visuel-article-alpha

Enterrons l’Euro, déterrons l’ECU !

19/10/2015 – ÉCONOMIE (NOVOpress)
Oui, l’Europe a besoin d’une monnaie forte au niveau mondial, un instrument d’échange et de puissance capable de rivaliser avec le Dollar ou le Yuan. Non, celle-ci n’a pas besoin d’être « unique » comme l’euro. L’ECU est la solution à la fin de l’euro.

Interrogée en octobre 2014 par Nicolas Beytout du journal L’Opinion, [vidéo à partir de 4 min 4 s], Marine Le Pen, Présidente du Front National, avait cité l’ECU durant l’entretien, ce projet de monnaie de l’Europe unie imaginé avant l’Euro. Il faut se remémorer que l’ECU aurait dû être la monnaie de l’Europe, avant qu’il soit étrangement torpillé et remplacé par l’Euro, la France et l’Europe ayant peut-être subi à l’époque la pression de l’impérialisme américain sur ce dossier.

L’ECU avait la particularité d’être une monnaie « commune » et non pas une monnaie « unique » comme l’est l’Euro. La différence est qu’une monnaie commune est une monnaie qui existe en parallèle aux monnaies nationales. Une monnaie unique est une monnaie qui remplace toutes les monnaies nationales en circulation en Europe. Dans le cadre d’une Europe économiquement unie, supprimer les monnaies nationales se révèlent être une erreur, car chaque pays possède son propre potentiel et rythme économique, et surtout, comme l’explique l’économiste Jacques Sapir dans une émission de télévision,

les constructions nationales sont de vielles choses extrêmement puissantes qui ont dans certains cas plus de 1 000 ans d’existence pour l’Angleterre et pour la France, qui sont plus récentes dans d’autres cas, mais qui ont quand même constituées leur réalité dès le XVIe et le XVIIe siècle, et on ne peut pas passer un coup de rabot là-dessus, donc il vaut mieux en tenir compte.

Rétablir les monnaies nationales n’implique pas d’abandonner l’idée d’une monnaie européenne, car l’Europe a nécessairement besoin d’une grande devise pour être de taille face aux autres aires de civilisation du globe telles que les USA avec leur Dollar et la Chine avec son Yuan ; et peut-être, qui sait, bientôt une monnaie pour une civilisation islamique qui émerge de manière fulgurante au sud de l’Europe pendant qu’en France les « politiciens » s’empêtrent dans des querelles byzantines telles que celle qui porte sur le poids des cartables à l’école.

Avec l’Euro, l’erreur a été de vouloir appliquer le modèle Américain à l’Europe, de faire « les États unis d’Europe » comme l’avaient souhaité Laurence Parisot lorsqu’elle fût présidente du MEDEF et la socialiste Ségolène Royal.

C’est impossible à faire parce que nous ne sommes pas les États-Unis, les pays européens ont une histoire beaucoup trop longue, et aujourd’hui on le voit bien : regardez en Belgique, les Flamands ne veulent pas payer pour les Wallons, donc on ne peut pas espérer que demain les Allemands accepteraient de payer pour les Espagnols ou pour les Italiens ; il faut donc prendre acte de cette situation.

explique Jacques Sapir.
La solution serait donc d’avoir à la fois une monnaie nationale et une monnaie commune, en l’occurrence l’ECU, qui sera une monnaie civilisationnelle. La monnaie nationale servira pour la vie courante, la monnaie commune pour les affaires intraeuropéennes et le commerce mondial avec les autres civilisations. L’ECU servira également pour les zones frontalières, le secteur des transports, le tourisme et l’hôtellerie. Il faudra donc mettre en circulation dans toute la Communauté européenne des pièces rigoureusement identiques en taille, en poids et en métal ; de cette façon les nationaux d’un pays membre voyageant dans un autre pays membre ne verront pas leurs pièces refusées par les commerçants ou les appareils automatiques.

Hubert Grandboursier