cortege_mahomet_civitanova_

« Nous venons en paix », mais en Italie, le Père Noël doit céder la place à Mahomet

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants »/« réfugiés »/Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, passage par l’Italie, où une fête du père Noël pour les enfants de Civitanova a dû, sur injonction des autorités, céder la place à un cortège en l’honneur de Mahomet. Les « migrants » viennent bien en paix, du moment qu’on leur cède tout.

C’est une de ces anecdotes comme il y en a des centaines tous les jours à travers l’Europe et qui illustrent le Grand Remplacement en cours. Voilà pourquoi, parce qu’elle est exemplaire, non seulement le journal local, Il Resto del Carlino , mais le quotidien national Il Giornale lui ont consacré un article.

À Civitanova Marche, dans la région des Marches, en Italie centrale, devait avoir lieu dimanche 13 décembre l’arrivée du Père Noël, organisée pour les enfants par l’Assistance publique (Croce verde) et la Capitainerie du Port. Le Père Noël devait débarquer à 10 heures du matin dans le port sur une vedette de la Garde côtière – pour une fois qu’elle ramenait autre chose que des immigrés clandestins –, et traverser la ville sur un traîneau chargé de cadeaux. Cette fête des enfants devait se terminer devant l’Hôtel de Ville, sur la place centrale (la place du Vingt Septembre, ainsi nommée d’après le 20 septembre 1870, achèvement de l’unité italienne).

Mais « la communauté pakistanaise » avait décidé d’organiser juste à la même heure un cortège pour « l’anniversaire de la naissance du prophète Mahomet ». Du fait de la position centrale de Civitanova, des délégations de toutes les Marches et même des régions voisines étaient attendues. Et les musulmans tenaient à traverser la place centrale avant de se rendre au Palais des Sports de la ville « et de se recueillir en prière ».

Que croyez-vous qu’il arriva ? La Préfecture, invoquant « les attentats terroristes en France et la situation de tension que l’on vit aussi en Italie », a jugé impossible que le Père Noël puisse croiser les musulmans. Elle a donc « mis son veto » au cortège du Père Noël, repoussé loin du centre. La manifestation musulmane, elle, s’est déroulée comme le voulaient les organisateurs, sous haute protection policière, avec drapeaux verts et haut-parleurs hurlant « Allah akbar ». Les rues du centre-ville avaient été fermées à la circulation pour permettre son bon déroulement.
Ils sont chez eux chez nous, c’est bien connu.