francois_baroin

Accueil des clandestins : un flou qui rend circonspect

09/09/09/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Lundi dernier, François Hollande déclarait que la France était prête à accueillir des clandestins. Les maires des communes de France ont notamment été sollicités. Mais ce lyrisme de façade ne saurait masquer les difficultés d’un tel accueil, notamment sur le plan financier. En effet, cet aspect a été peu mesuré.

Que s’est-il passé ?

Hier, le président de l’Association des maires de France, François Baroin, tout en invoquant « l’honneur de notre pays » —laïus habituel– a rapidement soulevé les limites de l’accueil. Aux côtés du ministre de l’Intérieur, il a déclaré qu’il serait restreint « aux réfugiés et aux naufragés ». Quant à l’Association des petites villes de France, elle précise que « le rôle de l’État dans la résolution de cette crise est essentiel ». Autrement dit, c’est d’en haut que l’on attend les moyens pour accueillir les clandestins. Le débat relatif à l’hébergement peut très bien se transformer sur une controverse financière. Dans le passé, les communes ont reproché à l’État son désengagement. Le voilà sommé d’intervenir.

Justement, sur ce point, les estimations sont curieusement optimistes…

Pour le ministre de l’Économie, Michel Sapin, c’est « une question de quelques millions d’euros ». Il a également assuré que cela « ne se fera pas au détriment d’autres politiques ». Le ministre a voulu relativiser, tout en précisant que l’accueil représente « un poids ». Cette assurance d’un ministre démontre une certaine candeur dans un dossier incertain.

Justement, que faut-il conclure ?

Il y a beaucoup d’inquiétudes sur les conséquences d’un engouement né pour des raisons médiatiques. Tous les paramètres n’ont pas été envisagés. Par exemple, il faut songer aux factures d’eau, d’électricité et de chauffage pour plusieurs personnes pour un temps indéterminé. Mais surtout, le chiffre des 24 000 rassure peu, dans la mesure où beaucoup pensent qu’il sera dépassé.

Crédit photo : Fondapol – Fondation pour l’innovation politique via Flickr (CC) = Discours de François Baroin à la FONDAPOL