helio01

Djihad offensif: la Catapulte et le Cheval de Troie, par Hélios d’Alexandrie

Source : Poste de Veille

Paris a-t-il vécu son 11 septembre le Vendredi 13 novembre 2015 ?
Telle est la question que plusieurs se posent. En termes de statistiques New York et Washington l’emportent et de loin : quatre gros avions de ligne détournés et détruits, le World Trade Center et une partie du Pentagone entièrement détruits, plus de 3000 vies sacrifiées, le transport aérien en Amérique du Nord paralysé pour plusieurs jours, les centres financiers mondiaux fortement secoués, etc. Comparé au 11 septembre, le 13 novembre ne fait pas le poids : aucun avion détourné, aucun édifice détruit, à peine 130 morts, peu d’impact sur le plan économique et pourtant…

La Catapulte
Le 11 septembre 2001, l’islam frappait un grand coup, la « ghazwa (la razzia) bénie de New York » inaugurait le Djihad offensif contre l’Occident infidèle.
Le coup a été soigneusement préparé, il fallait atteindre l’Occident en plein cœur et lui infliger une cuisante défaite, une première qui, avec la volonté d’Allah, devrait être suivie de plusieurs autres, jusqu’à la victoire finale et l’humiliation de l’ennemi. Mais le fossé scientifique et technologique séparant l’islam des infidèles était tel, qu’il semblait de prime abord impossible de le combler dans un avenir prévisible ; l’islam était extrêmement faible et incapable de produire des armes en quantité et en qualité suffisantes pour espérer vaincre l’ennemi dans une guerre conventionnelle. Conscient à la fois de son désir de détruire et de son extrême faiblesse, l’islam a eu recours à deux armes alternatives : la première il l’a trouvée en lui-même et la seconde chez son ennemi.
helio02
L’islam a intériorisé la haine d’Allah et en a fait une arme de destruction massive, sans elle et avant elle il était impuissant et soumis à la civilisation occidentale. C’est la haine divine que le djihadiste prend à son compte chaque fois qu’il s’apprête à tuer et à mourir, c’est elle qui le rend à la fois puissant et furtif, insensible à la souffrance de l’autre et impassible devant la mort. Allah ne s’y est pas trompé lui qui a dit :

Ô Prophète, incite les croyants au combat ! Vingt volontaires parmi vous vaincront deux cents, cent d’entre les croyants massacreront mille infidèles, car ce sont des gens dénués d’entendement.(Coran : 9:5)


Un petit nombre de croyants endoctrinés et résolus s’avéraient suffisants, et pour ce qui est des armes c’est l’ennemi qui les a fournies sous forme de gros avions transportant des passagers, que les soldats d’Allah utilisèrent comme projectiles percutant des édifices.
Le 11 septembre 2001, Allah s’est muni d’une Catapulte, lançant des avions de ligne contre le WTC et le Pentagone. Les « infidèles, gens dénués d’entendement » n’ont rien vu venir, leur surprise a été à la hauteur de la catastrophe qu’Allah leur a infligée. Malgré leur aveuglement, ils ont réagi, non en cherchant les causes profondes de leurs malheurs, mais en prenant les dispositions nécessaires pour faire échec aux prochaines attaques. Les mesures prises ont réussi à rendre la catapulte inopérante : des ghazwas (razzias) de grande envergure impliquant des dizaines d’avions de ligne ont ainsi été avortées. Le 11 septembre n’a pas eu de suite, faute de projectiles Allah a dû ranger sa catapulte.

L’erreur stratégique de l’Occident
Les Occidentaux qu’ils soient chrétiens, juifs, bouddhistes, agnostiques ou athées n’ont rien voulu comprendre, pour eux Allah n’est pas différent de Dieu le père, de Jésus, de Yahvé, de Bouddha. La haine ne vient donc pas d’Allah, mais d’une infime minorité de ses fidèles dévoyés, incapables ou refusant d’accepter son message d’amour présent dans le coran. Il suffit donc de les isoler, de les déclarer hors-la-loi et de les combattre dans leurs fiefs, tôt ou tard ils seront vaincus et on n’entendra plus parler d’eux. Parallèlement il convient de démontrer aux musulmans du monde entier combien l’Occident aime l’islam et le respecte, combien il le tient en haute estime et à quel degré il est disposé à l’accommoder et lui concéder toute la place qu’il demande.

C’est ainsi que la ghazwa (razzia) de New York et celles qui l’ont suivie à Londres, Madrid, Bali, Bombay, etc. loin d’attirer l’attention sur Allah et sur ses intentions, ont convaincu l’Occident de tout faire pour satisfaire ses fidèles les plus intransigeants, espérant par là apaiser leur « colère légitime » et réparer les torts réels ou imaginaires dont ils se plaignent. Loin de convaincre l’Occident de se prémunir contre Allah, la ghazwa (razzia) de New York l’a convaincu du contraire, à l’agression haineuse il a répondu par « l’Ouverture » et « l’Inclusion ». L’Occident est même allé plus loin, il a systématiquement réduit au silence les Cassandres qu’il a accusées de semer la méfiance et la haine. Pour ceux qui voyaient clair et s’inquiétaient de l’avenir, il a inventé les délits de racisme et d’islamophobie.

Le Cheval de Troie
L’Occident a tout fait pour prouver sa bienveillance envers Allah et sa religion. C’est ainsi qu’il a ouvert ses portes et a admis des dizaines de millions de musulmans, leur offrant tout ce qu’ils ne pouvaient rêver d’obtenir en terre d’islam : la paix, la sécurité, la liberté, la justice, la prospérité, la santé, et un bel avenir à leurs enfants. Une telle ouverture et une telle générosité ne pouvaient que susciter la gratitude et la bienveillance d’Allah, c’est ainsi que les théoriciens, les intellectuels et les leaders politiques pensaient désarmer sa colère et rentrer dans les bonnes grâces de ses fidèles les plus exigeants.
helio03
Il ne leur venait pas alors à l’esprit qu’Allah ne fait jamais la paix avec ses ennemis, tout au plus leur accorde-t-il une trêve, que d’ailleurs ses fidèles mettent à profit pour accroître leur nombre et fourbir leurs armes. De la même façon que l’Occident sans le savoir a fourni des projectiles à la Catapulte d’Allah le jour fatidique du 11 septembre 2001, il a imprudemment laissé entrer dans ses murs un Cheval de Troie rempli de conquérants.
La Catapulte d’Allah a fait mouche une seule fois provoquant des milliers de morts et des destructions massives, depuis elle est restée inopérante. Le coup d’éclat fut sans lendemain, les ghazwas (razzias) suivantes, bien que meurtrières, n’ont fait que confirmer le caractère exceptionnel de la ghazwa (razzia) de New York : ce n’est certes pas de cette façon que l’Occident sera vaincu et humilié. Ayant pris conscience qu’il ne pouvait le vaincre militairement, Allah a choisi la mauvaise foi et la ruse : demander l’hospitalité à l’Occident, s’installer chez lui pour le détruire de l’intérieur :

… Allah est le meilleur en termes de ruse. (coran sourate 8 verset 30)

L’illusion du vivre-Ensemble
« Pour vivre ensemble il faut savoir aimer » dit la chanson et c’est ce que les âmes de bonne volonté répètent sans cesse. De toute évidence l’Occident et Allah n’ont pas fait un mariage d’amour, mais ont-ils fait un mariage de raison ? L’Occident en était convaincu, lui qui croyait que l’amour viendrait après le mariage. Mais c’est Allah qui a le dernier mot, il ne s’agit pour lui que d’un mariage blanc, propre à imposer des obligations à son conjoint sans pour autant en créer pour lui-même. Allah n’oublie jamais que l’Occident est son ennemi, mariage ou pas l’heure de vérité ne saurait tarder, il y aura confrontation violente, à moins que l’Occident ne se soumette rapidement pour mettre fin aux effusions de sang.
Le 13 novembre 2015 et les jours qui ont suivi ont permis aux Français, mais également à tous les Occidentaux de se rendre compte de la situation navrante où ils se sont mis.
helio04
Rien ne sera plus comme avant, les beaux jours de la paix sont bel et bien révolus. Adieu à la joie de vivre ! Adieu à l’insouciance ! Adieu au sentiment de sécurité ! Bonjour au danger à tous les coins de rue ! Bonjour à la peur ! Bonjour à la haine et au mépris dissimulés sous le voile et la barbe ! Bonjour à l’ennemi qui est aussi un citoyen à part entière ! Bonjour à la guerre civile qui se montre le bout du nez !
Le 13 novembre 2015 a vu s’écrouler le mythe du vivre-Ensemble, d’aucuns continuent à y croire et refusent de voir derrière les djihadistes, ceux qui sans se battre les appuient tacitement ; ils croient résister à l’agression en niant le fond du problème. Le problème, c’est Allah omniprésent et omnipotent, c’est lui qui imprègne les esprits et qui fait de ses adeptes les plus convaincus de véritables machines à tuer. À bien y penser le 13 novembre est beaucoup plus grave que le 11 septembre, la Catapulte a agi hors les murs de la Cité et elle est rendue inopérante, mais le Cheval de Troie se trouve à l’intérieur, il sévit tous les jours et nul ne sait comment lui faire échec.