mmlp_prese_a_partie1

Marion Maréchal-Le Pen agressée à la sortie d’un meeting

19/09/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Marion Maréchal-Le Pen tenait un meeting dans à Guillestre, dans le cadre de sa campagne pour les régionales. Elle a été prise à partie par une centaine d’opposants : bousculade, jets de bière, insultes… qui démontrent le savoir-vivre et le respect de la démocratie des « antifas ».

Une réunion électorale comme il y en a tant d’autres : Marion Maréchal-Le Pen était venue, ce jeudi 17 au soir, rencontrer ses sympathisants dans le village de Guillestre, dans les Hautes-Alpes. Mais voilà, ses opposants avaient organisé une contre-manifestation : concert et bière avaient passablement échauffé les esprits de la centaine d’opposants au Front National.
En fin de soirée, provocation insupportable de la candidate frontiste : elle sort à pied de sa réunion pour rejoindre sa voiture. Bousculade, coups, jets de bière, insultes répondent à cette horrible provocation : marcher dans la rue !

On a rien fait du tout et elle, elle sort et elle nous provoque sur 500 mètres. Je trouve ça normal que les gens se déchaînent un petit peu…

expliquera ce manifestant à une caméra de France 3 (visage hors champ, tout de même). Une version appuyée par le maire écologiste de Guillestre, Bernard Leterrier : « Marion Maréchal-Le Pen a fait une sortie inopinée au milieu des manifestants ce qui a provoqué une bousculade, mais pas de violence. Toutes les règles de sécurité ont été respectées par la mairie. »
Voire. Selon Amaury Navarranne, tête de liste FN aux élections régionales dans les Hautes-Alpes, le maire n’a pas joué son rôle en garantissant la sécurité du meeting politique, au contraire : Dans le cadre d’un concert organisé le soir du meeting contre la venue de Marion Maréchal-Le Pen, le maire a fait installer des barrières interdisant le stationnement à 5 mètres de la porte d’entrée de la réunion publique. « Les contre-manifestants ont ainsi facilement menacé et insulté bon nombre de participants à notre réunion. »

Résultat, selon le FN, des membres du service d’ordre du parti ont été

physiquement agressés à l’aide de bâton, de jets de projectiles divers, de liquide et de peintures au goudron. Des véhicules ont été dégradés.

« Des violences auraient été commises par des manifestants à l’encontre d’au moins un membre du service d’ordre de Mme Le Pen. En l’état, aucune plainte n’a été déposée concernant ces violences. Le cas échéant, une enquête devra déterminer leur gravité et en identifier les auteurs », a déclaré de son côté Raphaël Balland, procureur de République de Gap.
Sur le terrain judiciaire, justement, Amaury Navarranne a annoncé qu’il avait d

éposé plainte contre X pour menace de mort et dégradations de biens privés, ainsi que pour manquement grave aux responsabilités d’ordre public de sécurité et de salubrité à l’encontre du maire. »

Une plainte appuyée par Marion Maréchal-Le Pen, qui a de plus vivement protesté dans une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve : « comptez-vous dorénavant vous assurer de la sécurité de nos responsables politiques et de nos militants, ou allez-vous laisser vos amis pratiquer l’intimidation dans l’impunité la plus totale ? »

Crédit photo : Capture d’écran des images de la sortie de meeting de Marion Maréchal-Le Pen prises en direct par la chaîne locale D!CI TV