tu223_larguant_bombes

Syrie : intensification des raids russes contre l’État Islamique

22/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
La Russie cible d’avantage l’Etat Islamique depuis les attentats de Paris et la confirmation que le crash de l’Airbus Metrojet dans le Sinaï était bien dû à une bombe placée à bord. Les installations pétrolières de Daesh sont particulièrement visées.

La Russie a bombardé intensément des fiefs du groupe État islamique (EI) dans le centre et l’est de la Syrie, faisant des dizaines de morts, au moment où le Conseil de sécurité de l’ONU autorisait « toutes les mesures nécessaires pour combattre l’organisation EI sur le territoire contrôlé par l’EI en Syrie et en Irak », selon la résolution présentée par la France.
Pour la deuxième fois depuis le début de son intervention en Syrie, les Russes ont utilisé des missiles de croisière. Tirés depuis les navires de la flottille de la Caspienne, les 18 missiles ont visé des cibles de l’EI dans les provinces de Raqa (nord-est), d’Idleb (nord-ouest) et d’Alep (nord-ouest).

Plus de 80 frappes aériennes, en majorité russes, ont visé des positions de l’EI à l’est de Homs (centre), couvrant l’avancée de l’armée régulière syrienne qui tente de déloger les djihadistes de la zone. Les frappes syriennes et russes ont particulièrement visé la région de Palmyre et le village de Mahin. De violents combats au sol ont également éclaté dans plusieurs secteurs de Mahin et ses alentours entre les forces légales syriennes et les djihadistes.

Par ailleurs, dans l’est du pays, des frappes aériennes russes et syriennes se poursuivaient samedi à Deir Ezzor. Cette province, qui renferme d’importants champs pétroliers, est tenue par l’EI qui contrôle aussi la majorité de la capitale provinciale éponyme, à l’exception de l’aéroport militaire et de quartiers aux alentours aux mains du gouvernement.

Moscou a affirmé cette semaine qu’elle ciblerait les camions-citernes de l’EI qui tire grand profit du commerce du pétrole. La coalition internationale dirigée par les USA a déclaré en faire de même.
De fait, 48 heures à peine après le sommet du G20 à Antalya, en Turquie, au cours duquel les participants s’étaient mis d’accord pour s’attaquer au financement dont bénéficie Daesh, les bombardiers russes à long rayon d’action TU-22M3 sont entrés en action. Ils ont détruit 500 camions-citernes transportant du carburant de contrebande dans un lieu de rassemblement proche de la frontière irakienne.
Même objectif… autre style, la veille, l’US Air Force avait envoyé en éclaireur des F16 pour disperser des tracts sur un autre rassemblement de camions. Ils avertissaient leurs chauffeurs de se mettre à l’abri avant que des chasseurs bombardiers ne détruisent à coups de missiles 116 véhicules transportant eux aussi du carburant en provenance de la région de Deir ez-Zor, au sud de Raqqa.

Même si attaquer l’État islamique au portefeuille est une nouveauté, ces opérations ont une portée symbolique qui dépasse leur objectif militaire, tout important qu’il soit.
Au vu de la confirmation que c’était bien une bombe, placée à bord par des djihadistes, qui a fait sauter l’avion-charter russe de Metrojet et ses 224 passagers et membres d’équipage et des attentats de Paris, Moscou a décidé de concentrer ses frappes sur l’État islamique. Auparavant, l’aviation russe ciblait l’ensemble des groupes terroristes présent en Syrie.