8485-Chard

La guerre à Saint-Denis

18/11/2015 – FRANCE (Présent 8485)

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 4 h 30 mercredi matin : c’est par des coups de feu que les riverains des rues Gabriel Péri et de la République situées près de la Basilique ont été réveillés.
Dans cette banlieue parisienne du 9-3, sorte de Molenbeeck (quartier « populaire » de Bruxelles considéré comme un nid de djihadistes où Brahim, l’un des frères de Salah Abdeslam, identifié comme l’un des kamikazes du 13 novembre tenait un bar, plaque tournante du trafic de drogue) français, les hommes du Raid, dans le cadre de l’enquête sur les attentats meurtriers de vendredi à Paris et au Stade de France, ont donné l’assaut.
8485-P1
Leur cible : un appartement, un nid de guêpes armées et déterminées dans lequel sont retranchés plusieurs hommes (au moins six) soupçonnés d’avoir participé, de près ou de loin, au carnage qui s’est déroulé vendredi soir. Parmi ces hommes, le « cerveau » et commanditaire présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, Belge de 28 ans qui a rejoint les rangs de l’État islamique (EI) début 2013 sous le pseudo d’Abou Omar Al-Soussi. Un « cerveau », un « excellent soldat » de Daech considéré comme l’un des principaux instigateurs des projets d’attaque visant la France et que l’on croyait en Syrie, où il n’hésitait pas à se mettre en scène dans des vidéos de propagande. Parmi ces vidéos, celle datant de mars 2014 montrant Abdelhamid Abaaoud en train de tracter, sourire aux lèvres, des cadavres mutilés dans un camp de l’EI.

Cette opération fait suite à la découverte, via une vidéo surveillance, de la présence d’un neuvième homme qui aurait fait partie de l’équipage qui a attaqué et mitraillé plusieurs terrasses de bars et restaurants dans les 10e et 11e arrondissements de Paris vendredi soir. Un neuvième homme activement recherché, au même titre que Salah Abdeslam, l’un des tueurs en fuite dont le frère, Brahim Abdeslam, s’est fait exploser.

Selon les dernières informations et alors qu’à l’heure où nous écrivons l’assaut, au cours duquel plusieurs policiers ont été blessés, se poursuit, trois suspects auraient été abattus, dont une femme qui se serait fait exploser, et trois autres interpellés. On ignore encore si Abdelhamid Abaaoud fait partie du lot.

Pierre Malpouge