migrants_en_croatie

Migrants, la pitié dangereuse

24/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Si Libé l’a décrété, c’est que ça doit être vrai : les « néo-réacs » représentent la nouvelle « pensée unique ». On trouve de tout dans la charrette des accusés, Finkielkraut, Sapir, Onfray, Biraben, comme le note notre chère Elisabeth Lévy dans son édito, « le seul point commun à tous les proscrits est précisément qu’ils sont proscrits » et soupçonnés d’accointances avec la diablesse Le Pen. À force d’être suspecté de pensée satanique par la presse de gôche au moindre mot de travers, « on ira tous au pilori » (même moi…), ce qui n’est somme toute pas bien grave car « le succès persistant de Houellebecq, Finkielkraut ou Zemmour laisse penser que plus personne n’écoute les donneurs de leçons et même que leurs proscriptions fonctionnent comme des prescriptions ».

Ce mois-ci, dans Causeur, le dossier « Migrants : la pitié dangereuse » essaie de concilier « devoir d’empathie » et réflexion critique sur l’accueil des réfugiés, comme nous y invite Elisabeth Lévy, laquelle se tient à distance de « la symphonie empathique » que jouent la plupart des médias, sans sombrer dans l’égoïsme national.
Dans l’échange épistolaire publié dans ce numéro, Alain Finkielkraut et Renaud Camus réinterprètent l’éternelle controverse entre Antigone et Créon, le cœur et la raison, bien que les esprits raisonnables ne soient pas dénués de cœur et les cœurs intelligents s’avèrent également doués de raison.