1930 école de filles du Centre d'Achicourt

Affaire Morano: l’indignation sélective

03/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Nous savons tous que notre démocratie ne garantit plus la liberté d’expression. Face à une censure agressive, nous avons le devoir de ne pas nous taire. Par Vincent Revel

Scandale !
Le système s’emballe et dérape. La ligne rouge a été franchie. L’indignation doit être collective. Les heures sombres de notre histoire se rappellent à nous.
Le problème de ce début d’automne se nomme Nadine Morano ! Ses propos, se référant pourtant à des mots prononcés par le général de Gaulle, ont choqué l’ensemble de la classe politique et médiatique. Il y a cinquante ans, le grand Charles avait déclaré dans un entretien privé que la France était une nation de race blanche avec des racines judéo-chrétiennes. Il y a cinquante ans cette vérité ne dérangeait personne. Elle était admise de tous. Elle ne faisait que refléter l’histoire de notre pays. Elle était indiscutable.
La France, avant que nos dirigeants modifient profondément sa population par une immigration de remplacement, était effectivement un pays de race blanche où le christianisme avait joué un rôle important dans son évolution.

morano

Nadine Morano, clouée au pilori pour délit de bon sens

Aujourd’hui, cette vérité est devenue un crime. C’est un tabou, un interdit.
Dans notre société du bien-vivre ensemble, ces mots sont contraires à l’idéologie multiculturelle et à la pensée unique. Même s’ils sont l’expression d’une vérité, le système ne veut plus les entendre. Nos élites mondialisées n’agissent plus selon la réalité, mais réagissent selon les nouveaux dogmes et les nouvelles doctrines de la pensée unique. C’est ce que l’on peut nommer l’uniformisation des esprits.
Pourtant personne ne s’offusque lorsque l’on parle de l’Afrique noire, mais tout le monde fait mine d’être indigné lorsque l’on évoque l’histoire de l’Europe blanche.
Le Blanc est devenu une singularité embarrassante pour nos dirigeants. Le Blanc, surtout le mâle blanc, doit laisser la place à l’Autre, au plus faible, au plus défavorisé. Il doit apprendre à être moins égoïste et à privilégier les intérêts des enfants des autres avant les intérêts des siens. Que ce soit à la télé, dans le monde du travail, dans l’administration, en politique, le Blanc est devenu bien encombrant.

Pour le système du bien-vivre ensemble, il est de partout ! Pour un pays non blanc (puisque l’on nous dit que la France n’est plus un pays de race blanche), nos censeurs se rendent compte qu’il y a beaucoup trop de Blancs ! Et ceci est un comble. Aujourd’hui, ce qui était normal il y a quelques décennies est devenu scandaleux. Un pays non blanc ne doit plus tolérer autant de Blancs, mais surtout ne doit plus tolérer que des Blancs puissent revendiquer une histoire nationale.

Après avoir appris nos leçons nouvelles, nous savons tous que Le Blanc est la seule race à ne pas exister, à ne pas être victime de racisme, mais surtout à ne plus avoir le droit de demeurer lui-même.
Car avec nos nouveaux idéologues, nous savons aussi que le mot race est à bannir sauf lorsque nous sommes amenés à parler des minorités dites visibles donc discriminées.
Même si Nadine Morano n’a prononcé aucun jugement discriminatoire, elle ne pouvait que s’attirer les foudres des nouveaux censeurs. Elle est fautive et mérite par-dessus tout d’être ostracisée, aussi bien par ses ennemis que par ses faux amis.

Aujourd’hui, l’histoire n’est plus ce qu’elle a été, mais elle devient ce qu’on voudrait qu’elle soit. Notre système nous dit que la France n’a jamais été un pays riche d’une identité nationale, il faut donc répéter en cœur que la France fut de tout temps une nation d’immigrés et de métis avec pour vocation d’être uniquement un grand village-monde.
On nous dit aussi que le peuple français n’a jamais existé, il faut donc réciter docilement notre nouvelle leçon : « les Français sont tous fils d’immigrés extra-européens. » Et ajouter avec ferveur et conviction : « L’immigration est une chance pour la France. » En dehors de ces dogmes, nulle vérité n’existe en Hollandie.

Ingrid Bergman incarnant Jeanne d'Arc

Ingrid Bergman incarnant Jeanne d’Arc.
Une histoire de France dont l’oligarchie ne veut plus.

Pour tout ça, Nadine Morano est impardonnable. Elle est devenue la honte de la nation « bobo ». Ses propos sont plus qu’innommables. Car en plus d’avoir inventé un passé imaginaire à notre pays, elle a aussi osé dire, au pays de la laïcité, qu’elle ne souhaitait pas que la France devienne une nation islamique !
Horreur absolue !
Comment une élue républicaine, citoyenne du pays des droits de l’homme, peut-elle avoir l’aplomb de refuser la chance qui nous est offerte de devenir une nouvelle République islamique ? Car, grâce à l’immigration de masse, c’est un possible futur pour nos enfants.

Comment peut-on s’en inquiéter ? Face à tout ça, nous ne pouvons qu’être indignés et donner notre entier soutien à l’imam de Brest, sensible à l’apprentissage de la musique en expliquant à des enfants que ceux qui font de la musique se transformeront en singe ou en porc, à cet imam témoin vivant du bien vivre ensemble, expression incarnée de cette religion de paix et de tolérance qui nous est bientôt promise.
Nadine, que t’est-il passé par la tête ?

Vincent Revel

Crédit photo : école de filles du Centre d’Achicourt, 1930