marine_le_pen_pujadas

Marine Le Pen refuse la tyrannie médiatique, un précédent historique

Source : Boulevard Voltaire
Enfin une personnalité politique d’envergure a refusé la tyrannie des médias et de leurs donneurs d’ordres de « gauche » et de « droite ».

Retour sur les faits. Marine Le Pen avait été invitée par David Pujadas pour participer à l’émission « Des Paroles et Des Actes » du jeudi 22 octobre 2015, et débattre avec trois Français, Jean-Christophe Lagarde et Stéphane Le Foll. Peu après, Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon, adversaires de la présidente du Front national pour la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ont protesté, estimant cette invitation inéquitable, et ont réclamé à leur tour d’être tous deux invités. Le mercredi 21 octobre, l’alliance entre les sociétalistes et Les Républicains contre les patriotes sincères s’est matérialisée par une alliance étrange entre Jean-Christophe Cambadélis et Nicolas Sarkozy, lesquels ont chacun écrit une lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel.

La réponse du Conseil supérieur de l’audiovisuel, paillasson des deux partis de l’alternance, ne s’est pas fait attendre longtemps. Par un tour de passe-passe ahurissant, les sages ont réussi à donner raison aux deux magouilleurs, tout en leur donnant tort. En effet, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a rappelé que les règles d’équité de la campagne des régionales ne s’appliquaient qu’à partir du 26 octobre, mais ont déclaré que « dès à présent, quand des personnalités fortement impliquées dans la compétition électorale sont invitées à prendre la parole sur les antennes, faisant valoir directement ou indirectement une candidature, la possibilité d’une expression contradictoire devrait être rapidement offerte aux concurrents ». Pourquoi, alors, fixer une date ? Nous ne sommes pas à une contradiction près avec ces gens, mais les méthodes interrogent. Ont-ils peur que Marine Le Pen ne convainque encore un peu plus les électeurs ?

David Pujadas, servile journaliste et militant anti-Front national (il s’est infiltré au Front national de la jeunesse sous une fausse identité en 1989, prouvant son manque de déontologie), a ensuite proposé à Marine Le Pen un autre planning, en rajoutant au programme de l’émission messieurs Bertrand et de Saintignon, portant le nombre de débats à six ! Un véritable marathon, inédit dans l’histoire de l’émission. Lassée, Marine Le Pen a décliné l’invitation, créant un précédent historique.

Enfin une personnalité politique d’envergure a refusé la tyrannie des médias, la filouterie des journalistes et de leurs donneurs d’ordres de « gauche » et de « droite ». France 2 est une chaîne du service public, dont les émissions sont en partie financées par nos impôts, elle se doit d’assurer une information pluraliste. Les règles du Conseil supérieur de l’audiovisuel étaient respectées car les règles d’équité ne s’appliquent qu’à partir du 26 octobre, pas du 22 octobre. L’indépendance des journalistes vis-à-vis du pouvoir est un leurre : quand les puissants sifflent, ils s’exécutent et retournent à la niche. L’ordre a été donné : il faut combattre Marine Le Pen à tout prix, elle est trop aimée. L’RPS a tellement peur qu’il n’hésite plus à s’afficher pour ce qu’il est : un parti unique animé par une pensée unique.

En parlant de non-respect des règles du CSA, rappelons que le Front national n’a eu que 5,6 % du temps d’antenne politique en 2014-2015, contre 27,4 % pour le Parti socialiste, 12,7 % pour le gouvernement, 34,1 % pour Les Républicains et, tenez-vous bien, 6,7 % pour Europe Écologie Les Verts ! Le fait que le Front national soit surreprésenté dans les médias tient du fantasme ou de la farce. Au–delà du temps d’antenne politique, on ne compte plus les émissions où des artistes expriment leur haine de ce parti. Quant aux éditorialistes, journalistes ou intellectuels, ils sont pour une très large majorité hostiles au Front national et aux idées qu’il véhicule !

Marine Le Pen s’est dressée et a mis fin à la tyrannie médiatique, elle a invalidé les médias dominants. Un préalable nécessaire avant les combats à venir.

 

Gabriel Robin