez dérangeante de l’extérieur.
Et lorsque nous étions à l’extérieur, nous sélectionnions l’endroit où nous arrêter en fonction de qui nous entourait. Nous avons tenté d’avoir le réflexe de ne pas prendre trop de risque et de savoir anticiper.

Veux-tu porter plainte ?
L’idée de porter plainte ne m’est simplement pas venue à l’idée, je dois l’avouer.

Ta vision de Française ?
En tant que Française, ce n’est selon moi malheureusement que le début. En tant que fille ayant été élevée en banlieue, ces agissements ne me sont pas inconnus et j’ai appris à savoir comment plus ou moins réagir, à l’inverse des Allemandes, qui pour la plupart découvre ce triste phénomène.
Cette foule de racailles dans cette ville qu’est Cologne est je dois l’admettre une chose qui m’a totalement surprise. Consciente avant de la situation de l’Allemagne et de la position du gouvernement sur le sujet des migrants, le voir en tant que touriste dans un pays voisin confirme que l’Europe dans sa globalité est touchée par ce flux de migrants et la délinquance (forte et avec de lourdes conséquences) qui va avec et que les premières victimes sont bien la population et encore une fois les jeunes.

Les agresseurs, qui étaient-ils (langues habillements, âge)
Encore une fois les perturbateurs/agresseurs que j’ai pu rencontrer, voir autour de moi parlaient pour beaucoup le français, l’arabe, ou un anglais et très approximatif ou l’allemand. Habillés en survêtement pour la plupart ou Jean et sweat. Âgés de 20 et 35 ans, d’origine maghrébine ou moyen-orientale.

La police ?
Nous avons vu passer deux ou trois fourgons de police, certains étaient postés, mais la présence policière n’était pas flagrante.

Retourneras-tu là-bas ?
Ce qu’il s’est passé là-bas m’a quelque peu perturbé, me disant que cela aurait pu nous arriver à nous, que cela se passait près de nous. Mais ce ne sont pas les erreurs de politique, ni même de cultures, à des années-lumière de la nôtre, qui m’empêcheront de voyager comme bon me semble. Je suis partie avec une vieille amie avec qui je voyage régulièrement en l’Europe et nous ne sommes pas prêtes à vivre dans la peur de ce qu’il peut nous arriver, au contraire.
Donc oui je retournerai sans doute visiter l’Allemagne.

Quel avenir pour la condition de la femme européenne ?
Si nous laissons ces migrants et cette culture arabe où la femme n’en est réduite qu’à peu de chose, l’Europe court à sa perte. Savoir que les médias n’ont pas réagi tout de suite sur les événements survenus à Cologne par peur de « l’amalgame » est pour moi déjà une atteinte à la population et aux femmes, quelles sont vraiment les priorités ? Toute cette peur de placer des mots sur les faits ou, ne serait-ce que d’agir, ne fera qu’empirer la situation déjà très précaire de l’Europe en général.

*le prénom a été changé à la demande de l’intéressée.