hommage_attentats_janvier

Hollande, à côté de la plaque, continue à enfiler les boulettes

06/01/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Dans les grandes choses comme dans les petites, le seul domaine de compétence de nos dirigeants, c’est l’erreur. Sur la plaque commémorative dédiée aux victimes des attentats de janvier, le nom de Wolinski est mal orthographié. Mais c’est loin d’être la seule faute.

Ça pourrait être drôle si ce n’était indécent. Ça pourrait être comique s’il ne s’agissait de la vie, la mort et le respect qu’elle devrait inspirer. En Hollandie, pourtant, on s’accroche à ce qu’on sait faire de mieux : la boulette, l’erreur, l’approximation, l’amateurisme, la faute politique, de goût, d’intelligence… n’en jetez plus.

Dernier en date (corrigez-moi si j’en ai loupé) : la plaque commémorative inaugurée hier matin par le « président » Hollande comportait une faute d’orthographe sur le nom du dessinateur Wolinski, écrit avec un Y à la fin. Alors bien sûr, ils font suer, ces étrangers avec leurs noms à coucher dehors, peuvent pas s’appeler Ali comme tout le monde ?
Toute la plaque est pourtant… à côté, mélangeant allègrement noms de plume et noms d’état civil :

 

Pire, encore, dans cet hommage officiel à des victimes, il y a stigmatisation : y figure le nom de Franck Brinsolaro, le policier chargé de la protection Charb, mais pas celui d’Ahmed Merabet, policier tué par les frères Kouachi dans la rue. Est-il moins mort dans l’exercice de ses fonctions que l’autre du fait qu’il a été descendu dans la rue et non dans les locaux de Charlie Hebdo ? Certes, il a sa plaque un peu plus loin, mais il aurait pu être associé aux autres victimes.

Nous ne serons ni surpris par la lamentable tentative de récupération politicienne des morts, ni par l’amateurisme et le manque de respect que traduisent ces fautes. Après tout, c’est le même Flanby qui a appelé les Français à pavoiser au moment de l’hommage national aux victimes des attentats islamistes 13 novembre. À pavoiser. Comme si c’était une bonne nouvelle. Et non à mettre les drapeaux en berne, ainsi qu’il est d’usage en cas de deuil.

plaque wolinsky

C’est aussi le même qui envisage sérieusement de distribuer des charrettes de Légion d’Honneur aux victimes desdits attentats, oubliant allègrement, dans le désir brouillon de faire de la comm » sur le dos des victimes que la Légion d’Honneur récompense ceux qui se sont particulièrement distingués au service de la nation, non d’innocentes victimes. « Si demain la Légion d’honneur devait, à son tour, être dénaturée du fait d’une initiative démagogique alors, la Nation serait en droit de se demander quel respect portent les Grands Maîtres pour notre Premier Ordre national », s’indigne le général (2S) François Cann, ancien membre du Conseil de l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Général, la réponse est simple : aucun. Et pas plus à l’ordre de la Légion d’Honneur qu’aux victimes des attentats ou aux Français en général.

Charles Dewotine