vouc routard migrants

Le Dhimmi du jour est… le Guide du Routard

22/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Tiens, pourquoi on ne les appelle pas « routards », tout simplement, nos sympathiques « migrants »/« réfugiés » ? À défaut, ils pourront toujours remercier le guide du même nom, qui a sorti une édition spécialement à leur intention.

Les pauvres « réfugiés » qui déferlent sur l’Europe à une cadence jamais vue attirent les bonnes consciences comme le miel attire les mouches. Chacun y va de son initiative, trouvant que le gouvernement immigrationniste ne va pas assez loin dans la collaboration avec l’invasion migratoire.
Il n’est pas jusqu’au célèbre Guide du Routard qui n’apporte sa pierre à l’édifice. Car les « migrants », qui sont des hommes jeunes et vigoureux pour la plupart et sont souvent bien organisés, ont un problème : la barrière de la langue.

Comme nous autres occidentaux ne faisons aucun effort et n’avons même pas pris la peine de tous apprendre le syrien ou l’érythréen (du moins l’un de ses nombreux dialectes), les « réfugiés » sont bien embêtés pour nous demander le chemin de la mosquée ou de la Caisse d’Allocations Familiales la plus proche.
routard_mosquee

Heureusement, le guide du Routard vient de sortir une édition spéciale « migrants », qui lui vaut sans discussion son titre de dhimmi du jour, avec une mention spéciale « politiquement correct et culpabilisation des Européens », comme en témoignent les propos du fondateur du Routard, Philippe Gloaguen, interrogé par le JDD et qui laissent pantois :

Après la révolution russe de 1917, nous avons accueilli 100.000 réfugiés russes blancs, des gens qui n’avaient jamais travaillé et arrivaient dans un pays détruit après la guerre. Dans les années 1930, nous avons aussi accueilli beaucoup de juifs venus d’Allemagne ou d’Europe de l’Est. Et là, on en accueille 24.000 ? On est des salauds ! Nos gouvernants sont des poules mouillées, chacun doit se débrouiller.

routard_cb
Dans le guide, il y a tout plein de jolis dessins pour qu’il soit plus facile pour eux de nous demander comment se rendre à la mosquée, mais aussi à la banque, au distributeur pour retirer des espèces (tiens… les pauvres démunis de tout ont tout de même une CB ?)… ou au cirque, acheter de la nourriture, mais aussi… des préservatifs, de réclamer plus de chauffage ou au contraire l’air conditionné, bref, de faire face à toutes les situations lors de leur périlleux périple. Le guide est distribué gratuitement aux associations adhérentes à la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale) accueillant les « réfugiés » et servira à ces gentils accompagnateurs de flux migratoires pour aider les « migrants ». il est aussi téléchargeable sur le site de l’éditeur pour les dhimmis… pardon les sympathiques volontaires désireux d’aider leurs frères « réfugiés ».

routard_chauffage

rpitard_capote

Car nous autres européens utiliseront le guide pour communiquer avec les « migrants » que nous ne manquerons pas de vouloir aider, comme l’explique l’éditeur :

C’est à chacun d’entre nous, en fonction de ses moyens et de ses compétences, de leur venir en aide. Il n’y a pas que les Allemands qui ont un cœur.
Sous forme d’images sans aucun texte, ce guide permet d’établir un contact avec ces hommes et ces femmes qui ne parlent pas les langues usuelles.

Et tout est bien qui finit bien pour le brave européen qui aura aidé son « réfugié », cela se terminera par une belle histoire d’amour multiculturelle, comme en témoigne le dernier dessin du guide :

routard_derniere