attentats_paris-pompiers-evacuent-bataclan

Attentats islamistes à Paris : le déni de réalité

18/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Sous prétexte de ne pas diviser le pays, médias et classe politique nous jouent une fois de plus la chanson du PADAMALGAM. Pourtant, face à la tragédie des attentats qui nous frappe, regarder la réalité en face, faite –aussi- de la division des français, du rejet de la France par une partie de ses citoyens de confession musulmane est un devoir.

boulet1

Jérémie Boulet
Secrétaire départemental du FNJ Gard

Ce matin en me levant, la méthode Coué du PADAMALGAM‬ (il n’y aucun lien avec l’immigration, l’islam et les migrants) avait presque fonctionné sur ma personne. C’est vrai, après avoir bouffé 3 ou 4H de BFM et d’iTELE, je commençais presque à croire au Vivre-Ensemble.
La méthode Coué est un processus psychologique visant à répéter plusieurs fois la même chose afin de masquer une réelle faiblesse. Or, la faiblesse est là et la division existe depuis des années puisque les Français ne vivent plus ensemble sauf dans certains milieux fortunés et grandes écoles, où l’argent-roi éloigne les gens des problématiques identitaires liées à leur terre et à leurs racines. Ils s’en foutent, pourvu qu’ils soient riches !

D’autre part, le pays de la liberté d’expression et d’opinion qui nous confine depuis plusieurs jours à penser selon le conformisme ambiant sous prétexte de ne pas créer la division au sein des Français, continue de s’enfoncer dans un déni à peine masqué. Pour ce faire, le quatrième pouvoir de France (les médias) a entrepris un jeu qu’il maîtrise parfaitement en usant de toutes les ficelles possibles et imaginables. Le but est simple, parler de tout sauf des racines du problème.
Pas un mot sur l’immigration ni sur l’islamisation, et seulement quelques-uns sur la catastrophique stratégie géopolitique Française depuis plusieurs années.
Durant trois jours, les témoignages dans les médias ont été choisis méticuleusement par les journalistes pour mettre en avant la diversité s’élevant contre le terrorisme, où le moindre voile sur les lieux de recueillement valait un arrêt sur image pendant plus de 10 secondes. Pire encore, les réseaux sociaux ont même créé un faux héros prénommé Zouheir, et où la mise en avant de sa religion ne posait là aucun problème. Faute de chance, il s’est avéré que ce cher Zouheir n’avait en rien été un héros.
En ne voulant pas faire l’amalgame, leur insistance maladroite le faisait.

Il est évident qu’une partie des musulmans Français issues de l’immigration du XXe siècle s’oppose clairement au terrorisme et possède une certaine tendresse pour la France, mais, malgré certaines fausses croyances utopistes, elle n’est pas une majorité aussi nette que l’on souhaiterait.
Il en va de notre devoir de le dire.
Pire encore, ce sont les plus jeunes générations qui montrent le moins leur attachement à la France.

Des supporters "français" de l'équipe d'Algérie paradent place de l'Etoile après un match de football.

Des supporters « français » de l’équipe d’Algérie paradent place de l’Etoile après un match de football.

Les plus éduqués ne revendiquent même plus leur appartenance en se murant souvent dans un silence assourdissant, tandis que les autres n’hésitent pas à exprimer leur haine publiquement de la patrie ou à revendiquer la filiation d’un autre pays.
On remarquera également la porosité entre les milieux islamistes et les petits caïds de banlieue. Qu’est-ce qui les rassemble ? La haine de la France ? Des convictions religieuses ? Un esprit de revanche ? Qu’importe.
Alors, lorsque sous prétexte des récents actes terroristes (l’horreur absolue) il nous est demandé de ne pas diviser notre pays, je me sens obligé de réagir.

La France n’est-elle pas divisée lors des soirs de matchs de l’Algérie, des dizaines de milliers de Français et de Franco-Algériens arborent des drapeaux Algériens en mettent le feu dans les rues de nos grandes villes ?
La France n’est-elle pas divisée lorsque les forces de l’ordre n’arrivent même plus à mettre les pieds dans certains quartiers de France, pire encore, lorsque les pompiers y sont caillassés ?
La France n’est-elle pas divisée lorsqu’elle a vécu des émeutes d’une violence inouïe sur son sol ?
La France n’est-elle pas divisée lorsque, comme Laurent Obertone l’affirme, il y a 13 000 vols, 2000 agressions et 200 viols sur son sol par jour ?
La France n’est-elle pas divisée lorsque dans certains quartiers les autochtones, les commerces traditionnels et la langue française ont fui pour laisser place à l’islamisation et aux trafics en tout genre ?

laicitéinchallah

La France n’est-elle pas divisée lorsque ses binationaux plébiscitent les partis islamistes lors des élections turques, tunisiennes ou égyptiennes ?
La France n’est-elle pas divisée lorsque sur les murs de ses écoles, les sièges de ses bus, ou les bancs de ses vestiaires de football y est inscrit « nique la France » ?
La situation d’aujourd’hui est une vraie bombe à retardement, mais quand va-t-elle exploser ?

Jérémie Boulet
Secrétaire départemental du FNJ Gard et collaborateur des élus du département.
17 novembre 2015