clandestins_vintimille

Le coup d’État démographique de l’Union européenne

20/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Coup d’État démographique : tentative violente et subite menée par les dirigeants de l’Union Européenne de substituer les peuples européens par des migrants, et ce au mépris des règles démocratiques. Ils s’appuient pour cela sur les médias, la classe politique et l’hyperclasse mondialisée.

Plus de deux mois après le début de la crise des migrants en Europe, il est déjà possible de tirer deux enseignements. En premier lieu, il ressort de cela que la volonté des gouvernants de l’Union européenne de remplacer les peuples européens par des populations allogènes n’a jamais été aussi visible. Deuxièmement, la soudaineté et la violence de ce coup de force antidémocratique en font une attaque éclair ayant pour but de sidérer les populations autochtones et d’empêcher tout retour en arrière.

« Nous avons enregistré environ 630 000 franchissements illégaux de frontières, fin septembre. C’est une crise migratoire sans précédent en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. »

indique Fabrice Leggeri, directeur exécutif de Frontex (agence européenne « responsable de la coordination des activités des garde-frontières dans le maintien de la sécurité des frontières de l’Union avec les États non-membres »)

Les chiffres du Grand Remplacement sont effroyables… et sous-estimés

coupure01

Les chiffres avancés par les médias comme Libération sont sans appel : l’Allemagne s’apprête à accueillir sur son sol en 2015 entre 1 et 1,5 million de migrants ! En moyenne, cela représente 7 000 à 10 000 entrées par jour. Des chiffres effarants et pourtant en dessous de la réalité, puisqu’il faudra les multiplier par quatre, cinq… les migrants étant considérés comme des réfugiés et bénéficiant à ce titre du droit au regroupement familial. On comprend donc mieux pourquoi cette vague migratoire est le fait de jeunes hommes seuls. La famille attend au pays…
La France s’apprête donc à accueillir dans les prochains mois 30 000 réfugiés et à court terme, 110 000 personnes en plus, et ce au nom du regroupement familial soit dans une fourchette basse plus de 140 000 personnes.

Ce chiffre est bien évidemment sous-évalué, car les clandestins se voyant refuser le statut de réfugiés ou d’immigrés légaux ne sont pas expulsés dans la majorité des cas, comme l’avoue le directeur de Frontex Fabrice Leggeri :

En moyenne, 39 % des décisions d’éloignement sont effectivement exécutées.

coupure02

Un déni de démocratie : l’exemple d’Emmanuel Macron
Ancien banquier d’affaires chez Rothschild & cie, l’actuel ministre de l’Économie Emmanuel Macron, qui ne s’est jamais présenté à une seule élection, est l’archétype du dirigeant mondialiste actuellement aux manettes de l’Union européenne. En septembre dernier, il a déclaré dans l’indifférence générale que « l’arrivée de réfugiés est une opportunité économique » et que

L’histoire a montrée que quand on suit parfois la volonté des peuples, surtout dans des moments difficiles, on se trompe.

 

Un véritable mépris de la démocratie et de la constitution de la République qui indique clairement dans son article 3 que « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » et qu’« aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. »

La sidération par « bobardement médiatique »
Ce coup d’État démographique a été accompagné par un « bobardement médiatique » (Fondation Polémia) visant à sidérer les populations européennes afin de détruire leurs défenses immunitaires et identitaires. En voici une liste loin d’être exhaustive :
La chancelière allemande Angela Merkel‬ : l’afflux de migrants va « changer » l’Allemagne.

Ce que nous vivons est quelque chose qui va continuer de nous occuper dans les années à venir, nous changer, et nous voulons que le changement soit positif et nous pensons que nous pouvons y arriver.

François Hollande, président de la République :

En termes de nombre, aujourd’hui, la France n’est pas soumise à un afflux de réfugiés et ceux qui prétendent que nous serions envahis sont des manipulateurs, des falsificateurs, qui le font pour des raisons purement politiques, pour faire peur.

Manuel Valls, Premier ministre : les migrants qui « fuient la guerre, les persécutions, la torture, les oppressions, doivent être accueillis. »

coupure03

‪‎Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale :

Dans une petite commune qui s’apprêtait à voir disparaître une classe à cause de la baisse démographique, c’est vrai que c’est formidable. Bien sûr que cela va être aussi une chance pour un certain nombre de communes rurales.

Christiane Taubira, garde des Sceaux : « Il est important que la France prenne sa part dans la stabilisation du monde, car ce sont les désordres dans certaines parties du monde qui conduisent ces milliers de personnes à s’en aller. »

Michel Sapin, ministre des Finances : « L’Europe a une responsabilité humaine d’éviter que des gens meurent. Mais si on dit simplement que l’Europe a la responsabilité d’accueillir tous ceux qui partent en bateaux, disons que l’Europe aurait la responsabilité d’accueillir toute la pauvreté du monde, souvenez-vous de ce que disait Michel Rocard, “l’Europe ne peut pas accueillir toute la misère du monde”, elle peut prendre sa part de cette misère. »

Fleur Pellerin, ministre de la Culture : « il est temps de changer notre regard sur ceux qui viennent d’ailleurs ». Temps de comprendre qu’« il y a des choses plus fondamentales que peurs, nos inquiétudes », de « sortir des polémiques politiques sur les réfugiés, sur les migrants, qui occultent trop souvent la substance des choses ».

Nathalie Kosciusko-Morizet‬ (vice-présidente des Républicains) :

Je suis favorable à l’accueil des réfugiés. C’est le devoir de la France, son histoire, et son honneur, que d’être une terre d’asile.

‪Tariq Ramadan‬, islamologue et professeur à Oxford : « L’Europe a besoin d’immigrés. (…) La Suisse blanche fait partie du passé. »

Pierre Gattaz (président du Medef) :

La crise actuelle des migrants nous oblige à l’action. […] Mais aussi parce que c’est une opportunité pour notre pays. Cessons toute condescendance envers ces migrants : ils ont souvent un fort niveau d’éducation, sont la plupart du temps jeunes, formés et n’ont qu’une envie, vivre en paix et pouvoir élever une famille.

Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien Premier ministre : « Nous avons à prendre une partie de la misère du monde. »

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste :

Ils se mettent en marche, passent des frontières, se glissent sous des barbelés, et parfois meurent dans un camion. Quand un enfant sanglote sur le bord de la route, dans ce cheminement, c’est l’ensemble de l’humanité qui pleure. Nous ne resterons pas indifférents à leur situation.

coupure04

Sports :
Fédération Française de Football : « la FFF a décidé d’octroyer la somme de 100 000 euros à l’association SALAM, basée à Calais et créée pour venir en aide aux migrants après la disparition du centre d’accueil de Sangatte, dont les ressources proviennent uniquement de dons de ce type, de subventions et de cotisations. »

PSG :

Le PSG a annoncé dans un communiqué qu’il débloquait un million d’euros «prélevés sur les revenus du club» afin de venir en aide aux réfugiés. Cette somme sera répartie par la Fondation Paris-Saint-Germain entre deux associations caritatives : le Secours Populaire Français et l’UNHCR (NDLR l’agence de l’ONU pour les réfugiés).

Les banques
coupure05

Les médias
coupure06

Gérald Pichon