8506-Chard

L’Amalgame

17/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)

À quand une assignation à résidence et une condamnation de Marine Le Pen pour apologie du terrorisme islamiste et intelligence avec Daech ?
Le parquet de Nanterre a ouvert une enquête contre Marine Le Pen sur signalement du ministère de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, parce qu’elle avait publié sur son compte Twitter des photos des atrocités commises par l’EI. Elle répondait en cela à Jean-Jacques Bourdin qui s’est livré mercredi matin sur RMC et BFMTV à une nouvelle comparaison ignoble entre Daech et le FN avançant que la stratégie de l’un consiste à favoriser l’autre et parlant de « communauté d’esprit ».
8506P1
Marine Le Pen a aussitôt réagi sur Twitter : « Le parallèle fait ce matin par Jean-Jacques Bourdin entre Daech et le FN est un dérapage inacceptable. Il doit retirer ses propos immondes. » Elle a alors publié trois photos d’exécutions de l’EI avec le commentaire suivant : « Daech c’est ça ! ».
Avant de déclarer au Figaro :
« Ça suffit. Cela commence à bien faire. Si ces attaques sont désormais la ligne de BFM, puisque Ruth Elkrief a osé le même rapprochement (NDLR : voir notre interview de Gilbert Collard dans Présent du 15 décembre) il est temps que cela cesse. Je dis stop ! Nous avons été comparés à Hitler pendant des années, nous n’allons pas accepter cela une nouvelle fois. Sept millions de Français sont derrière le Front national. Ils ont droit à un minimum de respect. »

Manuel Valls est bien évidemment monté au créneau sur Twitter : « Monstrueuses photos. Mme Le Pen : incendiaire du débat public, faute politique et morale, non-respect des victimes ». Jusqu’à la dénonciation de Cazeneuve auprès de la plateforme Pharos de la direction centrale de la police judiciaire… 130 morts dans Paris il y a un mois, mais le vrai danger c’est le FN.
L’enquête préliminaire pour « diffusion d’images violentes » vise donc Marine Le Pen, mais aussi Gilbert Collard qui avait publié une photo d’exécution et commenté : « L’État socialiste, régime policier pour l’instant, tragi-comique : on laisse filer les terroristes et on persécute leurs pires ennemis ! »

La presse avait été « moins prude pour diffuser massivement la photo du petit Aylan » a rappelé Marine Le Pen en référence au petit garçon syrien échoué sur une plage turque, dont l’image avait été exploitée dans la plus totale indécence.

Qualifiant la réaction de Marine Le Pen d’hystérique, Jean-Jacques Bourdin, en roi des faux-culs qu’il est, n’a cessé de susurrer à ses auditeurs ces deux derniers jours : « J’ai trop de respect pour les électeurs du FN, je vous respecte trop mesdames et messieurs les électeurs pour vous insulter. » En effet ce sont eux qui font ses audiences.
Il sait parfaitement jouer habilement (de moins en moins il semble) sur les deux tableaux : inviter les responsables du Front national qui font exploser ses audiences, donner la parole à un électorat FN de plus en plus nombreux parmi ses auditeurs et combattre le Front national en bon militant médiatique (« l’homme libre » !) ainsi qu’il l’avait rétorqué à Mélenchon en 2014 alors que ce dernier lui reprochait d’inviter tout le temps le FN : « La parole qu’on a donnée au FN c’était une parole critique, les reportages qu’on a faits c’était justement pour critiquer ». On ne s’en serait pas douté…

Caroline Parmentier