air_france

Air France : un grand gâchis !

07/10/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La France est en crise. Ceci n’est malheureusement plus un scoop ! Cette réalité s’invite jour après jour dans notre quotidien et le népotisme de nos « élites » autoproclamées ne fait rien pour arranger les choses, comme le montre une fois de plus le cas Air France. Par Vincent Revel

Le 15 septembre 2015, Manuel Valls recevait un courrier signé par l’ensemble des syndicats représentant les salariés d’Air France. Par cette lettre, les représentants syndicaux tenaient à dénoncer les difficultés de l’entreprise « au regard de sa situation économique et de la concurrence internationale à laquelle les compagnies françaises doivent faire face. » Ils désiraient aussi avertir le gouvernement que le personnel d’Air France était à bout et que plus personne au sein de la Compagnie ne comprenait les actions politiques de la France en regrettant le manque de « soutien franc et massif des pouvoirs publics. »
Face à la concurrence déloyale des compagnies étrangères, provenant surtout d’Asie et du Golfe persique, « l’annonce de l’octroi de nouveaux droits de trafic aux compagnies du Moyen-Orient cet été » fut considérée comme une trahison par l’ensemble du personnel Air France. Avant même que les négociations ne débutent pour le plan Perform 2020, des menaces de licenciements étaient annoncées par la direction de la compagnie. La responsabilité des pilotes, en refusant toutes les négociations sur des heures supplémentaires non payées, ajoute certainement à la confusion dans cette période trouble pour Air France.

Mais refuser de voir les véritables responsables de cette faillite ne nous permettra pas de trouver les solutions adaptées au problème. Il y a un peu plus d’un mois, je dénonçais les méfaits du sans-frontiérisme en prenant l’exemple d’Air France, confrontée au quotidien à une concurrence « non libre et faussée », désarmée, sans avoir aucune possibilité de réaction, sans aucune protection possible, mais surtout sans n’avoir reçu aucun soutien de l’État français, pourtant actionnaire de la compagnie.
Plus grave, dans ces moments de grandes désillusions, les salariés, à qui on demande constamment des efforts d’adaptation, devraient être en droit d’exiger l’exemplarité de ceux qui leur demandent de faire ces efforts. Cette règle de bon sens devrait d’ailleurs aussi s’appliquer au monde politique.
Les citoyens et leurs politiques, les salariés et leurs dirigeants, devraient pouvoir se regarder les yeux dans les yeux et se dire, nous pouvons nous faire confiance ! Malheureusement, nous savons tous qu’avec cette oligarchie apatride, acquise au mondialisme et au sans-frontiérisme, nous ne pouvons plus avoir confiance en nos responsables, car ils ne sont plus là pour défendre nos intérêts.

En reprenant le cas d’Air France et en y regardant de plus près, qu’y voyons-nous ? Avec à l’arrivée de l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, M. de Jugnac, comme président-directeur général d’Air France en novembre 2011 et grand patron du groupe Air France-KLM depuis juillet 2013, Mme Challon-Kemoun, « amie » proche de M. de Juniac, fut chargée, par le plus grand des hasards, de la communication externe d’Air France, en s’empressant de choisir l’agence de pub de son beau-frère au détriment de Havas, « l’annonceur historique de la Compagnie » !
À l’étage plus bas, nous avons Mr Guérin, directeur général de HOP, filiale d’Air France, désignant Mme Guérin comme directrice de la communication de HOP et Mme Broseta, épouse du DRH malmené il y a peu, embauchée comme directrice France du groupe Transdev, société gérant « les navettes aéroport hors et sous douane ».

À côté de ces nominations spéciales, nous avons aussi la distribution fréquente de billets gratuits « avec la demande de surclassement systématique pour les copains et la famille » alors que dans le même temps les avantages des salariés fondent comme neige au soleil. Mais le « pompon » dans tout ça revient à nos dirigeants politiques capables, en cette période difficile pour Air France, de remettre la Légion d’honneur au PDG de Qatar Airways pour le remercier d’être un partenaire économique privilégié de notre pays !
Après tout ça, comment voulons-nous avoir des rapports sociaux apaisés et normaux ?
Comment pouvons-nous espérer avoir des salariés exemplaires ?

Vincent Revel

Crédit photo : Christopher Griner via Flickr (CC) = Air France A380-861 F-HPJA