une_croix_celtique_sur_le_site_du_monastere_de_clonmacnoise.

Interview exclusive de Tony O’Neill, leader du Parti du Peuple Celte 2/5 : la culture Celtique

29/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Alors que les provinces françaises se battent pour sauver leurs langues et traditions régionales, NOVOpress vous propose une interview exclusive du fondateur irlandais du Parti du Peuple Celte – PPC —. Nous publions cet entretien-fleuve en cinq parties afin de vous en offrir une lecture plus agréable. La première est consacrée à la naissance du mouvement et aux questions politiques. La seconde est axée sur la défense de la culture celte, le monde celtique et les liens que noue le PPC avec la diaspora celte dans le monde. La troisième traite des questions liées à l’Union Européenne. Les deux dernières sont consacrées à l’immigration. >

NOVOPRESS : L’an prochain en Irlande et en particulier de Dublin, on commémorera le centenaire de l’insurrection de Pâques 1916. Ce sera un événement majeur ; le PPC utilisera-t-il cette occasion unique pour promouvoir ses valeurs ?
Tony O’Neill : Oui, nous avons des plans pour le centenaire de 1916 et, ce faisant, nous nous tiendrons à l’opposé à tous les partis de l’établissement qui célèbrent l’invasion de l’Irlande et prétendent encore pouvoir honorer nos héros tombés de 1916.

NOVOPRESS : Pensez-vous que les hommes courageux qui ont combattu et sont morts pour l’Irlande contre les Britanniques au cours de l’insurrection de Pâques seraient fiers de ce qu’est devenu leur pays bien-aimé 100 ans plus tard ?
Tony O’Neill : Les hommes de 1916 se retourneraient dans leurs tombes en voyant ce que devient leur patrie. Ils n’ont pas donné leurs vies pour que des Africains et des Arabes soient encouragés à envahir notre pays. Ils n’ont pas donné leurs vies non plus pour que notre peuple se soumette aux visées de groupes pro-homosexuels et n’ont certainement pas donné leurs vies pour voir notre peuple se noyer dans une dette sans limites.

NOVOPRESS : Les racines des mouvements indépendantistes irlandais se trouvent dans une renaissance culturelle avec des poètes tels que Yeats, des promoteurs du gaélique comme Pearse, ou des sports irlandais avec la GAA (Gaelic Athletic Association), mais aussi le théâtre avec la création de l’Abbey… avez-vous toujours cette fierté culturelle en Irlande ?
Tony O’Neill : Nous avons beaucoup de fierté pour notre culture irlandaise celtique qui est incontestablement une prolongation et un apport à la culture européenne. Cependant les institutions culturelles que vous mentionnez sont lentement détruites par des arrivistes qui voudraient faire croire à la population que la « culture » est une chose du passé. Nous considérons cela comme une volonté de nettoyage culturel contre notre peuple et notre identité.

NOVOPRESS : Vous aviez la semaine précédente votre première Conférence annuelle avec des sympathisants venant de divers pays : sentez-vous que le vent se lève, que partout les gens sont en train saisir ce qui se passe autour d’eux et dans quel danger ils se trouvent ?
Tony O’Neill : Oui, il y a un nombre croissant de gens qui se réveillent face aux dangers posés par une société libérale/libertaire, mais la plupart d’entre eux ont encore peur d’être étiquetés comme « racistes » ou « homophobes », etc. dans une pure tradition de dénigrement marxiste.
Cependant, le PPC explique à notre peuple comment réagir contre cela. Par exemple, nous expliquons qu’être raciste pour ces provocateurs multiculturalistes signifie aimer son propre peuple et qu’il ne doit y avoir aucune honte en cela. De même nous n’avons aucun problème avec les homosexuels, mais nous sommes en désaccord avec la promotion ouverte de l’homosexualité — en particulier vers nos enfants.

NOVOPRESS : Votre approche vraiment originale est de rassembler les peuples ayant une conscience celtique partout dans le monde : pouvez-vous nous en dire plus sur la façon dont votre projet est perçu dans d’autres communautés celtiques, en commençant par les 6 comtés (NDLR : les territoires occupés) : ils savent sûrement ce qu’est qu’être méprisé du fait de sa culture.
Tony O’Neill : Vous avez raison, notre approche est originale. Tel que mentionné précédemment nous voulons dépasser l’état d’esprit étroit du « nationalisme » pur. Nous reconnaissons que les peuples européens sont des frères culturels et nous cherchons à les encourager à faire ce que nous faisons et créer des mouvements politiques fondés sur leur appartenance ethnique dans leur propre pays, afin que nous puissions travailler à la construction d’un énorme bloc politique à travers l’Europe voulant le bien-être des peuples de l’Europe. Naturellement, nous respectons les frontières entre les différents pays européens, y compris la frontière entre le Nord et le sud de l’Irlande, mais nous ne considérons pas ces frontières comme un obstacle à la coopération et à l’unité afin que nous puissions tous aider à sauver nos peuples européens, notre culture commune et notre patrimoine que nous aimons tant.

NOVOPRESS : Et pour l’Écosse, le pays de Galles et bien sûr la Bretagne ?
Tony O’Neill : Conformément à notre politique d’unité ethnique, nous avons déjà pris contact avec nos frères Celtes d’Écosse, du pays de Galles, d’Angleterre et de Bretagne et nous sommes en train de planifier une « rencontre des tribus celtiques » qui se tiendra sur l’île d’Anglesey en 2016. Nous travaillerons avec nos camarades pour trouver la meilleure façon de promouvoir nos objectifs d’un grand mouvement politique à travers l’Europe.

NOVOPRESS : La communauté celte aux USA a toujours été un grand soutien à la culture irlandaise et devrait réagir très positivement à votre vision : avez-vous des contacts là-bas ?
Tony O’Neill : Nous avons plusieurs membres du PPC qui sont américains, et deux d’entre eux sont même venus en Irlande récemment pour assister à notre première Conférence annuelle. Un de nos membres US s’occupe d’ailleurs de notre site Web et de son hébergement. Et nous encourageons certains de nos autres sympathisants celtiques aux États-Unis à former un PPC US.

Rendez-vous demain 20 h pour le troisième épisode de cette interview, consacré à l’Union Européenne.

Crédit photo : aquartier78 via Flickr (CC) = Une croix celtique sur le site du monastère de Clonmacnoise.