chauprade01

Chauprade claque la porte du FN et règle ses comptes

10/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Ambiance « règlement de comptes » hier sur le plateau d’iTele. Aymeric Chauprade a annoncé quitter le Front National et s’est livré à un virulent réquisitoire contre Marine Le Pen et Florian Phillippot, qui cumulent selon lui trahisons morales et renoncements idéologiques. Pour autant, il ne fait sans doute que devancer de peu une éviction du FN.

Si le géopoliticien passé à la politique, Aymeric Chauprade, a décidé de quitter le FN, il a aussi tenu à s’en expliquer. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le député européen, jusqu’à hier sous l’étiquette FN, ne tire pas à fleurets mouchetés.
C’est, selon Chauprade, tout d’abord « à cause de deux trahisons essentielles dont Marine Le Pen s’est rendue coupable » qu’il quitte le navire. La première est à son endroit, après qu’il eut été dessaisi de toute fonction après sa vidéo sur la « cinquième colonne islamiste » par la présidente du FN. La seconde, plus importante concerne le sort réservé à Jean-Marie Le Pen.

Comment ne pas penser que ceux qui trahissent à la fois leurs proches et ceux auxquels ils doivent tout, ne trahiront pas un jour le peuple lui-même ? Sous la pression de Florian Philippot, Marine a décidé de se débarrasser de Jean-Marie Le Pen. C’est une faute morale grave, car on ne peut pas prétendre incarner le parti des valeurs et des fondamentaux quand on brise soi-même un certain nombre de lois. Ce n’est pas une loi politique, c’est presque une loi de civilisation.

Il a aussi pointé du doigt des divergences idéologiques avec Florian Phillippot (et, partant, avec Marine Le Pen, laquelle serait « sous influence » du vice-président du FN), notamment sur la place que doit prendre le combat contre l’islamisme, mais aussi sur des questions économiques.

Il a ainsi brocardé le programme frontiste en la matière, doutant que le « vieux modèle suranné socialiste et étatiste des Trente Glorieuses (puisse) impulser le redressement » et taclé le « marketing électoral » de M. Philippot.

Je crois que le FN ne correspond pas à un projet crédible et ne répondra pas aux attentes des Français.

A-t-il conclu sur le sujet.
Un départ avec perte et fracas qui soulève un certain nombre de questions. Le géopoliticien réfute par avance tout procès en opportunisme, quittant un parti qui peut se vanter d’une « dynamique très forte (du FN), des résultats sans doute excellents », sa position au sein du FN était largement compromise. Pourtant, sa déclaration de politique internationale diffusée à l’été 2014, sa dénonciation en interne d’un « lobby gay », la fameuse vidéo sur l’islam et récemment sa participation à l’exfiltration de République dominicaine de pilotes français impliqués dans l’affaire Air Cocaïne lui ont progressivement fait perdre toutes ses responsabilités internes.
Ce dernier point a d’ailleurs été pour lui un « déclencheur ».

Pour Florian Philippot et Marine Le Pen, le risque d’image est plus important que l’engagement pour des valeurs comme la solidarité vis-à-vis de compatriotes confrontés à un vrai déni de justice. Il est plus important que l’engagement par les actes qui va au-delà des mots.

Avec cette dernière goutte, le vase était sans doute plus que plein du côté de la direction du Front :Marine Le Pen avait annoncé son intention de réunir le bureau exécutif — celui-là même qui a exclu Jean-Marie Le Pen — pour décider du sort réservé au géopoliticien. Chauprade n’a sans doute, avec son départ, que devancé de peu son éviction du FN. C’est d’ailleurs sur l’affaire Air Cocaïne que Marine Le Pen a réagi, expliquant à ce propos sur tweeter que les « désaccords avec A. Chauprade étaient devenus trop importants ».

Le bouillonnant géopoliticien n’en a pour autant pas fini avec la politique. Il conserve tout d’abord son mandat de député européen, une plate-forme d’expression et une « base arrière » commodes.
Il plaide aussi pour une recomposition de la droite, appelant de ses vœux le retour dans l’arène de Philippe de Villiers,

Ce qu’il dit apporte beaucoup, il y a une verticalité dans son projet, une vraie vision.

Chauprade souhaite, dans son désir de reconstruction de la droite, réunir un casting d’hommes « de conviction » allant de Nicolas Dupont-Aignan, Henri Guaino, à Robert Ménard, Nadine Morano… ou Marion Maréchal Le Pen. Essayer de débaucher la petite fille du fondateur et nièce de la présidente du FN, voilà qui est osé… mais après avoir brûlé ses vaisseaux hier, il est vrai qu’il n’a plus grand-chose à perdre du côté de Nanterre… Pas sûr que ce soit un cadeau pour celle dont il était un fervent partisan. « En pleines régionales, il va falloir répondre du fait que le FN aurait un programme en bois et que Marion doit quitter le parti… », soupire un proche de la députée.



Aymeric Chauprade : "Je quitte le Front national" par ITELE