Aylan Kurdi : Le très convenable Wall Street Journal oublie d’être politiquement correct ! en France, la vérité est toujours censurée

10/09/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Le Wall Street Journal a donné des précisions sur la tragique mort de ce jeune immigrant syrien dont la photo est reprise en boucle pour justifier le politique immigrationniste de l’Union européenne. La diffusion de ces mêmes infos en France, ou simplement la volonté d’analyser les faits suffit à vous faire traiter de fasciste et/ou d’être abject.

Extraits du WSJ.
Des détails émergent sur la mort de cet enfant de 3 ans noyé près de la côte Turque.
Son nom était Aylan. Son dernier voyage était censé le mettre à l’abri du besoin dans le sanctuaire européen ; au lieu de cela, ce lui a coûté la vie.
Jeudi dernier, son père désemparé, M. Kurdi, a déclaré qu’il s’apprêtait à amener les corps à Kobané en Syrie pour l’enterrement et qu’il resterait là-bas.

À l’avenir, je vivrai à Kobané. Je veux être enterré avec ma famille.

M. Kurdi a amené sa famille en Turquie, il y a trois ans après avoir fui les combats tout d’abord à Damas, où il travaillait comme coiffeur, puis à Alep, et enfin Kobané.


Sa page Facebook montre des photos de la famille à Istanbul traversant le Bosphore et nourrissant les pigeons à côté de la célèbre Yeni Cami, la nouvelle mosquée. Depuis son lit d’hôpital mercredi, M. Kurdi a déclaré à une station de radio syrienne qu’il avait travaillé sur les chantiers pour 50 livres turques [environ 17 dollars] par jour, mais ce n’était pas suffisant pour vivre. Il a ajouté qu’il dépendait de sa sœur, Tima Kurdi, qui vit au Canada, pour l’aider à payer le loyer.
Mme Kurdi, s’exprimant jeudi dernier d’une banlieue de Vancouver, a indiqué que leur père, toujours en Syrie, a suggéré Abdullah Kurdi d’aller en Europe pour avoir des soins gratuits pour ses dents endommagées.
Elle a viré 1 000 € à son frère il y a trois semaines pour lui payer le voyage, a-t-elle déclaré. Peu de temps après, son frère l’a appelée et dit vouloir amener toute sa famille en Europe…

À la morgue, M. Kurdi a décrit ce qui s’est passé après leur départ dans l’obscurité d’une plage déserte turque, M. Kurdi a donné plusieurs versions différentes sur le drame qui a suivi. Dans une interview il a déclaré avoir atteint le rivage à la nage et s’être dirigé seul vers un hôpital. Dans une autre, il a dit qu’il avait été secouru par les garde-côtes.
Source : Wall Street Journal

La même information, en France, est traitée différemment : ce sont d’affreux complotistes d’extrême-droite qui « accusent » le père d’Aylan d’avoir tenté la traversée pour se refaire les dents.
Pas grand-monde non plus pour relever que ce monsieur, présenté comme fuyant les combats de Kobané, y a enterré sa famille et va y rester… après trois ans passés en Turquie.
Quant au bon sens, il se heurte tout aussitôt à l’invective, fille de l’émotion mal dirigée. En témoigne le pourtant très politiquement correct Arno Klarsfeld, qui se fait agonir d’injures pour simplement se demander s’il est raisonnable d’emmener des enfants en bas âge sur un rafiot pourri, dans de mauvaises conditions météo.
quant au journal Le Monde, il assume la manipulation (bien expliquée par l’Ojim) et explique avoir publié la photo du petit garçon pour retourner une opinion jusque là rétive à l’immigration de masse.