le_pen_diable

L’éternel retour de la « diabolisation » : la victoire des médias de propagande

Source : Boulevard Voltaire
Il est vain de rêver à un changement tranquille. C’est un bouleversement qui est nécessaire.

Il a été de bon ton de croire que la diabolisation du FN venait des soupçons d’antisémitisme qui pesait sur Jean-Marie Le Pen. Nous savons désormais que c’est faux.
Explications.

En mars 2015, Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a déclaré que sur le sujet de l’antisémitisme Marine Le Pen était « irréprochable » ce qui n’était pas le cas de son père. Depuis « l’irréprochable » Marine Le Pen a exclu Jean-Marie Le Pen du FN. Pourtant à une semaine du premier tour des régionales, c’est Roger Cukierman qui a donné le signal de départ de la campagne anti-FN en déclarant « qu’il n’était pas possible pour un juif de voter FN ».

D’autres oligarques ont suivi : Keller le Grand maître du Grand Orient de France a appelé à faire barrage au FN au nom de la République, malgré le discours sincèrement républicain des dirigeants du FN. Mais il est vrai qu’aujourd’hui les « valeurs républicaines » n’ont plus rien à voir avec la Res Publica. C’est juste le nouveau mot pour dire « politiquement correct ».

Sans craindre la contre-performance, Gattaz le patron du MEDEF a tonné contre le programme économique du FN alors que celui-ci veut développer la formation professionnelle et l’apprentissage dans les régions, qui est l’intérêt des TPE/PME.
Et tous les médias de propagande subventionnés ont pris le relais. Dans une campagne d’ahurissement exemplaire entre les deux tours.

Cela s’explique : le FN s’oppose frontalement au MIM – le mondialisme immigrationnisme marchand – que défend la superclasse mondiale partout dans le monde. Logique dans ces conditions que la section française de la superclasse mondiale diabolise le FN !

Entre le peuple et l’oligarchie qui le trahit et l’ahurit, le conflit est inévitable.

Il est vain de rêver à un changement tranquille. C’est un bouleversement qui est nécessaire.

Jean-Yves Le Gallou