migrants

Les migrations (de masse), c’est la guerre ! Par Yves-Marie Laulan

17/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Yves-Marie Laulan, Président de l’Institut de Géopolitique des Populations, est particulièrement qualifié pour apporter son éclairage sur la crise migratoire qui frappe l’Europe. Qu’il soit ici remercié de l’analyse percutante qu’il livre à NOVOpress.

Les migrations, c’est la guerre. Certes, une guerre qui ne fait ni morts ni blessés, au moins pour l’instant, mais une guerre quand même. Ses instruments de combat sont les médias qui véhiculent l’émotion suscitée par l’humanitarisme dont l’usage permet d’atteindre les objectifs désirés, à savoir l’occupation du sol et l’accès aux ressources d’autrui. Ainsi l’Europe est en guerre sans le savoir ou sans vouloir le reconnaître.
En effet, qu’est-ce que la guerre, suivie d’une invasion, si ce n’est l’entrée en masse et non sollicitée d’un peuple étranger sur le territoire de ses voisins afin de l’occuper, de s’en approprier partiellement les possessions tout en prenant la population d’accueil en otage ?

Or c’est bien ce qui se passe actuellement avec l’entrée massive de populations déshéritées qui veulent s’installer sans en demander la permission sur nos territoires et s’adjuger sans façon une fraction de nos richesses par le biais d’aides sociales multiples concédées à perpétuité.

Depuis la plus haute Antiquité, c’est bien ainsi que ce processus mortifère a pris place avec les grands mouvements de population de l’histoire qui ont entraîné la destruction des empires et des civilisations de l’époque. Et l’on citera les invasions barbares qui ont provoqué la chute l’Empire romain ou le débarquement de Cortez au Mexique ou encore l’arrivée des Pilgrims Fathers en Nouvelle-Angleterre . Ironie de l’histoire, les envahisseurs potentiels britanniques ont été accueillis en amis par les Indiens, comme les Munichois ont fêté les migrants syriens débarquant à la gare de Munich… Ou les pêcheurs de Lampedusa. L’histoire décidément se répète.
La civilisation au XXI ° en Europe n’est nullement à l’abri de ce danger. Sous le barbouillage humanitaire qui la dissimule, c’est bien une action de guerre que celle qui consiste à débarquer en masse à la gare de Munich ou à l’île de Lampedusa sous le vocable hautement douteux de réfugié politique fuyant la guerre ou tout bonnement de migrant à la recherche d’une vie meilleure.

Les mouvements migratoires de nos jours ressemblent fort à ces glissements de terrains soudains, massifs et dévastateurs qu’un rien peut déclencher sur une pente de terrain détrempée pour aller ravager les champs et les villages situés en dessous. Car enfin la guerre en Syrie dure depuis dix ans ou plus. Qu’est-ce qui a bien pu justifier ce branle-bas de combat, si ce n’est je ne sais quelle gesticulation médiatisée à l’occasion d’un incident mineur ? Il a donné la peur au ventre à nos responsables politiques. Ils ont, une fois de plus, donné, la mesure de leur inconséquence et de leur pusillanimité, Angéla Merkel en tête.
Car en réalité, les signes annonciateurs n’ont pas manqué. Il a fallu tout l’aveuglement des responsables nationaux et européens, affairés le nez sur le guidon, à gérer leur quotidien, pour ne pas les percevoir. Nous vous renvoyons à ce sujet au colloque de l’Institut de Géopolitique des Populations du 21 mai 2014.

Lampedusa : plus de 600 clandestins dans la journée

C’est l’accumulation depuis plusieurs années, et notamment depuis un an, de masses humaines considérables en stationnement de parking sur le pourtour de la Méditerranée : on parle de 800 000 à un million de personnes. C’est que l’on peut décrire comme « l’effet chasse d’eau ». Mais derrière ce trop-plein se dissimulent d’énormes réserves humaines au Moyen-Orient et en Afrique noire, terres lointaines ravagées, certes, par les conflits, mais aussi et surtout ruinées par la corruption, la gabegie, l’incompétence, l’inertie de leurs élites. Ces masses sont prêtes à déferler sur l’Europe au risque de la submerger, l’engloutir, et sans doute, en fin de compte, l’ensevelir.

Car les sources de la migration sont colossales, inépuisables. À l’avenir, au-delà des flux actuels, les flux à venir ne se chiffreront plus en dizaines, ou en centaines de milliers, mais en millions, en dizaines de millions, voire en centaines de millions, si les projections des Nations Unies se révèlent exactes (voir sur ces perspectives hallucinantes le dernier colloque de l’IGP : l’Afrique à 4,2 milliards d’Africains au XXI ° siècle du 21 mai 2015). La question qu’il faut d’ores et déjà se poser avec réalisme et lucidité est de savoir si l’Europe ne va pas être irrémédiablement ravagée, engloutie, ensevelie sous ces flots humains déchaînés. Le risque est bien réel. Ici, l’humanitaire n’est plus de mise. C’est la survie de nos sociétés de notre civilisation qui est en jeu.

Compassion humanitaire à quel sommet d’absurdités ne nous conduis-tu pas ?

On devrait instituer un nouveau délit : le « délit d’humanitarisme », associé à un délit aggravé, celui d’« appel à l’humanitarisme ». En seraient frappés tous les journalistes, reporters et photographes au grand cœur et à la conscience tourmentée qui inondent nos médias d’histoires touchantes et de photos émouvantes sans avoir la moindre idée des conséquences de leurs actes. C’est l’irresponsabilité et l’impunité portées à un haut degré de perfection. La consultation de la télévision ces jours – ci est à ce titre éloquente.
Car les deux instruments principaux de la migration de masse sont en premier lieu le téléphone portable par satellite qui permet de communiquer avec la famille et d’alerter les amis aux antipodes. Mais les médias jouent aussi un rôle majeur. Ils servent complaisamment de caisse de résonnance et d’amplificateur aux informations recueillies sur place auxquelles les moyens médiatiques confèrent dans l’instant une portée mondiale, sans bien entendu la moindre vérification ou réserve sur leur authenticité. L’émotion, l’émotion, d’abord et avant tout, et dans l’instant, telle est la loi du moment.

enfant noyé

Aylan Kurdi, le petit syrien noyé lors d’une tentative de traversée clandestine. Cett photo a ému le monde entier et servi de prétexte à une vaste campagne pro-immigrationniste.

À cet égard, la photo du petit garçon noyé rappelle, voici des années, celle de la petite Vietnamienne à moitié nue fuyant une attaque américaine au napalm au Vietnam. Cette photo n’a pas peu contribué à l’évacuation précipitée du Vietnam par l’armée américaine. Mais personne n’était là pour photographier les exécutions massives et les tortures en masse perpétrées par le Viêt-Cong triomphant.

La triple interdiction qui devra être opposée aux candidats à l’émigration : il faut les empêcher de partir, les empêcher de transiter, les empêcher d’entrer.

Remarquons que l’immigration dans les conditions actuelles est un excellent investissement financier pour les migrants. En effet, le coût du passage en d’environ 1000 euros. Cette dépense est amortie, dans l’instant, dès lors que le migrant débarque en France (ou en Allemagne) avec sa petite famille. Cela lui rapportera plus ou moins selon les règles du droit d’asile — droit pervers sinon criminel s’il en est — la somme rondelette de 1200 euros, dès le départ, et puis autant tous les mois de l’année (sans compter le logement, gratuit bien entendu, la scolarisation, gratuite, bien sûr et la santé gratuite). Et cela sans le moindre impôt et la moindre contrepartie sous forme de travail ou d’une prestation économique quelconque. Cela vaut largement le SMIC ou le RSA.
L’immigration actuelle nous apporte plus de déficit, plus de chômage, plus de terrorisme en puissance, avec l’Islam puis l’islamisme en prime, la perte de notre identité enfin à la clef. Avouons que cela vaut vraiment le coup d’ouvrir plus largement encore nos frontières.
Le traitement de l’immigration de masse ne relève absolument pas de la charité ni de compassion humanitaire, mais de la justice, du maintien de l’ordre avec recours à la force si nécessaire. D’ailleurs, les migrants de Calais ou d’ailleurs ne s’en privent pas.

calais_migrants

Opération policière dans la « Jungle » de Calais

La solution s’impose d’elle-même. Elle relève d’une triple interdiction qui devra être opposée aux candidats à l’émigration : il faut les empêcher de partir, les empêcher de transiter, les empêcher d’entrer. On pourrait en ajouter une quatrième qui s’imposera d’elle-même tôt ou tard. Il faudra rapatrier de gré ou de force ceux qui auront quand même réussi à passer au travers des mailles du filet.

L’émotion compassionnelle est mauvaise conseillère en politique. C’est le cas d’Angela Merkel que l’on aurait pourtant cru plus contrôlée et maîtresse d’elle-même. Elle a ainsi imprudemment lancé dans la nature, la promesse folle que l’Allemagne pourrait accueillir jusqu’à 800 0000 réfugiés. Pourquoi pas plusieurs millions, tant qu’à faire ?
Il est vrai que les Allemandes ayant cessé de faire des enfants depuis plusieurs décennies, l’Allemagne accuse un déficit de population qui se chiffre en millions. Mais de là à vouloir le compenser par une immigration massive de migrants adultes, parlant uniquement arabe, de confession musulmane et dépourvue de toute formation professionnelle, il y a un pas qu’Angéla Merkel a allègrement franchi.

La générosité est presque toujours fille de l’aveuglement et de la précipitation. En témoigne l’absurde politique des quotas

Mais la sanction n’a pas tardé avec le refus de la Bavière de s’engager sur ces propositions imprudentes, ce qui menace dangereusement la cohésion de la coalition gouvernementale, laquelle conditionne le maintien aux affaires de la Chancelière allemande. C’est ici que l’on constate les répercussions immédiates de la crise des migrants sur la politique intérieure des États.
Et ce n’est pas fini.
Voilà ce que c’est que de gouverner au gré des sondages et des mouvements d’humeur des médias. On aurait cru crédit Angéla Merkel de plus de maturité politique. Quant à François Hollande, il traînaille dans son sillage en politique paresseux et flâneur. Comme toujours.

La générosité est presque toujours fille de l’aveuglement et de la précipitation. Sur le plan européen, un peu de bon sens est venu des membres du Nord et de l’Est de l’UE, Pologne, République tchèque, Hongrie, Slovaquie, le Danemark aussi (ce pays a généreusement joué la carte de l’hospitalité. Mais il a fini par comprendre et se lasser des abus faits par les migrants indélicats de sa générosité.). Ces pays qui ont si longtemps vécu sous le joug soviétique savent fort bien ce que signifient des déplacements massifs de population sous la contrainte. Il ne faut pas leur en compter. Durement éprouvés dans leur histoire, ils ont purement et simplement refusé de s’engager tête baissée dans l’absurde politique de quotas préconisée par la Commission européenne.
Mais au demeurant quelle idée stupide – le mot est faible — a eu la Commission européenne, à court d’idées que de vouloir proposer, voire contraindre – et par quels moyens et au nom de quelle légitimité politique — les membres de l’Union européenne à accueillir chez eux plusieurs milliers de migrants venus du bout du monde. Ce mode obtus de répartition comptable aurait eu pour objet de répartir le fardeau de l’immigration de masse, comme on dilue des produits dangereux dans le plus grand volume d’eau possible pour en réduire la nocivité.
Et cela sans distinguer une seconde la conséquence immédiate de cette proposition : un fantastique appel d’air qui, dans l’instant, va démesurément gonfler la demande migratoire. Bien sûr, puisque les candidats au grand voyage seraient assurés d‘être officiellement et bien confortablement accueillis dès leur arrivée en gare.

C’est d’ailleurs l’occasion de constater le genre de personnages dérisoires qui ont été portés à la tête des instances européennes. Ces comptables pathétiques veulent traiter de problèmes géopolitiques majeurs comme ils ont coutume de le faire au moyen de « directives » pour la composition des fromages vendus dans la communauté européenne ou le rayon des roues des bicyclettes. Il faut savoir rester dans son domaine de compétence. Car la démographie et la géopolitique sont de la dynamite politique.

merket_et_junkers

Et voilà que les Nations Unies, avec l’Office pour les Réfugiés, se mettent à leur tour de la partie. Luxueusement installés dans leurs bureaux climatisés, grassement payés et exonérés d’impôts, ils sont évidemment fort bien placés pour faire la morale aux peuples européens. Pour leur excuse, il faut savoir qu’ils sont payés pour cela. C’est leur fonds de commerce après tout. Mais ils voudraient stimuler la xénophobie dans nos pays qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.
En fait, ouvrons les yeux. L’Europe, ses gouvernements et les institutions qu’ils se sont donnés sont tragiquement inadaptés à la situation à laquelle ils sont confrontés.

A situation inédite, nouvelle politique, nouvelles lois, nouveaux hommes

Sous peine de catastrophe irréparable, cette situation appelle une réflexion nouvelle, une politique nouvelle, des instruments nouveaux et vraisemblablement des hommes nouveaux pour la traiter.
Ces migrants qui arrivent en masse ne connaissent ni la langue, ni les lois, ni les mœurs des pays où ils prétendent s’établir. Ils aspirent à une vie meilleure. Mais ils apportent en contrepartie la promesse de plus de déficit, plus de chômage, avec, en prime, l’Islam, l’islamisme et la promesse d’un terrorisme à venir.
Si cette situation persiste, et cela est plus que probable, tout ce à quoi l’on peut s’attendre est, dans un premier temps, le chaos, puis dans un deuxième, le recours inévitable à des politiques répressives, forcément liberticides, comme aurait dit l’ineffable Badinter en son temps, destinées à rétablir et à préserver autant que faire se peut l’ordre public.

La situation géopolitique inédite, sans précédent dans l’histoire du monde, à laquelle nous sommes confrontés appelle à une révision déchirante des règles et des lois édifiées depuis 30 à 40 ans en Europe dans un contexte totalement différent. Ces lois sont aujourd’hui inadaptées et il faut en élaborer de nouvelles.

La première remise en cause, à titre définitif, concerne la libre circulation dans l’espace de Schengen. Elle avait été conçue pour faciliter la circulation d’une poignée de touristes indolents peu disposés à gaspiller quelques minutes de leur précieux temps pour un contrôle frontalier ou une pincée de transporteurs soucieux d’améliorer leur rentabilité en faisant l’économie d’un arrêt à la frontière. Ce qui a grandement facilité les trafics en tout genre portant sur les armes, la drogue ou la prostitution entre autres.

Il faut rétablir les contrôles aux frontières comme on l’a fait pour le transport aérien à l’embarquement dans les aéroports afin de prévenir le terrorisme aérien. Ces contrôles sont certes, astreignants, coûteux, fastidieux, mais nécessaires, voire indispensables. Les flots humains liés à l’émigration de masse ne pourront être contenus qu’avec la suppression de Schengen et le rétablissement de contrôles rigoureux aux frontières. Il faut rétablir la sanctuarisation du territoire national.

controles_frontaliers_allemagne2

L’Allemagne, pourtant fervent supporter de Schengen afin par rétablir des contrôles aux frontières pour faire face à l’afflux de clandestins. et nous ?

Mais ce n’est pas tout. C’est aussi à l’intérieur du territoire national qu’il faudra agir, avec des contrôles d’identité aussi fréquents et rigoureux que nécessaire. À défaut, nos frontières seront des passoires. Et les migrants, une fois passés, se perdront dans la foule comme un poisson dans l’eau.
Mais il faudra aller plus loin encore. Car ce qui est en cause est tout simplement la cohésion interne, toujours fragile, de nos sociétés fondées sur les règles de droit laborieusement élaborées depuis 30 à 40 ans. En réalité, le cataclysme migratoire actuel bouscule dangereusement l’édifice institutionnel édifié pendant cette période. Cette époque est révolue. À situation nouvelle, règles nouvelles.

Il faut donc purement et simplement mettre un terme au regroupement familial, supprimer le droit d’asile et ses ramifications multiples, effacer le traité de Schengen, rétablir les frontières et mettre véritablement en œuvre, quoiqu’il en coûte, les reconduites à la frontière des migrants illégaux. Il faudra sans doute aussi exercer un certain contrôle sur les médias afin de limiter leur faculté de jouer impunément la carte de l’humanitarisme à tout prix, sans en subir les conséquences.

Et avoir recours à la force s’il le faut, et aussi souvent qu’il le faudra. Notre survie est à ce prix.