coalition_anti-terroriste_soudienne

Ils osent tout : l’Arabie Saoudite à la tête d’une coalition islamique anti-terroriste

15/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
L’un des principaux bailleurs de fonds du fondamentalisme et des mouvements terroristes Islamiques prend la tête d’une … coalition de pays musulmans pour lutter contre le terrorisme. Les indépendantistes corses n’ont qu’à bien se tenir.

L’Arabie saoudite fait partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, est supposée combattre l’État islamique en Syrie et en Irak. A croire que cela ne suffit pas à blanchir son image de grand financier du fondamentalisme et des mouvements terroristes Islamiques, puisque Ryad a formé une coalition, comprenant 34 pays, notamment l’Égypte, la Turquie et le Pakistan ou encore le Sénégal, destinée à combattre « toute organisation terroriste » par des opérations militaires.
A la question de savoir si la nouvelle coalition va se consacrer à la lutte contre l’EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien, a souligné qu’elle allait combattre « toute organisation terroriste ». Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad pour « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme », selon les communiqués officiels de Ryad.

F16 saoudiens engagés au Yémen

F16 saoudiens engagés au Yémen

En attendant, cette coalition ne rassemble(1) que du beau linge, la Turquie étant connue pour son soutien financier (par le trafic de pétrole) et logistique (par l’acheminement de matériel et d’hommes via son territoire) à l’État Islamique. Le Pakistan, de son côté, a créé, formé et développé le mouvement taliban…avec les fonds saoudiens et le soutien américain. Si l’Égypte est le berceau des Frères Musulmans, l’une des matrices du fondamentalisme révolutionnaire sunnite, il fait bien avouer que le pouvoir égyptien est le seul parmi les grand pays arabes de cette coalition à souffrir du terrorisme et à le combattre.
Parmi les autres membres de cette intéressante coalition, le Soudan est depuis longtemps un foyer terroriste, de même que la Somalie ou la Palestine. Quant à la Libye, elle est partagée depuis la brillante intervention occidentale entre factions plus extrémistes les unes que les autres, laissant l’État Islamique prendre peu à peu le contrôle du pays.

Pourquoi une telle initiative ? tandis que les USA prennent leurs distances avec leur « fidèle » allié saoudien et se rapprochent de l’Iran, Ryad souhaite donner des gages et répondre au souhait d’ Obama de voir les pays musulmans plus s’impliquer dans la « lutte contre le terrorisme ».

forces spéciales soudiennes

Mais c’est surtout un bon prétexte pour rassembler le monde sunnite et coordonner ses efforts contre le chiisme. On ne sera pas surpris d’apprendre que la coalition n’inclut pas l’Iran, pays chiite par excellence ou l’Irak, à majorité chiite. Ce qui pourrait donner un bon aperçu de la « lutte contre le terrorisme » qu’envisage Ryad est l’autre coalition, arabe cette fois, que dirige actuellement L’Arabie Saoudite contre les « rebelles » chiites au Yémen.

Les soudiens savent mettre les moyens quand il faut : Riyad déploie 100 avions de combat et a massé 150 000 hommes à la frontière nord-ouest du Yémen, dont une partie a déjà franchi la frontière en septembre pour une intervention directe contre les houthistes, ces chiites qui défient la dictature sunnite au pouvoir. Bombardements massifs des populations civiles, exactions en tout genre sont apparemment les moyens de « lutter contre le terrorisme » privilégiés par nos sympathiques alliés…

Charles Dewotine

(1) Jordanie, Émirats Arabes Unis, Pakistan, Bahreïn, Bangladesh, Bénin, Turquie, Tchad, Togo, Tunisie, Djibouti, Sénégal, Soudan, Sierra Leone, Somalie, Gabon, Guinée, Palestine, Comores, Qatar, cote d’Ivoire, Koweït, Liban, Libye, Maldives, Mali, Malaisie, Égypte, Maroc, Mauritanie, Niger, Nigeria, Yémen.