valls

Valls : fermeté… dans le laxisme face à l’immigration massive

31/08/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
L’œil sombre, le ton martial et la chemise trempée, Valls a martelé durant l’université d’été du PS sa volonté de rester ferme… dans les bons sentiments face à l’immigration massive.

« Volontarisme », « constance » ont été les leitmotivs de Manuel Valls, dans son rôle bien rôdé de matamore à la petite semaine, tentant de séduire les militants PS, notamment son aile gauche et les jeunes socialistes qui l’avaient hué la veille.
Il a ainsi souhaité affirmer « toute la responsabilité » du gouvernement face à la problématique de l’afflux des clandestins versant sa petite larme sur la découverte de « ces corps entassés, ces destins brisés » dans des camions clandestins qui s’échouent dans l’espace Schengen, le Premier ministre a assuré : « Notre devoir est de trouver des réponses durables, fondées sur des valeurs. Humanité, responsabilité. Car nous sommes viscéralement attachés au droit d’asile. Chaque demande doit être examinée. »

Pas un mot bien naturellement sur la responsabilité réelle du gouvernement, celle d’avoir permis, encouragé, ces vagues migratoires, dans droit fil de la politique de Bruxelles. Pas un mot non plus sur le respect du droit et de nos lois, bafoué par ceux-là mêmes qui sont chargés de son application et qui favorisent au contraire par leur laxisme les fauteurs de troubles, clandestins violents de Calais, Roms assassins ou perturbateurs…

En déplacement aujourd’hui à Calais, Valls devrait réitérer dans la même veine, fermeté de façade et inaction coupable. Accompagné du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, celui-là même qui encourage les clandestins de Calais à postuler à l’asile en France plutôt que de tenter de passer en Angleterre, et de deux commissaires européens (le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, et le commissaire chargé des Questions migratoires, Dimitris Avramopoulos), promoteurs du Grand Replacement au niveau européen, il doit visiter le centre d’accueil Jules Ferry, qui jouxte « la jungle » où vivent des milliers d’hommes et de femmes tentant de rejoindre l’Angleterre.

Interrogée ce lundi matin sur France Info, Natacha Bouchart, maire (LR) de Calais, dit attendre une aide financière dans la foulée de cette visite. Selon elle, «pour aménager la nouvelle jungle et la transformer en camp de réfugiés avec des installations permettant de passer l’hiver, il faut environ 10 millions d’euros».

Crédit photo : Capture d’écran du reportage du ParisienTV sur l’université d’été à la Rochelle



Valls mouille la chemise à la Rochelle par leparisien