_saint-denis3

Attentats : assaut à Saint-Denis

18/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le commanditaire présumé des attentats du 13 novembre serait la cible de l’assaut mené ce matin à Saint-Denis (93) par la Sous-direction antiterroriste de la police judiciaire et le Raid. Au moins deux terroristes morts, 3 arrêtés, trois policiers et un civil blessé.

Abdelhamid Abaaoud, résident belge et commanditaire présumé des attentats de Paris serait la cible de l’assaut mené depuis 4 h 30 ce matin à Saint-Denis. La veille est en état de siège, les commerces et écoles fermés, les transports interrompus.
Les témoignages font état de tirs nourris et d’explosions depuis 4 h 30 ce matin. Deux à trois terroristes ont été tués. Parmi eux, une femme qui a fait exploser sa ceinture d’explosifs après avoir tiré des rafales de kalachnikov sur les policiers. Un second suspect aurait été tué par un sniper. Cinq policiers auraient été blessés lors de l’assaut, ainsi qu’un civil touché par une balle perdue.

« Je ne voyais rien, car il faisait nuit, mais j’entendais des tirs, comme des bombes. Ça a continué pendant une heure. C’était comme à la guerre. C’était Beyrouth » a déclaré au Parisien Caroline Chomienne, qui travaille dans une école de cinéma à proximité du lieu de l’assaut.

Et puis, les coups de feu sont devenus de plus en plus gros, plus lourds… Pendant une heure, ça n’a pas arrêté ! Il y avait des rafales. Ça tirait de tous les côtés. Mais aussi des bruits comme des bombes. Les murs d’Altermédia tremblaient. C’était l’horreur

Un homme est toujours retranché dans l’appartement. L’assaut était encore en cours et des négociations auraient été entamées, selon les informations disponibles à 9 h 30 ce matin.
Trois personnes auraient été interpellées, dont l’homme qui aurait hébergé les suspects. Interrogé par la presse, il a affirmé avoir voulu rendre service et ignorer que c’étaient des terroristes. Le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, visé par l’assaut, ne fait pas partie des cinq individus placés en garde à vue.

D’après un riverain, l’homme présenté comme celui ayant prêté l’appartement en question aux suspects, et qui a depuis été interpellé, n’était ni locataire ni propriétaire du lieu. Ce logement semblait plutôt fonctionner comme un « squat ». Il était prêté par l’homme interpellé parfois contre de l’argent, parfois simplement à titre d’hébergement gratuit.

Cette nuit, d’après le riverain interrogé, l’appartement était loué aux trois personnes qu’il a croisées dans la cage d’escalier, deux hommes et une femme. L’habitant n’avait jamais croisé les deux hommes, vêtus de sweats à capuche et de baskets, et mais avait déjà rencontré dans le quartier la femme. Cette dernière lui a indiqué que ses deux compagnons venaient de Belgique, rapporte-t-il.

La présence d’éléments radicaux à Saint-Denis ne semble pas une vraie surprise pour les habitants, à l’instar de Caroline Chomienne qui avoue au Parisien ne pas être « du tout surprise » que des terroristes aient pu se réfugier là.

Dans le quartier, les caves sont pleines d’armes dans notre rue. Dehors, il y a un dealer tous les 100 mètres. Les plus jeunes nous cambriolent, une année, on a eu cinq cambriolages à la suite. Et les plus grands, c’est de notoriété publique dans le quartier, font des allées et retours en Syrie en toute impunité. Depuis un an, le climat est affreux dans la rue. Le dernier tournage, dans la rue, on s’est fait caillasser ! C’est très dur.


attentats, attentat, Attentats, Attentat, terrorisme, Terrorisme, terroriste,
Islamistes, Islamiste,
islamoterroristes, islamoterroriste, islamo-terroristes,
attentat djihadiste, Attentat islamique, Attentat islamiste, Attentats islamiques, islamo-terroriste, Attentats islamistes, terrorisme islamique, terroriste islamique, attentats islamistes, islamoterroristes, islamoterroriste, islamo-terroristes,