manif_anti-islam_allemagne

Allemagne : + 45% de salafistes en deux ans

08/12/2015 – CULTURE (NOVOpress)

Est-ce l’impact de leurs distributions massives de corans dans les villes allemandes ? Ou plutôt un effect mécanique de l’accroissement constant de l’immigration ? Hans-Georg Maaßen, président de l’Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz) a révélé dans un entretien au quotidien berlinois Tagesspiegel
que le nombre des salafistes repérés en Allemagne avait battu « un nouveau record » pour atteindre près de 8000. Il y a deux ans, ils n’étaient que 5500. En outre, « les salafistes cherchent, comme par le passé à gagner de nouveaux partisans dans les centres pour réfugiés ». M. Maaßen se félicite, en revanche, que « le nombre de départs pour faire le djihad en Syrie et en Irak, qui s’élève à 760 dont environ un tiers de retours en Allemagne, augmente moins vite que l’année dernière » – où il avait carrément doublé pour passer de 270 à 550.

À la question de savoir s’il n’avait pas sous-estimé la possibilité que des terroristes puissent se rendre en Allemagne mélangés au flot de « réfugiés », M. Maaßen prétend avec aplomb que « son service, au cours des dernières semaines et des derniers mois, avait toujours indiqué cette possibilité ». Mais il tient à souligner qu’il « serait faux de considérer en bloc les nombreux demandeurs d’asile comme une menace terroriste ».

Le plus grand souci de M. Maaßen reste donc « l’extrême droite » qui « rend les politiciens, y compris la chancelière [Angela Merkel], et même les médias responsables de la situation actuelle en ce qui concerne les réfugiés, et des attentats de Paris. Selon leurs accusations, l’ouverture des frontières est originellement responsable de ce que nous vivons aujourd’hui ». On se demande où « l’extrême droite » va inventer des choses pareilles !

« Sur internet, se lamente M. Maaßen, on constate un durcissement du vocabulaire employé, dans le sens d’une opposition de la société civile contre “le système dominant”. » Il est même probable que « l’extrême droite » prenne occasion des événements « pour faire de l’agitation sur le thème de l’“anti-asile” ». « Dans ce domaine, conclut M. Maaßen, nous envisageons l’évolution de la situation avec beaucoup d’inquiétude ». Une accentuation de la répression s’impose de toute évidence.