La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Invasion migratoire. L’effrayant diagnostic – par Guillaume Faye

29/07/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)
Depuis le début de l’été 2015, l’Europe est en proie à des vagues de migrations clandestines sans précédent dans son histoire, de plus en plus fortes, qui s’ajoutent à celles encaissées depuis des décennies ; elles s’apparentent à des invasions et mettent tout simplement en péril notre civilisation, dans l’inconscience et la complicité des pseudo élites politiques et médiatiques, anti démocratiques et complètement coupées des intérêts et opinions des peuples européens. Voici la première partie de cette analyse qui en comprendra trois. (1)

Les causes de l’inondation

La déferlante des ”migrants” (euphémisme pour ne pas dire ”clandestins”) qui passe par les portes ouvertes d’une Europe aux dirigeants impuissants et incapables, provient essentiellement du Moyen-Orient (Irak et Syrie) par la voie de la Turquie (complice) ; elle pénètre par la Grèce et les Balkans. Seconde porte d’entrée : la Méditerranée, essentiellement au départ d’une Libye plongée dans le chaos. Une partie des flux invasifs est composée de réfugiés de Syrie et d’Irak qui fuient la barbarie de l’État islamique (Dae’ch), ou bien d’autres qui fuient les guerres tribales et religieuses de Somalie ou d’ailleurs ; mais, ce qu’on n’ose jamais dire, ils sont minoritaires. En effet, profitant de cette aubaine, s’engouffrent dans la brèche des légions de clandestins, souvent faux réfugiés demandeurs d’asile bidon, qui, pour des raisons économiques, veulent s’établir en Europe. Ils proviennent d’Afrique noire, du Maghreb et du Moyen-Orient asiatique, attirés par trois éléments qui jouent comme des appels d’air :

1) La perméabilité de l’espace Schengen et l’absence de protection des ”frontières communes” ; l’UE est le seul espace politique au monde dépourvu de frontières protégées ; les marines européennes portent tous les jours assistance aux boat people au lieu de les refouler (idéologie humanitariste), ce qui agit comme une pompe aspirante. Elles sont une aide à l’invasion et non plus une protection. Du jamais vu dans l’Histoire : des forces armées qui assistent l’envahisseur. Dément…

2) Seconde pompe aspirante : les subventions, assistances, avantages et allocations multiples qu’obtiennent les clandestins dès leur arrivée dans plusieurs pays européens, dont la France. Aux frais des autochtones, dont les plus démunis n’obtiennent pas ces privilèges ! Préférence étrangère… C’est du parasitisme et du chantage à la charité de la part de populations incapables de se prendre en main dans leur propre pays.

3) Troisième pompe aspirante : les intrus savent parfaitement qu’ils sont pratiquement inexpulsables et que les autorités (plus une partie de l’opinion et des médias) sont rongées par la mauvaise conscience, la culpabilité, la paralysie compassionnelle. Ils calculent qu’on n’osera jamais les refouler par la force. D’où, comme on le voit à Calais et ailleurs, et récemment dans les émeutes des Balkans, une impudence et une audace incroyables jusque dans la violence. Les ”migrants”, animés par un sentiment d’impunité, s’arrogent tous les droits, y compris celui de nous envahir ”par le bas”.

La faiblesse larmoyante des dirigeants européens, leur ”droit-de-l’hommisme” délirant, leur ”antiracisme” dogmatique et xénophile, excitent l’agressivité des ”migrants” qui pénètrent de force. Ils se sont – et on les a –persuadés qu’ils ont un droit imprescriptible à se ”réfugier” chez nous, à s’y installer, à s’y faire entretenir. Ils n’oseraient évidemment pas raisonner de même avec Israël, la Russie, l’Australie ni les États-Unis !

Mesurer l’ampleur de l’invasion

Les chiffres donnent le vertige. Déjà, la France accueille chaque année 200.000 immigrants légaux. Donc, cela fait deux millions depuis 2005, qui comptent bien rester et se reproduire. S’y ajoutent les clandestins inexpulsables et mal comptabilisés, et maintenant les vagues de nouveaux ”migrants”.

Rien qu’en Grèce, 230.000 clandestins sont entrés de force par la mer Égée de janvier à juillet, contre 17.500 pour la même période en 2014. Ils se répandent dans l’Europe du Nord et de l’Ouest. En Italie, depuis janvier 2015, 115.000 clandestins ont débarqué. En tout, plus de 300.000 boat people ont traversé la Méditerranée depuis cette date, et cela ne fait que s’emballer.

Explosion des demandes d’asile de janvier à juin 2015 dans l’Union européenne (sans compter les demandes antérieures non encore instruites) : 417.000 demandeurs, déjà entrés en force (par voie de terre ou maritime) dont 172.000 en Allemagne et plus de 32.000 en France. Ils s’ajoutent aux 65.000 demandeurs d’asile que la France enregistre chaque année. Proportionnellement à leur population, les pays les plus touchés, outre ces deux derniers, sont la Suède, l’Autriche, la Belgique, les Pays-Bas et la Hongrie. Même déboutés, une infime minorité sera expulsée. De plus, beaucoup ne prennent même pas la peine de demander l’asile ! Et ne sont pas comptabilisés. C’est dire l’ampleur et l’accélération de l’invasion.

Concernant simplement la Syrie, les demandes d’asile depuis avril 2011 se montent à 99.000 pour l’Allemagne et …65.000 pour la petite Suède ! En dépit des énormes problèmes (sécurité, délinquance, préservation du mode de vie, coûts d’assistanat etc.) que l’immigration arabo-afro-orientale pose à ce pays jadis tranquille, ses dirigeants préfèrent, par dogmatisme humanitariste, sacrifier l’identité à long terme de leur peuple.

En tout, L’Allemagne a laissé tranquillement entrer 800.000 ”migrants réfugiés” en 2015, qui s’ajoutent aux flux existants de clandestins et d’immigrés légaux. On s’attend à une forte augmentation en 2016. La France, selon l’Association française des juges de l’asile, passera dès 2016 de 100.000 à 120.000 réfugiés demandeurs par an, qui s’ajouteront aux autres arrivées, légales ou illégales. En sachant que cela coûtera 500 à 600 millions de plus par an. Selon la Cour des comptes, l’asile coûte déjà 2 milliards d’euros par an à notre pays surendetté ; mais ces gens-là, vrais et faux réfugiés, sont prioritaires pour l’oligarchie et l’idéologie dominante par rapport à la ”France périphérique” déclassée et dans le besoin. Nos cousins belges sont dans la même situation, avec une oligarchie politico-médiatique exactement semblable.

La loi du nombre

Dans tous les cas, le désordre endémique du monde musulman, qu’ont accentué les stupides et catastrophiques interventions américaines et franco-britanniques (”pour établir la démocratie”) en Irak et en Libye, sont à l’origine des exodes. Mais ce mouvement sans précédent d’invasion migratoire de l’Europe, qui est à 80% musulman, fait aussi partie d’une stratégie (organisée par exemple par L’EI. Dae’ch et la Turquie d’Erdogan) de conquête de l’Europe par l’islam. La guerre invasive par le bas et par la ruse, par le désarmement moral.

64% des Français sont opposés à l’accueil de cette nouvelle déferlante migratoire, ce dont nos dirigeants se moquent cyniquement. L’argument humanitariste des noyades en mer des boat people, pour nous culpabiliser et nous forcer à les accueillir, apparaît à beaucoup comme une aberrante hypocrisie : car s’ils étaient dissuadés d’immigrer, de débarquer et si les passeurs étaient frappés, il n’y aurait ni noyades ni morts dans les camions frigorifiques ou ailleurs. Ils resteraient chez eux.

Cet « électrochoc de l’invasion migratoire », selon la formule politiquement incorrecte d’Ivan Rioufol (Le Figaro, 04/09/2015) qu’il aurait été impossible d’employer il y a peu temps dans un grand quotidien, aboutira peut-être à une révolte des peuples européens, ou peut-être pas ; et cela pourrait conduire à remettre fondamentalement en cause l’architecture et le fonctionnement de l’Union européenne, idée dévoyée, idéal solaire devenu utopie lunaire. En tout cas, si cette invasion migratoire, doucement commencée dès les années 70 et en accélération vertigineuse (progression géométrique) depuis dix ans continue, les nations européennes de l’Ouest et du Nord du Continent (dont la France et l’Allemagne), à la natalité déclinante, auront tout simplement disparu dans deux ou trois générations, à la fin de ce siècle. Lessivées par l’implacable loi démographique, submergées par le nombre des allogènes, évacuées de l’Histoire.

Actuellement, depuis 2011, c’est entre un et deux millions de ”migrants” qui pénètrent en Europe de l’Ouest et du Nord chaque année, sous les statuts les plus divers, réfugiés, illégaux clandestins ou légaux. Musulmans en majorité. Ils s’ajoutent à ceux qui sont déjà présents et leur taux de reproduction est plus du double de celui des Européens. Un simple calcul mathématique permet de prévoir l’avenir, si un renversement urgent n’est pas opéré.

Nous verrons, dans le prochain article, comment le gouvernement allemand de Mme Merkel mène un jeu très trouble mais stupide et à courte vue, servilement suivi par M. Hollande, et comment l’oligarchie européenne, politique et médiatique, dominante mais minoritaire, se fait complice de l’invasion en nous culpabilisant.

(1) La seconde partie de cet article s’intitulera « Capitulation suicidaire de l’Europe » et la troisième « Pour un remède de cheval ».

Guillaume Faye