attentats_paris_XIe_arrondissement

Auteurs des attentats : des « jeunes », des fichés « S » et des « migrants » !

16/11/2015 – FRANCE (NOVOpress) Attentats de Paris : l’enquête avance et plusieurs assassins ont été identifiés. Parmi eux, plusieurs « jeunes » porteurs de papiers français, dont certains résidaient en Belgique, des individus fichés « S », dont un bien connu des forces anti-terroristes et deux « migrants ». Le commanditaire, résident en Belgique, aurait aussi été identifié.

Bernard Cazeneuve, lors de sa conférence de presse déclarait : « Les attentats abjects qui nous ont frappés vendredi ont été préparés à l’étranger et ont mobilisé une équipe d’acteurs situés sur le territoire belge, qui ont pu bénéficier de complicités en France. » Il était en deçà de la vérité, puisqu’au moins quatre « Français » ont déjà été identifiés parmi les terroristes qui ont semé la mort vendredi soir à Paris.

Le premier à avoir été identifié est Omar Ismaël Mostefaï, 29 ans, né en banlieue parisienne et fiché pour radicalisation, qui s’est fait exploser lors de l’attaque du Bataclan. « Il s’est radicalisé à Chartres », où la police l’a « repéré » en 2010, a déclaré le maire LR de Chartres, Jean-Pierre Gorges, précisant que le jeune homme avait quitté la ville en 2012. Il y vivait de petits trafics de drogue.
Ismaël Mostefaï aurait par ailleurs effectué un séjour en Syrie. Son passage a été attesté en Turquie, porte d’accès traditionnelle au territoire syrien, à l’automne 2013. Des sources proches des services de renseignements assurent que le jeune homme est ensuite rentré en France. En avril 2014, il a été observé en compagnie d’un petit groupe de salafistes de Chartres. Sa fiche S avait été renouvelée le 12 octobre 2015.
Six personnes de l’entourage d’Omar Ismaël Mostefaï ont été placées en garde à vue ce week-end et leurs domiciles, situés respectivement à Romilly-sur-Seine (Aube) et Bondoufle (Essonne), ont été perquisitionnés.

Un autre « Français », Bilal Hadfi, né le 22 janvier 1995, est impliqué dans l’un des attentats-suicides commis à proximité du Stade de France. Et un troisième, Ibrahim Abdeslam, né le 30 juillet 1984, a actionné sa ceinture d’explosifs lors de l’attaque du Comptoir Voltaire. Ces deux derniers résidaient en Belgique.
Comme souvent dans les cellules terroristes, les membres étaient très proches afin de garantir un haut degré de confiance et de secret. Ainsi, trois frères « français » sont impliqués dans les attentats. Deux d’entre eux sont directement impliqués dans les attentats sont Ibrahim Abdeslam, mort lors des attaques, Mohamed Abdeslam, qui est en garde à vue en Belgique et Salah Abdeslam.
Ce dernier est activement recherché et un appel à témoins ainsi qu’un mandat d’arrêt international ont été lancés. Il est âgé de 26 ans, mesure 1m75 et a les yeux marron. Il est né le 15 septembre 1989 à Bruxelles.

Salah Abdeslam est activement recherché dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre.

Salah Abdeslam est activement recherché dans le cadre de l’enquête sur les attentats du 13 novembre.


Un autre terroriste du Bataclan vient d’être identifié. Il s’agit de Samy Amimour, un Français, né en 1987 à Paris et originaire de Drancy. Un homme qui est déjà bien connu de la justice antiterroriste. Il a « été mis en examen le 19 octobre 2012 pour association de malfaiteurs terroristes et placé sous contrôle judiciaire », a indiquant le parquet précisant qu’il s’agissait alors d’un « projet de départ avorté vers le Yémen ».

Le passeport syrien, qui a été retrouvé près du corps de l’un des sept assassins morts vendredi avait déjà été identifié comme appartenant à un « migrant » enregistré en Grèce au mois d’août, selon Athènes. Le titulaire de ce document d’identité et entré le 7 octobre en Serbie où il a demandé l’asile. « L’un terroristes présumés, auquel s’intéressent les services de renseignement français, a été enregistré le 7 octobre de cette année au poste de douane de Presevo où il a formellement demandé l’asile », indique dans un communiqué le ministère serbe de l’Intérieur. « Il n’y avait pas de mandat d’arrêt d’Interpol à l’encontre de cette personne », ajoute-t-il. Ahmad Al Mohammad, né en septembre 1990 en Syrie, serait inconnu des services de police. Selon M6, il aurait passé 38 heures sur l’île grecque de Leros, à partir du 3 octobre, avant de rejoindre la France. Il avait été inscrit en tant que « réfugié ».

Le passeport syrien retrouvé près du cadavre de l'un des terroristes du Bataclan.

Le passeport syrien retrouvé près du cadavre de l’un des terroristes du Bataclan.

Selon une source policière grecque citée par l’AFP, un deuxième homme recherché par les autorités dans le cadre des attaques d’hier a été enregistré en Grèce. il pourrait s’agir de Abbdulakbak. B.
La chaîne de télévision Mega ajoute que cet homme était passé par l’île de Leros, au mois d’août. Enfin, un passeport égyptien a en outre été retrouvé près du corps d’un des kamikazes du Stade de France, selon les informations de France 2.

Contrairement à ce que beaucoup de porte-parole officiels et d’homme politiques affirmaient, les responsables de la sécurité en Europe redoutent depuis longtemps que des jihadistes puissent s’être glissés parmi les centaines de milliers de personnes en provenance de Syrie qui sont arrivées dans l’Union européenne cette année, notamment via les îles grecques.

Enfin, un homme de 27 ans, Abdelhamid Abaaoud, a été désigné par les enquêteurs comme étant le contact privilégié des kamikazes. Ce Belge d’origine marocaine, qui a grandi à Molenbeek près Bruxelles, aurait supervisé la série d’attaques menée à Paris, en lien direct avec l’un des terroristes. C’est d’ailleurs vers la Belgique que les hommes en cavale auraient pu se rendre, et c’est à Molenbeek que la police a procédé à sept interpellations ce week-end. Cette banlieue de la capitale belge est connue pour être un « fief islamiste ». L’auteur présumé de la tuerie du musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche, y aurait séjourné.

Abdelhamid Abaaoud alias Abou Omar Soussi, le contact direct des terroristes lors des attaques contre Paris.

Abdelhamid Abaaoud alias Abou Omar Soussi, le contact direct des terroristes lors des attaques contre Paris.

Abaaoud est considéré comme l’un des pires bouchers de Daesh en Syrie. Abou Omar Soussi (son nom de guerre) s’était fait connaître lorsque, dans une vidéo postée en mars 2014, il est apparu au volant d’un 4×4, traînant quatre corps martyrisés d’hommes tués par l’État islamique. Il est également connu pour avoir enrôlé au sein de Daesh son petit frère, alors seulement âgé de 13 ans. Par ailleurs, le nom d’Abdelhamid Abaaoud était déjà apparu dans l’enquête sur une série d’attaques déjouées en Belgique au mois de janvier dernier. Il avait déjà été identifié comme le cerveau de ces attaques, celui qui dictait les ordres et qui finançait l’opération. Suite au démantèlement de sa cellule jihadiste belge, il aurait fui et se cacherait dans un autre pays, peut-être la Grèce. Son téléphone portable avait lors de l’enquête en janvier été localisé en Grèce. Il se trouve que c’est également en Grèce que le passeport syrien retrouvé près d’un kamikaze du Stade de France a été enregistré. La suite de l’enquête dira si un lien est à établir entre ces deux informations.