heurts_frontiere_croate

«Nous venons en paix» : pas évident, évident, à voir la violence qui règne chez les «réfugiés»… 

28/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
«Nous venons en paix», c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, dur dur de dire qu’ils viennent en paix, nos chers « réfugiés », tant ils mettent d’ardeur à se battre entre eux et parfois aussi contre les forces de l’ordre. Le stress de ne pouvoir trouver une place fenêtre dans les trains mis à leur disposition et / ou pris d’assaut ?

Hier, c’est un camp de réfugiés de Calden, dans la banlieue de Cassel, en Allemagne, qui nous adonné un bel exemple de Vivre-Ensemble. Dans ce camp de tentes où sont hébergés environ 1 500 migrants d’une vingtaine de nationalités..

Des affrontements entre plusieurs centaines de réfugiés ont éclaté dimanche dans un camp d'hébergement près de Cassel, en Allemagne. Quatorze personnes, dont 3 policiers, ont été légèrement blessées.

Des affrontements entre plusieurs centaines de réfugiés ont éclaté dimanche dans un camp d’hébergement près de Cassel, en Allemagne. Quatorze personnes, dont 3 policiers, ont été légèrement blessées.

Une première bagarre a éclaté à la mi-journée, au moment du repas, entre deux réfugiés. Plus tard, des affrontements ont repris entre deux groupes de réfugiés albanais et pakistanais.
Enfin, une troisième bagarre s’est produite dans la soirée, mettant aux prises un groupe de 70 personnes à un autre de 300.
À en croire le discours habituel des médias officiels, il devrait s’agir d’un différend sur la charte de déontologie des médecins ou des avocats qui a opposé ces « chances pour l’Europe ».
En tout cas, c’est loin d’être un cas isolé…

Des heurts violents ont opposés syriens et afghans qui tentaient de passer la frontière croate. Les réfugiés fuyant la violence de leur pays se sont battus à coups de bâton, de bouteilles et de cailloux à la gare de Beli Manastir, dans le Nord-Est du pays.

Heurts entre Syriens et Afghans à la frontière Croate. © Attila Husejnow

Heurts entre Syriens et Afghans à la frontière Croate. © Attila Husejnow

La bagarre a débuté au guichet. Problème de carte Grand Voyageur ?

Pour des raisons que l’on s’explique mal, les Croates ont décidé, à l’instar de leur voisins Hongrois, de bâtir une clôture anti-invasion.
C’est d’ailleurs cette frontière que les Hongrois défendent à coups de canon à eau et de gaz lacrymogène contre de pacifiques réfugiés qui leur lancent des pierres en signe d’amitié.

Curieux qu'avec tant de photographes autour, ces scènes de franche camaraderie n'aient pas plus d'écho…

Curieux qu’avec tant de photographes autour, ces démonstrations de paix et d’amour n’aient pas plus d’écho…

A croire enfin que ce n’est pas que le stress du voyage qui affecte nos chers réfugiés. Dans ce camp d’accueil à Dresde, en Allemagne, la terre promise, ils continent à faire preuve d’un caractère un peu vif, enjoué… méditerranéen. On ne connaît pas les causes du léger différent qui oppose ces migrants à coups de chaises et de tables, mais ils sont sûrement une bonne raison de détruire ainsi le matériel mis gracieusement à leur disposition.

A Friedland, en Allemagne, ce centre d’accueil a aussi été le témoin du Vivre-Ensemble à la mode « réfugiés », à coups de pierres et de bâtons…


 

http://www.breitbart.com/london/2015/09/16/pictures-migrant-riot-at-hungary-border/